photos/3881.jpg

Un bracelet électronique. - Illustration

Par Aveyron Digital News
Le 15 mars 2019

Sous contrôle judiciaire après une condamnation pour vol avec violence, muni d’un bracelet électronique, il s'est fait la belle du 15 mai 2017 au 8 novembre 2018. L’évadé comparaissait pour « évasion » mercredi devant le Tribunal correctionnel de Rodez.

Après quinze condamnations de 1994 à 2016 pour vols avec violences, menaces de mort et ports d’armes, conduite en état d’ivresse, usage de stupéfiants, ce multirécidiviste est condamné à 18 mois d’emprisonnement en juin 2016.

Mais en janvier 2017, il est relâché avec port d’un bracelet électronique. Après quelques non-respects des obligations horaires, il est mis en garde en vue pour ivresse et tapage nocturne dans un foyer. Il résiste en outre à son interpellation, avec outrage envers les forces de l’ordre.

Je ne voulais pas retourner en prison.

Relâché après la garde à vue, il risque alors l’incarcération. Ne supportant pas de revenir en prison, il brise alors la sangle de son bracelet électronique. Sa cavale le mènera quelques mois à Toulouse, puis à Tarbes. Il y sera arrêté et est incarcéré actuellement à la Maison d’Arrêt de Rodez jusqu’en septembre 2019.

Condamné à huit mois avec mandat de dépôt

A l’audience du Tribunal correctionnel de Rodez du 13 mars, au vu de son casier judiciaire chargé, et des aménagements de peine déjà accordés, le Procureur requiert une peine d’un an d’emprisonnement avec mandat de dépôt.

L’avocat du prévenu invoquera la bonne conduite de son client depuis son incarcération, sa volonté de se former pour préparer sa réinsertion et l’absence de nouvelle infraction depuis trois ans. Après le délibéré, le prévenu sera condamné à huit mois d’emprisonnement supplémentaires qui viendront s’ajouter à sa condamnation actuelle.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !