photos/1483.jpg

Samedi 1er décembre, une centaine de gilets jaunes saint-affricains bloquent l'autoroute A 75 à la Cavalerie. - ©Le Progrès

Par Audrey Barat
Le 01 décembre 2018

Comme prévu, Samedi 1er décembre en milieu de matinée, ils étaient une centaine à bloquer l’autoroute A 75, au niveau de l’échangeur de la Cavalerie.

L’objectif de l’opération était d’empêcher les automobilistes d’accéder au viaduc, « pour qu’Eiffage perde de l’argent, et qu’il appelle Macron pour lui dire de faire quelque chose rapidement… », explique Pascal Rivier, le maire de Tournemire, toujours fidèle au poste.

« On explique aux gens qu’ils vont économiser 10 € en ne prenant pas le viaduc, et qu’ils feront du tourisme », poursuit-il en souriant.
Si certains participants au blocage se félicitaient du soutien apparent des automobilistes, Pascal Rivier s’interrogeait quand même sur le petit nombre de gilets jaunes présents.

Les gens disent qu’ils nous soutiennent, mais pour un bassin de vie comme St-Affrique et Millau, on devrait être bien plus que ça.

De l'A75 à l'hôpital de St-Affrique, les luttes s'unissent.


Les gilets jaunes avaient préparé un tract qu’ils distribuaient aux automobilistes, dans lequel on pouvait lire que « la grogne n’est pas uniquement sur la hausse des taxes, qu’elle est bien plus profonde ». S’ensuit la liste des sujets de tension : « le service public qui se détériore, le désengagement financier de l’Etat dans nos campagnes, l’incapacité du peuple à vivre décemment de son travail, de sa retraite… », et une question : « Comment justifier qu'on laisse perdurer l'emploi de produits tel que le glyphosate, ou que le kérosène soit détaxé, bien que plus polluants ? »
Une partie des gilets jaunes de St-Affrique ont quitté le barrage, pour rejoindre l’hôpital de St-Affrique, où un rassemblement était organisé par le « Manifeste », le collectif de défense de l’hôpital de St-Affrique.



Recevoir notre Newsletter
Commentaires

J

Le 03 décembre 2018 à 08h58
Il nous est reproché de n’a pas écouter de ne pas entendre.
Depuis le mois de septembre 2017 le Comité LREM de Saint Affrique organise tous les mois des réunions ouvertes à tous engagés ou non engagés en politique pour échanger et enregistrer les avis de chacun.Nous avons ainsi fait des réunions sur les vaccinations, la formation professionnelle, l’Europe,L’environnement etc...nous avons annoncé le lieu et la date de chaque réunion le plus souvent nous avons publié un compte rendu.Nous avons organisé une enquête sur le système de santé qui a été publié....
En fait peu de personnes sont venues participer,aux prétextes que c’étaient des réunions politiques , donc sans intérêt ou racoleuses, les élus locaux ont toujours refuser de venir débattre ne voulant pas s’exposer se faire identifier ...Jouant la carte «je ne fais pas de politique » les mêmes qui se plaignent de ne pas être écoutés.
Alors oui il y a un problème, la démocratie participative fonctionne mal .Elle est probablement mal comprise.
Les citoyens et les élus ne croient pas aux changements .
Les gens ne s’expriment que lorsque la colère devient insupportable et alors ils vont dans la rue tous ensembles mais chacun à côté de l’autre. Pourquoi douter et ne pas venir débattre avant d’en arriver là?
Les élus jouent encore trop le jeu d’un certain entre sois et quoiqu’ils en disent en disent ils font de la politique.Mais la leur...leur rôle d’élus c’est certainement de participer aussi à des débats citoyens ils ont tout à y gagner
Il faut que ça change on doit pouvoir se réunir et parler il est temps de le faire .
JFRousset animateur du Comité LREM de St Aff.

Signaler le commentaire ?


Ecrire un commentaire
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Météo
Petites annonces

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !