ven. Juil 19th, 2024

Malgré les difficultés, les entreprises fondées et dirigées par des femmes tentent de se frayer un chemin dans un environnement plein de contradictions. Dans un pays où les entreprises féminines représentent 22,2% de l’entreprenariat total – contre, données Unioncamere par rapport à une moyenne européenne de 32% – les Italiens qui souhaitent travailler à leur compte ont davantage peur de l’échec que leurs collègues européens. Le facteur bureaucratique, perçu comme un obstacle important, freine également la croissance du travail indépendant. C’est ce qui ressort de l’étude promue par laObservatoire des femmes dans l’entreprise,  qui photographie une situation dans laquelle, si les entrepreneuses italiennes souhaitant créer une entreprise sont motivées par le désir d’entreprendre (20,5%) et par la possibilité d’être créatives (21%), celles des autres pays sont motivées, principalement, par le désir d’autonomie professionnelle (54,5% en France) et d’autonomie personnelle (équilibre vie privée-vie professionnelle à 37,7% au Royaume-Uni). La question de la gestion « vie privée / vie professionnelle » est l’une des plus douloureuses puisque, pour 21,9 % des entrepreneuses, elle est vécue comme une charge d’effort importante qui s’ajoute à leur charge de travail. Cependant, les chiffres confirment le succès de leurs idées et révèlent qu’au cours des dix dernières années, la croissance de ces réalités « roses » a été progressive mais constante. Selon les données compilées par InfoCamere de 265 start-ups féminines recensées en 2014 à un total de 1 958 en 2022, soit près de 1 700 de plus. Surtout dans des domaines moins fréquentés comme la culture, qui affiche des chiffres nettement inférieurs à ceux des secteurs de pointe tels que les logiciels et le conseil en informatique. L’année dernière, le Fonds pour l’entreprise des femmes a été créé et dispose d’une dotation de 200 millions d’euros. Quarante de ces fonds avaient déjà été alloués dans la loi de finances 2021. Les autres ressources sont arrivées dans le cadre du PNR-Plan national de relance et de résilience et, par un décret du 30 mars, les conditions et les procédures de soumission des demandes ont été établies. Le PNR vise à soutenir l’esprit d’entreprise, tant pour les femmes qui souhaitent créer une entreprise à partir de zéro que pour les entreprises déjà établies qui ont besoin de se consolider et d’innover. En particulier, deux fonds spécifiques ont été créés et sont devenus opérationnels : le Fonds pour les entreprises féminines, avec des programmes/appels tels que « Beyond New Zero-rate Businesses » et « Smart &amp ; Start », et le Fonds pour l’entrepreneuriat féminin, pour lequel la loi de finances 2021 a prévu une dotation de 20 millions d’euros pour 2021 et 2022. Tous deux mettent à disposition des ressources subventionnées – subventions non remboursables, prêts sans intérêt ou subventionnés, investissements en capital – utiles à la fois pour la création et le développement d’entreprises féminines.

Plus de femmes et de jeunes dans le monde de la culture 

Les femmes et les jeunes sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la culture en tant que mode d’activité, qui se développe en Italie principalement grâce à l’architecture et au design (tandis que l’édition et la presse sont en perte de vitesse). Comme l’indique une analyse de Unioncamere  e Centre d’études Tagliacarne  Sur le nombre total d’entreprises culturelles en Italie (plus de 275 000), une sur quatre (24,5 %) est une entreprise féminine et une sur dix (10,2 %) est dirigée par des jeunes de moins de 35 ans. Dans les deux cas, le pourcentage de femmes et de jeunes est supérieur au nombre total d’entreprises italiennes, où les entreprises féminines représentent 22,2 % et les jeunes 8,7 %. D’autre part, les entreprises dirigées par des étrangers ont une incidence plus faible, mais non négligeable, puisqu’elles représentent 5,6 % du nombre total d’entreprises culturelles et créatives (contre 10,8 % pour l’ensemble des entreprises). Le taux de croissance des entreprises culturelles en 2022 est bon : +1,85 % par rapport à 2021. Le taux de croissance des entreprises de jeunes est particulièrement bon : +2,84 %, avec près de 600 entreprises supplémentaires. La participation des étrangers augmente également (+2,04), tandis que l’augmentation des entreprises féminines est inférieure à la moyenne (+1,19%). »Peut-être en raison du niveau élevé de scolarisation (la demande de diplômés dans les entreprises culturelles et créatives en 2022 est de 40,6 %, contre 15,1 % dans l’économie totale) ou de l’utilisation de plateformes numériques (de la musique à la télévision et à l’édition), l’industrie de la culture montre qu’elle est attrayante pour les jeunes et les femmes d’affaires et laisse plus de place aux jeunes employés âgés de 25 à 44 ans que le reste de l’économie », explique le président de l’Unioncamere. Andrea Prete .

Les coopératives, un ascenseur social pour les femmes 

La coopération comme outil pour augmenter l’emploi, réduire les inégalités, inclure et servir d’ascenseur social. Confcooperative, la principale association pour le nombre de coopératives (17 000), employant 530 000 personnes (61 % de femmes, 26,6 % d’hommes). gouvernance rose dans les coopératives), réalisent un chiffre d’affaires de 82 milliards d’euros et représentent 3,2 millions de membres. «  Le cœur des coopératives féminines bat dans le Sud – souligne Anna Manca présidente de la Confcooperative Women Executives et vice-présidente nationale -. 54% des entreprises dans lesquelles les femmes représentent la majorité des membres sont situées dans les régions du sud de l’Italie, et une sur cinq est active dans l’une des deux plus grandes îles, la Sicile et la Sardaigne, la seule macro-zone dans laquelle, entre 2019 et 2022, il y a eu un solde positif dans le stock de coopératives actives (+2,1%), par rapport à une diminution nette de 7% dans les régions du nord-ouest et de 6,4% dans les régions centrales. Globalement, l’Italie compte un peu moins de 18 000 coopératives de femmes. Par rapport à une incidence nationale de 24% du total, il y a 14 régions où les coopératives de femmes sont plus concentrées, mais celles où la moyenne régionale est inférieure à la moyenne nationale sont plus importantes en termes de nombre d’entreprises et de chiffre d’affaires (Emilia Romagna, Lombardie, Trentino Alto Adige, Campanie, Vénétie, Toscane). Fondamentalement, les coopératives de femmes sont plus présentes dans le Sud, où les économies sont plus fragiles, ce qui démontre la capacité des coopératives à agir en tant qu’ascenseur social. En termes absolus, la Sicile est la première région en termes de nombre de coopératives avec une majorité de femmes membres, avec près de 3 300 entreprises, suivie de loin par le Lazio avec un peu plus de 2 050. Seules six régions comptent plus de 1 000 coopératives « roses » : la Sicile et le Latium sont suivis par la Campanie (2 007), les Pouilles (1 884), la Lombardie (1 790) et la Sardaigne (1 115). Les coopératives roses représentent une majorité absolue par rapport à l’univers des coopératives actives en Italie, tant dans les services d’éducation et de formation que dans le secteur socio-sanitaire, où elles dépassent largement les 52%, tandis qu’elles représentent un tiers des coopératives actives dans le secteur culturel. En revanche, elles représentent un peu plus de 10% dans les secteurs de la construction/logement et de la logistique. En termes absolus, le secteur qui compte le plus de coopératives « roses » est le secteur social/santé, avec plus de 5 000 entreprises, suivi de loin par le nettoyage multiservice, avec 2 250 entreprises.

Manifeste européen pour l’entrepreneuriat féminin 

Propriété et gouvernance les femmes au moins 51%, une définition européenne unique de l’entreprise féminine, des fonds structurels pour la création et la consolidation d’entreprises dirigées par des femmes, des appels d’offres qui prennent en compte la certification de l’égalité entre les femmes et les hommes et la répartition équitable des ressources entre les femmes entrepreneures et les professionnels. Ce ne sont là que quelques-uns des contenus de la Nouveau manifeste européen pour l’entrepreneuriat féminin. Et encore une fois, parmi les points innovants, il y a un oui clair au salaire minimum et un oui à de nouvelles réductions du coin fiscal, deux politiques qui ne sont pas alternatives mais complémentaires, toutes deux utiles pour faire face à l’inéluctable problème des salaires en Italie. Oui au respect du plan pour l’école maternelle prévu par le PNR, qui semble aujourd’hui menacé, oui à de nouveaux investissements dans le modèle des titres de services avec un plafond pour chaque client individuel afin de faciliter la naissance de solutions privées de soins et d’assistance : une opportunité pour l’entreprenariat féminin et pas seulement, étant donné que les emplois blancs sont parmi les rares emplois prometteurs sur le marché du travail. Attention maximale au Code des marchés publics et des entités DL pour que le bonus lié à la certification de genre ne disparaisse pas. Et enfin, un pôle d’entreprenariat dans le Latium et à Rome, qui fait briller l’excellence mais qui est aussi un laboratoire alternatif de politiques actives du travail, capable de former et de placer les femmes en difficulté. Pour attirer l’attention sur ce thème, en le déclinant du point de vue du travail et de l’emploi des femmes, il y a les Groupe des femmes de Confimi Industria  e Contemporains  avec le soutien du Parlement européen et la contribution de nombreuses associations d’employeurs et du secteur tertiaire qui ont participé à la rédaction du document.

La valeur du réseau selon McDonald’s 

McDonald’s  a présenté son programme de mise en réseau  Les femmes dans la franchise qui découle de la volonté de d’accroître l’inclusion de nouvelles femmes entrepreneurs au sein de son réseau un modèle de référence qui lui permet aujourd’hui de gérer plus de 90 % des restaurants en Italie, grâce à 150 licenciés opérant dans toute la péninsule. McDonald’s est un système qui a fait de l’inclusion sa caractéristique distinctive : l’entreprise emploie aujourd’hui environ 32 000 personnes, parmi lesquelles 62% sont des femmes ainsi que les 50% des directeurs de restaurant  et les 50% de l’équipe de direction de McDonald’s Italie des chiffres qui donnent un aperçu d’une réalité qui s’exprime de plus en plus au féminin. Le programme de mise en réseau vise à sensibiliser à l’entrepreneuriat féminin, en collaborant avec des entreprises et des tiers pour fournir des outils, savoir-faire et des formations dédiées aux femmes qui souhaitent s’engager dans cette voie, convaincues qu’investir dans l’entrepreneuriat féminin ne signifie pas seulement promouvoir l’égalité des chances, mais aussi proposer un nouveau point de vue et une nouvelle sensibilité, dans le but de stimuler le développement socio-économique du pays, en termes d’innovation, de culture et de croissance économique. « Le gouvernement compte beaucoup sur l’implication du monde de l’entreprise pour renforcer la présence des femmes dans le monde du travail, non seulement en termes quantitatifs mais aussi qualitatifs », déclare la ministre de la Famille, de la Natalité et de l’Égalité des chances. Eugenia Roccella -.  Il est important que le monde des affaires s’intéresse à la question, car ce pays a besoin d’un grand changement, qui passe également par le bien-être des entreprises et une organisation du travail plus favorable aux femmes. Le gouvernement, le premier en Italie à être dirigé par une femme, a fait preuve d’un grand engagement sur ce front dès le début. Mais nous avons également besoin d’une volonté subsidiaire, qui commence dans le monde du travail et des affaires ». Chez McDonald’s, nous pensons que la valorisation des talents féminins peut contribuer à la transformation culturelle du monde du travail. C’est pourquoi nous sommes convaincus qu’une plus grande représentation des femmes favorise une organisation du travail encore plus efficace et, par conséquent, de meilleurs résultats. C’est là que le travail en réseau entre en jeu : le dialogue et la collaboration entre les institutions, les entreprises et les associations deviennent indispensables pour façonner des contextes de plus en plus inclusifs, capables de générer de précieuses opportunités », déclare le président de la Commission européenne. Dario Baroni,  directeur général de McDonald’s Italie.

GammaDonna Award, voici les finalistes  

De plus en plus de femmes entrepreneurs sont issues du monde de la recherche, de l’université et de la science. Des femmes qui choisissent d’investir leur talent et leurs compétences dans des secteurs stimulants à fort contenu technologique, transformant l’innovation en progrès et en bénéfices concrets pour la société, dans un souci constant d’impact social et environnemental. Et ce n’est pas tout. Génératrices de technologies et d’idées novatrices, les femmes entrepreneurs parient de plus en plus souvent sur de nouveaux modèles d’entreprise et sur une gouvernance « en réseau », créant de véritables chaînes d’innovation durables qui mettent en commun les ressources locales afin d’accélérer la croissance et de multiplier l’impact. Parmi elles, les sept finalistes du concours Prix GammaDonna un prix qui valorise depuis 2004 l’initiative entrepreneuriale féminine innovante, dans le but de contribuer à réduire l’écart entre les hommes et les femmes dans le domaine socio-économique par le biais d’exemples d’entreprises vertueuses. Sept femmes à la tête d’entreprises dans des secteurs très différents, mais avec un engagement commun et solide en faveur de la durabilité et de l’innovation technologique et basée sur la valeur, tant dans les affaires que dans la gestion de l’entreprise. Sabrina Fiorentino , Sestre [Trinitapoli, Bat], Roberta Ligossi  Ta-Daan [Milano], Susanna Martucci  – Alisea [Vicenza], Raffaella Moro , Reair [Milano], Elisa Piscitelli , Futurely [Milano], Dina Ravera  – Groupe Destination Italia [Roma], Cristiana Vignoli , Hemera Pharma [Verona] concourront – depuis la scène du plus grand événement technologique d’Italie, l’Italian Tech Week – pour le prix GammaDonna de l’entrepreneuriat féminin innovant. le vendredi 29 septembre à 11 heures. 

Sources renouvelables avec traction féminine 

Un scénario éclairé par le secteur de l’énergie solaire et axé sur l’emploi des femmes : le secteur des énergies renouvelables, avec le segment de l’énergie solaire photovoltaïque en tête, présente en fait l’un des niveaux les plus élevés d’inclusion en termes d’égalité des sexes, comme le souligne le rapport Solar PV : A Gender Perspective (en anglais) par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena). Selon l’étude, les femmes représentent 40 % de la main-d’œuvre dans le secteur de l’énergie solaire sur un total mondial de plus de 4,3 millions d’employés. Elles sont presque deux fois plus nombreuses que dans le secteur des énergies fossiles et polluantes (pétrole et gaz), où les femmes ne représentent que 22 % des effectifs. « Dans nos processus de sélection, nous n’avons jamais fait de distinction entre hommes et femmes et les femmes cadres supérieurs ont toujours été présentes dans notre réalité. Mais si l’on considère les caractéristiques individuelles et les performances au travail, je peux affirmer avec certitude que certaines fonctions clés du monde solaire sont occupées avec plus de succès par des femmes ». Ce sont les mots de Daniele Iudicone cofondateur d’Imc Holding, une société pontine qui s’engage depuis des années à diffuser des connaissances correctes et transparentes sur les avantages des énergies renouvelables, tant du point de vue énergétique qu’en termes d’impact social. L’objectif est de rendre de plus en plus de maisons privées et de PME indépendantes sur le plan énergétique et de diffuser le mouvement de l’énergie solaire non seulement au niveau industriel, mais aussi au niveau de l’opinion et de la conscience sociale : Je me réfère aux domaines plus classiques du marketing opérationnel et stratégique, mais surtout au domaine stratégique de la gestion de projet, un rôle qui exige de la vision, de l’organisation, de la disponibilité pour la « résolution de problèmes » et la capacité de coordination entre de nombreux acteurs professionnels différents, en particulier dans une réalité complexe comme celle d’un chantier de construction. L’observation nous apprend que dans ce domaine, les profils féminins sont très performants, ce qui constitue un véritable plus en matière d’organisation. Un constat qui se fait naturellement sur le terrain. Car pour nous, le facteur discriminant est toujours et uniquement le « mérite au travail ». Un point de vue, celui exprimé par le cofondateur d’Imc Holding, renforcé par les chiffres et les tendances qui, au niveau planétaire, imposent le secteur des énergies renouvelables comme le plus à même d’offrir un avenir, une justice climatique et surtout un emploi qualifié et égalitaire. Les phrases prononcées ont été fortes et spécifiques dans ce sens par le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres : « Le coût de l’énergie solaire a chuté de 85 % en dix ans et les investissements dans les énergies renouvelables créent trois fois plus d’emplois que les combustibles fossiles. Un véritable camouflet pour le « vieux monde », en somme. Ponctué par les données de l’AIE-Agence internationale de l’énergie, selon lesquelles le nombre d’emplois créés par les énergies renouvelables a atteint 13 millions, avec une prévision de 27 millions d’ici 2030. Avec un zoom sur l’Italie proposé par le Censis pour le compte de l’Agence internationale de l’énergie.Association italienne des agences pour l’emploi (Assosomm), qui souligne qu’au cours des quatre prochaines années, les secteurs photovoltaïque et éolien offriront ensemble plus de 150 000 nouvelles opportunités dans le pays. « L’investissement dans l’énergie solaire a un grand impact non seulement sur les équilibres environnementaux, mais aussi sur les équilibres sociaux et économiques : il permet aux entreprises de réduire les déchets et les coûts d’approvisionnement en énergie, agissant ainsi comme un moteur pour l’emploi. Dans cet espace qui s’ouvre, les femmes jouent un rôle de premier plan », conclut Iudicone.

Lancement d’un parcours pour promouvoir l’entrée des femmes dans les conseils d’administration 

Des associations de professionnels et de cadres s’unissent pour renforcer le rôle des femmes dans les entreprises. Les femmes au conseil d’administration 2023  est le cours de formation avec le partenariat de Unindustria Lazio conçu en 2022 par Manageritalia et Federmanager avec Aidp, Hub del Territorio ER  pour réduire l’écart entre les sexes et promouvoir l’accès des femmes aux postes à responsabilité dans les organisations d’entreprise et les conseils d’administration. Dans la seule région du Latium, plus de 200 femmes ont participé à la journée de formation, qui s’est déroulée en présence et en ligne. Il s’agit d’un cours gratuit destiné aux femmes, mais également ouvert aux hommes, qui prévoit 14 réunions de formation entre mai et octobre 2023, en présence et en ligne. À la fin du cours, après avoir passé un examen, un certificat sera délivré et le nom de la personne sera inscrit sur une liste spéciale en ligne qui pourra être consultée par les entreprises, les sociétés publiques et les organisations à la recherche de femmes professionnelles pour leurs organes de gouvernance. Le projet compte environ 1 700 inscriptions au niveau national, dont une centaine d’hommes. L’Émilie-Romagne arrive en tête avec 35 % des participants, suivie de la Lombardie avec 15 % et du Latium, de l’Ombrie et de la Sardaigne avec 11 %. Il s’agit de cadres, d’entrepreneurs et de femmes professionnelles âgées de 26 à 70 ans, appartenant à tous les secteurs économiques : tertiaire, industrie, conseil aux entreprises et professions libérales.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *