photos/3779.jpg

L'artiste Léa Fayard explique ses techniques de sculpture. - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 12 mars 2019

« Sculptures et aquarelles ». Depuis vendredi 8 mars, la salle d’exposition du Vieux Moulin reçoit deux artistes et leurs œuvres : Léa Fayard et Claudine Milhau-Pucelle. Une belle exposition à ne pas rater !

Depuis vendredi 8 mars, la salle d’exposition du Vieux Moulin reçoit deux artistes et leurs œuvres : Claudine Milhau-Pucelle et Léa Fayard. L’une peint, l’autre sculpte.

Claudine Milhau-Pucelle, aquarelliste se sert d’un support spécial, un papier Lanavanguard lisse, qui a la particularité de ne pas gondoler lorsque l’eau s’infiltre. Il permet ainsi une plus grande liberté de création. Elle ne dessine pas : elle peint directement et sèche, ou travaille d’autres procédés comme la projection de sel.

Je ne sais pas à quoi va ressembler mon tableau, c’est une création excitante du début à la fin.

Aquarelles de Claudine Milhau-Pucelle.Aquarelles de Claudine Milhau-Pucelle.

Léa Fayard : « Les arts plastiques me rendent heureuse »

Issue d’une éducation judéo-chrétienne, Léa Fayard confie s’être posé des questions très jeune et avoir cherché des réponses à cet enseignement, cette culture qui lui a été imposée.

Je me suis toujours intéressée à l’humanité, je me suis très tôt rendu compte qu’on était mortel…

Cette source de réflexion qui la porte aujourd’hui, c’est l’art sous différentes formes, le chant, la danse et notamment la sculpture. « Les arts plastiques me rendent heureuse », avoue-t-elle.

Léa Fayard sculpte plutôt la nuit, « le plus dur étant de se mettre en condition ». Elle échange avec la matière qui réagit sous ses doigts, sous ses outils. Il ne s’agit pas d’imposer une forme, mais de la composer, de la façonner lentement pour qu’au petit matin l’œuvre prenne vie.

Un chanteur sculpté par Léa Fayard.Un chanteur sculpté par Léa Fayard.

L’art, c'est une réponse

Ses sculptures, comme une réaction à cette société de consommation qui nous entoure, interpellent sur l’humanité et son chaos. Elles font échos à l'actualité, aux injustices, à des douleurs plus personnelles parfois.

Elles sont une réponse par la culture, une façon de provoquer la réflexion, comme l’art en général, d’ouvrir les yeux des plus jeunes, afin qu’ils apprennent à penser par eux même, à faire preuve de discernement. « L’art donne des réponses individuelles ».

Jusqu’au 17 mars, tous les jours de 14 h à 18 h au Vieux Moulin de Millau. 



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !