photos/4557.jpg

Maëlle Falguières, Guy Cayssials, Rémi Costes et Pierre Bonnefous, organisateurs du salon. - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 08 avril 2019

Un salon du vin tout un week-end à la salle des fêtes, de quoi attirer un public nombreux ! Du vendredi soir à dimanche 17 h, le salon organisé à Rodez a ravi les amateurs de grands crus. En bon français, amateur de (bons) vins, le passage à la salle des fêtes était incontournable. Un bilan satisfaisant à l'instar des salons des années précédentes. Mieux même, selon les dires des organisateurs, le 15e Salon du vin a eu un succès sans précédent.

©ADN12©ADN12

Le public a eu l'occasion de vaguer d'un stand à l'autre, pour souvent y lever un verre, avec modération, bien sûr. À chaque stand de proposer son breuvage et d'y vanter les qualités, parfois allant même à expliquer le pourquoi du comment aux questionnements des futurs ou anciens clients.

Ils étaient plus de 3000 à nous rendre visite sur le week-end. Cela veut dire que l'on ne se trompe pas dans la formule proposée 

50 vignerons habitués du salon ruthénois

©ADN12©ADN12

Organisé par les Cavistes de Rodez, association réunissant la Cave de Marius, les Vins Falguières, la Cave Ruthène et Alambic & Vieilles Bouteilles, le salon garde son fonctionnement. « Pourquoi changer une équipe qui gagne ? », c'est le leitmotiv des organisateurs.

D'année en année, les cavistes et vignerons des diverses régions de France se retrouvent avec bonheur, mais ils sont là aussi, les quelques étrangers, Italiens et Portugais, attirés par le salon ruthénois. Cette année, 30% des exposants proposaient des vins bio.

Nous prenons au salon que les gens avec qui nous travaillons toute l'année. Nous les connaissons bien et eux aussi, savent ce que nous voulons

Si beaucoup de producteurs avaient sorti quelques vins de derrière les fagots, d'autres vantaient des vins d'exceptions. Ainsi, Franck Mezy, neveu de Marcel Mezy (Château Cantelauze-Mezy) racontait une histoire de terroir avec un vin « vieille vigne miracle » sorti d'une toute petite vigne de 120 ans d'âge vouée à l'arrachage et qui par miracle est resté sur pieds. Des pieds amoureusement travaillés dès 2014 et qui aujourd'hui font un vin qui se vend à 1.000 € la bouteille.

La participation d'une maître chai de renom

La venue de Sandrine Garbay, maître de Chai du Château d’Yquem a été un moment fort, samedi pour une animation hors du commun. Elle a sans doute fait suite à la dégustation du Château d’Yquem de l’édition 2018 qu'avaient organisée les Cavistes, Maëlle Falguières, Pierre Bonnefous, Guy Cayssials et Rémi Costes. Le bouche à oreille a donc bien fonctionné et les chanceux qui ont pu être présents ne le regrettent sûrement pas.

Dégustation, à l'aveugle, de vins d'exception

Dimanche matin, 15 participants étaient là pour déguster 6 vins d'exception de 15 ans d'âge (2004). Un privilège avec un cérémonial digne d’intérêt. Pour cela, il fallait s’acquitter de 100 €… Le prix à payer pour un moment de bonheur gustatif. Après la « séance », les réactions étaient unanimes : « Un moment rare où se mélangent le jeu de découvrir à l'aveugle et les goûts qui embaument le palais… »

Galerie photos



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !