photos/3877.jpg

Corinne Compan (PC) et Jean-Dominique Gonzales (SE), conseillers départementaux du canton Millau-1. - ©ADN12

Par Yannick Périé
Le 14 mars 2019

Malgré un budget départemental « en bonne santé », les conseillers départementaux de Millau-1, Jean-Dominique Gonzales (SE) et Corinne Compan (PC), s'inquiètent « des économies réalisées sur le volet social ». Et alertent l'opinion quant à l'accueil des mineurs non accompagnés.

Le budget primitif du département, qui avoisine les 369 M€, a été voté fin février. Un budget en progression de 3,1 %. « C'est un budget globalement en bonne santé », se félicitent les conseillers départementaux de Millau, Jean-Dominique Gonzales (SE) et Corinne Compan (PC), au nom de leurs collègues socialistes et républicains. « Avec une capacité de désendettement de 4,4 années, il est même l'un des meilleurs au niveau national », souligne Jean-Dominique Gonzales.

L'introduction est plutôt consensuelle, mais le premier chapitre de la conférence de presse organisée ce matin par les conseillers du canton de Millau-1 met le doigt sur l'ambiguïté entre « un budget en hausse » et « les économies réalisées par le département ».

« Ce qui nous alerte, c'est le budget social, la première compétence du Département, et en particulier la forte baisse du budget consacré à l’aide à domicile », affirme Jean-Dominique Gonzales.

Une baisse estimée à 7,7 M€ entre 2012 et 2017, et qui selon les conseillers départementaux serait « encore accentuée en 2018 ».

C'est d'autant plus préoccupant quand parallèlement à ça le budget du service Fêtes et évènements augmente de 45 % et celui des réceptions de 15 %.

« Estimant qu’il existait un surdimensionnement des plans d’aide et faisant face à des contraintes financières croissantes, de nombreux conseils départementaux ont harmonisé leur évaluation de la dépendance et diminué le nombre d’heures de service prescrites, explique Corinne Compan. L’Aveyron n’échappe pas à cette dynamique et conduit une politique restrictive dans le domaine de l’aide à domicile. »

Une réévaluation à la baisse du degré de dépendance à laquelle s'ajoutent des taux directeurs votés entre 0% et 1,5% « qui ne permettront pas de contenir la hausse naturelle des coûts de structure ».

Nous devons mettre place nos propres référentiels d’évaluation et de valorisation des besoins des personnes âgées en pertes d’autonomie. Référentiels qui doivent correspondre aux besoins de la population et non à des normes comptables.

« Il ne faut pas se mentir, ils se retrouvent dans des réseaux de prostitution »

Un autre sujet pour lequel les conseillers départementaux de Millau-1 tirent le signal d'alarme : celui des mineurs non accompagnés (MNA). En 2018, 862 mineurs étrangers isolés ont été recensés dans le département de l'Aveyron, contre 272 en 2017.

Il faut savoir que les mineurs ne relèvent pas du Code des étrangers, mais de la protection de l’enfance, une compétence confiée aux départements. Sur ces 862 MNA, seuls 68 ont été accompagnés.

« Nous sommes conscients des dépenses engagées par les départements pour répondre à la nécessité de cet accueil et nous considérons qu’il est très important que cette compétence reste aux mains de l’ASE », souligne Corinne Compan, qui reste préoccupée par « le risque d’un basculement des MNA de la protection de l’enfance vers de droit de l’immigration ».

Les mineurs isolés étrangers doivent être avant tout considérés comme des enfants et non comme des étrangers. Il faut savoir que certains mineurs étrangers qui ne sont pas pris en charge dorment dans la rue, ne vont pas à l’école et bien souvent se retrouvent entre les mains des passeurs, des mafieux et il ne faut pas se mentir, ils se retrouvent dans des réseaux de prostitution.

« On ne peut pas porter cette charge financière si l'Etat ne nous aide pas », assure Jean-Dominique Gonzalès. Aussi, les deux conseillers de Millau appellent de leurs vœux un financement de cet accueil et de cet accompagnement par des conventions tripartites : département, État, mais aussi Europe. Une proposition que partage la majorité des conseillers départementaux.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !