photos/3015.jpg

Les trois tatoueurs qui ont officié sur le dos de Joao. - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 11 février 2019

Le salon « Urban tattoo show » 2019 s’est achevé dimanche soir. Deux journées bien remplies pour Damien Vidal et son équipe qui ont assuré l’accueil des artistes tatoueurs, des exposants et du public mais aussi veillé au bon déroulement des différentes animations. Rendez-vous est donné pour 2020.

À l’entrée du Salon de tatouage, qui s’est tenu samedi 9 et dimanche 10 février, un peu à l’écart des autres stands, trois tatoueurs officient sur le dos de Joao, leur modèle. L’ouvrage est impressionnant. Il s’agit d’une grande pièce avec lettrage en haut du dos. Mr Ruca Santatinta, venu du Portugal, Boun Cang, de Lyon et Jean Mognon, le brésilien, se sont rejoints spécialement pour la convention de Decazeville.

Une pièce sur le crâne

Les tatoueurs et leur modèle (qui ne montre aucune souffrance) font preuve de concentration. Le public sait qu’il faut leur laisser calme et espace pendant ces longues heures. Les gens s’approchent, puis les laissent travailler. Dimanche, la journée est consacrée au tatouage d’une pièce représentant un visage sur le crâne de Mr Ruca Santatinta.

Le stand « Barbu et tatoué » de Davy, tatoueur venu de Bordeaux, est le fruit d’une passion croisée entre l’univers vintage et le tatouage. La création d’une page Facebook, en 2015, a été immédiatement suivie et plébiscitée ce qui a entraîné le développement de la marque et d’une boutique en ligne. Davy et Michael exposent une fois par mois sur divers salons du genre dans toute la France : « Le retour est très important en terme de communication et de clientèle, on rentabilise l’investissement sur les salons en se faisant connaître ainsi sur tout le territoire. Et le plus important, c’est que dans ces salons de conventions de tatouage, la bienveillance favorise  les échanges. »

Ainsi, Barbu et Tatoué est partenaire de l’association bordelaise Soeurs d’encre by Rose Tattoo qui aide les femmes à se réapproprier leurs corps après un cancer du sein, une maladie ou une blessure dans une démarche thérapeutique grâce à des tatouages sur cicatrices. Les fonds récoltés permettent aux femmes de se faire tatouer.

Le palmarès dévoilé

À 19 h, le palmarès des premiers concours est annoncé, Ruca remporte le prix du meilleur lettrage. Boun, quant à lui, a remporté le prix de l’organisation.

Alex Heisenberg, artiste tatoueur au salon La Gorgone, à Decazeville, a remporté le premier prix dans la catégorie réalisme et le prix spécial du jury.

À gauche, Alex Heisenberg.À gauche, Alex Heisenberg.

Quant au prix Best of show 2019, il a été décerné à deux artistes : Pacific Soul Tattoo et Rose Tattoo (Espagne et France) qui ont travaillé ensemble pendant sept heures pour recouvrir un ancien tatouage sur le dos de leur modèle Laura.

Damien Vidal, organisateur s’est montré satisfait de la fréquentation : « Nous sommes à quelque chose près comme l'an dernier, pas plus pas moins (3000 personnes s’étaient rendues sur le salon, l’an dernier). À voir pour la suite de l’organisation, nous mettrons peut-être moins de tatoueur ou de concerts, je vais réfléchir à tout ça. »



Recevoir notre Newsletter
Commentaires
Ecrire un commentaire
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

//www.aveyrondigitalnews.fr/publicite/pub_15.gif
Météo
Petites annonces

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !