photos/2435.jpg

L'affaire a été jugée au tribunal, ce mercredi 23 janvier. - ©ADN12

Par Aurélien Gares
Le 23 janvier 2019

Un homme de 36 ans était jugé, ce mercredi 23 janvier, en comparution immédiate au tribunal de Rodez. Les juges l’ont condamné à douze mois de prison assortis d’un sursis totale avec une mise à l’épreuve de deux ans.

« C’est un dossier très inquiétant », selon les dires du ministère public, que le tribunal correctionnel de Rodez a dû juger, ce mercredi 23 janvier., dans le cadre d'une comparution immédiate. Dans la cité du Sailhenc, à Decazeville, un homme de 36 ans est accusé d’avoir menacé son voisin de palier, tôt dans la matinée du samedi 19 janvier. Alors que ce dernier rentre de la mosquée, son voisin l’interpelle, à plusieurs reprises, du haut de son balcon, au troisième étage de l’immeuble où les deux individus habitent. Avant de descendre, armé d’un couteau déplié.

L'appartement en train de brûler

Son voisin, inquiet, appelle la police malgré les menaces : « Si tu appelles, ça va mal se finir pour toi. » Dans le box, l’homme dément avoir voulu l’agresser. « Je voulais prendre des nouvelles d’un voisin qui a été victime d’un malaise. » Finalement, il attend les policiers avec son voisin qui se tient à distance. Lorsque les forces de l’ordre arrivent, ils trouvent le prévenu dans un état d’ébriété avancé, pieds nus et en robe de chambre. « J’avais bu quelques verres de whisky au réveil », reconnait-il.

Alors que les policiers le reconduisent au sein de son logement, lorsqu’ils ouvrent la porte, ils découvrent un appartement en train de brûler. Une couverture, en flammes, qu’ils parviennent à saisir et à jeter à l’extérieur avant d’appeler les pompiers. Ces derniers, arrivés sur place, sécurisent les lieux. Le prévenu n’arrive pas à expliquer cet incendie. « Peut-être une cigarette mal éteinte… »

Le voisin retire sa sonnette

L’homme de 36 ans est déjà connu de la justice. Il avait été condamné, l’an passé, pour des insultes à caractère raciste à l’encontre du même voisin. De nombreuses mains courantes, une dizaine, ont également était déposées durant les deux dernières années pour tapages nocturnes. « Beaucoup de voisins sont partis à cause de lui, confie la victime, à la barre. Il a eu de la chance que j’appelle la police, il aurait pu s’intoxiquer dans son logement. » Il explique même avoir du retirer sa sonnette, en bas de l’immeuble. « Il sonnait à 1 h, 2 h du matin. Il a rendu ma femme malade. Des gens n’osent plus venir [chez nous] à cause de lui. » Avant de supplier au tribunal d’agir. « Je vous en prie, 1 000 fois, de trouver une solution. C’est devenu insupportable. » Et lorsque le procureur demande au prévenu, pourquoi il a tapé à la porte de ses voisins de palier, la veille des faits, sa réponse est étonnante : « Ça sentait bon, je voulais leur demander à manger. »

Interdiction d’entrer en contact avec la victime

Décrit comme addictif à l’alcool et sous traitement médical, le prévenu a déjà eu recours à deux cures de désintoxication, dont la dernière a eu lieu au mois de novembre 2018.

Avant de prononcer ces réquisitions, le procureur a qualifié le prévenu de « danger absolu. Il faut que cela cesse, que les départs du voisinage cessent et que la justice agisse. Nous devons trouver des solutions. On a une épouse qui est affolée, apeurée. C’est une infraction réelle que nous avons là. Et aujourd’hui il n’est pas dans l’état de pouvoir se prendre en charge lui-même. Et le risque, ce n’est pas aux voisins de le courir. » Dans ce cadre, le procureur a requis une peine de douze mois de prison avec sursis assortis d’une mise à l’épreuve de deux ans, ainsi qu’une injonction de soins. À cela s’ajoute l’interdiction d’entrer en contact avec la victime et l’interdiction de résider dans la cité du Sailhenc. Le tribunal a suivi ces réquisitions en ajoutant une peine de 500 € de dommages et intérêts.



Recevoir notre Newsletter
Commentaires
Ecrire un commentaire
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

//www.aveyrondigitalnews.fr/publicite/pub_15.gif
Météo
Petites annonces

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !