photos/1463.jpg

L'affaire a été jugée à Rodez. - ©ADN12

Par Célian Guignard
Le 30 novembre 2018

Le 30 octobre, un homme avait mené la vie dure à la police de Millau, après avoir refusé de s’arrêter lors d’un contrôle routier. Il s’en était pris aux fonctionnaires aux termes d’une rocambolesque course poursuite. Non titulaire du permis de conduire, il avait également 97 g de cocaïne sur lui, ainsi que 5 100 € en liquide.

C’est un habitué du tribunal correctionnel de Rodez qui comparaissait, vendredi 30 novembre. Celui qui avait déjà écopé de dix mois de prison pour détention et vente de stupéfiant, le 17 octobre, a refait parlé de lui seulement treize jours plus tard.

Un rond-point à l'envers

Le 30 octobre, le prévenu refuse de se soumettre à un contrôle routier. La police le prend alors en chasse dans tout Millau. Finalement, le chauffard, qui « zigzague pour empêcher les forces de l’ordre de le doubler » et qui prend « un rond-point à l’envers mettant en danger un autre automobiliste », comme le rappelle le président du tribunal, rate un virage.

28 jours d'ITT

Un agent explose alors sa vitre à l’aide d’une matraque télescopique, tire sur le frein à main et sort le conducteur. Ce dernier est alors plaqué au sol. L’un des policiers fait même usage de son pistolet à impulsion électrique. S’ensuivra des coups portés aux agents. L’un d’entre eux, après cette intervention si musclée, obtiendra d’ailleurs 28 jours d’interruption totale de travail.

Nourrice d'un réseau ?

Pourquoi une telle prise de risque ? L’homme n’est pas titulaire du permis de conduire. Encore plus grave, il a sur lui 97 g de cocaïne et 5 100 € en liquide. Des stupéfiants qu’il affirme être allé chercher à Mende et qu’il devait simplement garder.

Audience civile en juin

Pour tous ces délits, il a été condamné à trois ans de prison, dont une année avec sursis, ainsi qu’à une mise à l’épreuve de deux ans et à l’obligation de travailler et d’indemniser les victimes. Une autre audience a été fixée au mois de juin afin que les quatre policiers qui se sont portés partie civile obtiennent réparation. Le convoyeur de drogue a, bien sûr, été maintenu en détention.



Recevoir notre Newsletter
Commentaires
Ecrire un commentaire
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Météo
Petites annonces

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !