photos/4089.jpg

Banc de sable sur la Serène. - ©Vincent Lavergne

Par Aurélien Gares
Le 20 mars 2019

Les syndicats, en amont et en aval de la rivière Aveyron, qui géraient les cours d’eaux du département, ont fusionné, le 1er janvier 2017, pour devenir le Syndicat mixte du bassin versant Aveyron amont.

Le Syndicat mixte du bassin versant Aveyron amont (SMBV2A) est la structure gestionnaire de la rivière Aveyron dans sa partie amont, de ses sources à Séverac-le-Château jusqu'à sa confluence avec le Viaur à Laguépie.

Spécialisé dans le milieu aquatique, SMBV2A vient de souffler sa deuxième bougie, début janvier. Son territoire d’action s’étend sur 1 560 km² et 183 km de linéaire pour neuf communautés de communes, une communauté d'agglomération et 74 communes.

Pour se faire connaître et intervenir sur l’ensemble de la zone couverte par le syndicat, ce dernier construit ses programmes avec des délégués. « Nous en avons un par commune, explique Michel Artus, président du SMBV2A. Cela peut être des riverains, des agriculteurs ou des élus. C’est dans cet esprit là que nous travaillons. »

Un champ d'action très large

Le Syndicat a pour objet la gestion et l'aménagement durable des cours d'eau et milieux associés de son territoire à l'échelle du bassin versant Aveyron amont, tout en contribuant à la prévention du risque inondation. Il possède les compétences Gemapi (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) pour une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau (superficielle et souterraine) et des milieux aquatiques. Ses missions sont donc l'aménagement et l'entretien des cours d'eau, la protection et la restauration des milieux aquatiques, l'aménagement du bassin versant dans la perspective de réduire le risque d’inondation, la gestion des milieux aquatiques en perspective d'avoir une eau de qualité et une ressource durable. Mais aussi la protection et la valorisation des richesses naturelles et du patrimoine bâti lié aux milieux aquatiques.

Le panel d’actions sur lequel peut intervenir le syndicat est donc très large. Mais toutes sont réunies autour d’un objectif, l’eau. « C’est la ressource la plus précieuse, explique le président. Et notre syndicat est une belle réussite de ce qui peut se faire entre l’urbain et le rural. » Pour réaliser toutes ces actions, SMBV2A s’appuie sur l’agence de l’eau Adour Garonne, mais aussi la Région, le Département et les communautés de communes.

Le Moulinet à Saint-André-de-Najac. ©Vincent LavergneLe Moulinet à Saint-André-de-Najac. ©Vincent Lavergne

L’érosion, les inondations, la préservation de la faune et de la flore, les retenues d’eau ou encore l’assainissement individuel ou collectif, le syndicat est un véritable couteau suisse. « Techniquement, c’est toujours le même concept, explique Marion Sudres, directrice et animatrice du contrat de rivière Aveyron Amont, SMBV2A. On fait un état des lieux sur le compartiment qualité, quantité, biodiversité. Et ensuite nous travaillons avec les élus sur les actions à mener. Avant de les prioriser avec eux mais aussi avec les acteurs locaux comme les agriculteurs. Puis on les décline. »

Contrat Rivière

La prochaine grande étape du syndicat se déroulera, dans le courant de l’année, avec la signature du contrat Rivière, « qui aura surement lieu à la fin du premier semestre », précise Michel Artus. Ce contrat concernera toute la rivière amont, depuis sa source jusqu'à à sa confluence.

Pour mieux le comprendre, il sera à l’image du contrat expérimental Serène, signé en 2018. Ce dernier concernait le bassin éponyme dans l’Ouest Aveyron, où plusieurs problématiques impactaient le bon état de l’eau (ensablement, hydrologie perturbée et qualité de l’eau dégradée). Après ce diagnostic, les différents acteurs représentatifs de ce territoire du bassin de la Serène ont mené des actions pour améliorer les systèmes épuratoires, adapter les pratiques agricoles ou encore préserver et valoriser les différents milieux. Le contrat Rivière sera donc similaire au contrat Serène mais à une échelle plus importante. Il concernera l’ensemble des collectivités de la source de l’Aveyron.

Mon école, mon cours d’eau

Le syndicat organise également plusieurs opérations de sensibilisation, notamment auprès des écoles et des lycées. « Nous les sensibilisons sur notre richesse, notre environnement », confie le président du SMBV2A.

Pour mettre en place toutes ces actions, le syndicat s’entoure de nombreux partenaires, qu’ils rencontrent lors de différentes manifestations et qui leur permet d’échanger avec la population : « C’est un combat positif, explique Michel Artus. Il faut se dire qu’aujourd’hui, on ne peut plus faire les choses comme avant. Il est toujours temps d’agir positivement. »

Démarche zéro phyto

Autre champ d’action, les produits phytosanitaires. Le syndicat accompagne les communes volontaires pour établir des diagnostics et tendre vers le zéro phyto. « On est dans une démarche pédagogique », précise Marion Sudres. « On n’impose rien, ajoute Michel Artus. Après, il y a des textes de lois qui font évoluer les choses. On n’a pas le droit de réduire sa première richesse qui est l’environnement. Il faut en prendre conscience. C’est un problème de comportement adulte. Le fil rouge, c’est toujours le bon sens. »

Un projet dans l’agglomération ruthénoise

Le prochain temps fort aura lieu au mois de juin. Le syndicat porte un projet de préservation des champs d’expansion des crues au cœur de l’agglomération ruthénoise. Il concernera le cours d’eau l’Auterne (qui prend sa source à Sébazac-Concourès, descend vers Onet-le-Château et vers la zone des Balquières). Le projet verra le jour, le long de la 2x2 voies, en aval du lycée Laroque. Une zone naturelle sera ouverte au public pour sensibiliser aussi bien sur les crues que sur la biodiversité « avec un travail de valorisation agricole de cette zone et la mise en place d’un pâturage tournant avec le lycée Laroque », précise Marion Sudres. « Ce sera une vitrine extrêmement intéressante, ajoute le président. On se réapproprie l’espace et on lui donne un intérêt par sa variété bucolique. »



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !