photos/4687.jpg

Pour Alain Fauconnier, « le cahier des charges de l’AOP Roquefort est le bouclier du territoire ». - © Le Progrès

Par Aveyron Digital News
Le 11 avril 2019

Alain Fauconnier, président du Parc naturel régional des Grands Causses, s’alarme de la mise en vente du nouveau bleu de brebis de Société (groupe Lactalis).

Après la CFDT Roquefort et lait de brebis (lire ici), le député européen José Bové (lire ici), c’est au tour du président du Parc naturel régional des Grands Causses de s’alarmer de la mise en vente du nouveau bleu de brebis de Société (groupe Lactalis).

A 13 h, Alain Fauconnier, également maire de St-Affrique et président de la communauté de communes du St-Affricain, Roquefort et Sept Vallons, a réagi de façon ferme en diffusant un communiqué de presse titré « Le cahier des charges de l’AOP Roquefort est le bouclier du territoire » et dont voici une copie in extenso : « Le Roquefort a forgé l’identité du territoire : l’agropastoralisme, une identité paysagère, une biodiversité exceptionnelle, une histoire, une économie et une culture singulière. Le Roquefort est le premier fromage à bénéficier d’une Appellation d’Origine Contrôlée grâce à la loi du 26 juillet 1925, qui garantit, depuis, un ancrage de la filière grâce à son cahier des charges. Le modèle Roquefort devient la forme inédite d’une économie agricole territorialisée, créant des emplois non délocalisables. La filière pèse de l’ordre d’un milliard d’euros d’activité par an sur le territoire, 8.000 emplois et de l’ordre de 60 % de la valeur ajoutée. Ce sont 1.400 exploitations agricoles du Parc naturel régional des Grands Causses qui s’inscrivent dans la filière et façonnent la vie sud-Aveyronnaise.

Le territoire Roquefort doit porter toute l’ambition initiale de son cahier des charges qui est structurante pour son avenir. »

« Le territoire du Roquefort doit rappeler son attachement à l’AOP »

Et de poursuivre : « Jusqu’ici la filière a su se diversifier de manière complémentaire et non concurrente du Roquefort. Aujourd’hui, l’apparition d’un bleu de brebis, au lait pasteurisé, sous l’estampille “Société” est une mise en cause du Roquefort et donc une mise en danger du territoire. Cette usurpation est un accroc au cahier des charges de l’AOP et une stratégie pour le contourner. 

Les élus sud-Aveyronnais ont souhaité, à travers le schéma de cohérence territorial (SCOT), inscrire ce cahier des charges dans leur projet de territoire. En effet, cette loi de 1925, le décret de 2001 et son règlement d’application ont des effets directs sur l’organisation et l’aménagement du territoire, et sur les pratiques agricoles et pastorales. 

Sans ce cadre, plus rien ne garantit la provenance du lait, sa qualité, la juste rémunération des producteurs et le maintien de l’emploi local. Plus rien ne garantit non plus la pratique d’un élevage de qualité et extensif, la fabrique des paysages ou encore la richesse de la biodiversité. 

Nous demandons donc le retrait sans délai de ce bleu de brebis des rayons, car il créé une confusion auprès des consommateurs et risque d’abîmer l’image du roi des fromages et de la marque Société.

Le territoire du Roquefort doit rappeler son attachement à l’AOP, à l’intégrité du cahier des charges et se protéger de telles dérives. 

Roquefort en fête, événement programmé les 8 et 9 juin, doit être l’occasion de rassembler l’ensemble du territoire et relancer une dynamique autour d’un produit phare, le Roquefort. »



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !