ven. Juil 19th, 2024

En Italie, le commerce électronique est un phénomène important, avec 48 milliards d’euros de transactions, 71 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 380 000 employés. Mais le commerce électronique représente aussi et surtout un levier de développement stratégique pour les entreprises, comme le montre la nouvelle étude réalisée par The European House – Ambrosetti en collaboration avec Amazon et présentée aujourd’hui au Forum de Cernobbio « Le scénario d’aujourd’hui et de demain pour les stratégies compétitives ».

Comme l’explique Lorenzo Tavazzi, associé et responsable de la section Scénarios et Intelligence de The European House – Ambrosetti, « L’étude réalisée en collaboration avec Amazon et présentée aujourd’hui représente un unicum au niveau national car elle examine, avec une vision intégrée, les caractéristiques et les effets sociaux, économiques et industriels du commerce électronique. En particulier, la dimension industrielle a été analysée au moyen d’une enquête structurée menée auprès de 650 entreprises italiennes. Il en ressort que les entreprises italiennes qui vendent en ligne ont enregistré une augmentation moyenne de leur chiffre d’affaires de 8,8 %, de leurs marges de 8,1 % et de leurs exportations de 8,1 %, grâce à l’adoption de la voie numérique. Ce sont les petites et moyennes entreprises qui en tirent le plus grand profit, puisqu’elles sont plus nombreuses que les grandes à déclarer une augmentation de leur chiffre d’affaires (+9,3 %), de leur marge (+64 %) et de leurs exportations (+3 %). Ceux qui vendent en ligne reconnaissent également des avantages dans le canal physique, notant en particulier une augmentation de la notoriété de la marque (7 sur 10), une innovation de l’offre basée sur l’expérience multicanal et une amélioration du service après-vente (6 sur 10), ainsi qu’un élargissement de la base de clients nationaux et étrangers (6 sur 10) ».

En outre, « si ces effets de développement étaient appliqués à toutes les entreprises italiennes dont l’activité est susceptible d’être intégrée au canal numérique, nous pourrions obtenir un effet d’entraînement pour le système national de plus de 110 milliards d’euros (+6% du PIB d’ici 2022). Les effets pro-concurrentiels du commerce électronique sont également très importants : pour 7 entreprises sur 10, les canaux de vente en ligne et hors ligne sont complémentaires, avec des valeurs plus élevées pour les PME (+10,3 points de pourcentage par rapport à la moyenne des autres entreprises), déterminant des avantages en termes de notoriété de la marque et d’amélioration du service après-vente. Les exportations numériques constituent un autre élément de développement : les entreprises signalent une augmentation de leurs exportations de plus de 8 % grâce à l’adoption du canal en ligne, et 6 entreprises sur 10 signalent également une augmentation de leur clientèle nationale et étrangère ».

Pour Mariangela Marseglia, vice-présidente et directrice nationale d’Amazon Italie et Espagne, « ces données confirment que le développement du commerce électronique a soutenu le pouvoir d’achat des familles, augmenté le niveau de compétitivité des entreprises et stimulé la croissance du système économique italien. Dans ce contexte macroéconomique difficile, nous continuerons à investir et à innover pour soutenir les priorités du pays : croissance de l’économie et de l’emploi, numérisation, durabilité, compétences. Aujourd’hui, plus de 60 % des ventes de notre boutique en ligne proviennent de partenaires commerciaux indépendants, et pour eux, rien qu’en 2022, nous avons investi plus de 8 milliards d’euros dans la logistique, les services, les outils et la formation. Grâce à ces investissements, à des outils concrets tels que la vitrine Made in Italy, le programme de formation Accelerate with Amazon, Amazon Incubator, et à la collaboration avec des entités publiques et privées, en 2022, plus de la moitié des 21 000 PME italiennes utilisant notre boutique auront enregistré plus de 950 millions d’euros de ventes à l’étranger sur Amazon (+20% par rapport à 2021). Nous continuerons à accompagner les PME italiennes sur la voie de la numérisation et de l’internationalisation, grâce également à la collaboration avec l’Agence ICE, avec laquelle nous travaillons depuis 2019 et avec laquelle, aujourd’hui, nous renouvelons notre engagement à continuer à apporter notre excellence Made in Italy aux clients d’Amazon dans le monde entier ».

Pour Matteo Zoppas, président de l’ICE, « le commerce électronique est un outil qui raccourcit la chaîne de distribution, permettant même aux PME d’atteindre des pays étrangers sans avoir besoin d’investir dans des structures commerciales complexes, en commençant le processus d’internationalisation « numérique » tout en aidant le processus d’internationalisation traditionnelle. La diffusion mondiale du commerce électronique, sans aucun doute accélérée par la pandémie, crée de nouvelles opportunités de développement pour le Made in Italy, en faisant tomber les barrières logistiques, de distribution et bureaucratiques. Le multiplicateur économique moyen des investissements de 2,48 (source : Ambrosetti) sur la chaîne d’approvisionnement et la croissance moyenne de 8% des exportations d’une entreprise sur cinq démontrent la nature stratégique des investissements en faveur de ce canal de distribution ».

Le commerce électronique génère également du travail et des compétences, comme le montre le multiplicateur en termes d’emploi : pour 100 unités de travail générées directement par les activités de commerce électronique et de vente au détail numérique, 141 autres unités de travail sont activées. En effet, grâce à l’ouverture du canal de vente en ligne, l’étude montre que 20 % des entreprises ont embauché de nouvelles figures professionnelles hautement spécialisées. Le commerce électronique contribue également à la maîtrise du coût de la vie et à l’amélioration de l’offre de détail, comme le montrent les deux études présentées ces derniers mois et réalisées par The European House – Ambrosetti en collaboration avec Amazon : la première menée sur les consommateurs italiens, la seconde basée sur le modèle économique qui, en utilisant des données sur les prix enregistrés entre 2020 et mars 2023, a examiné la relation entre l’inflation et le commerce électronique.

La première étude, présentée en mars, s’est concentrée sur les perceptions des citoyens, qui ont ensuite été confirmées par le modèle économétrique et statistique développé dans la seconde étude, publiée en juillet. Dans un contexte où l’augmentation des prix est le problème le plus ressenti par les citoyens, le commerce électronique a permis à 6 Italiens sur 10 d’augmenter ou de maintenir leur pouvoir d’achat au cours de l’année écoulée. Le modèle économétrique et statistique élaboré par The European House – Ambrosetti et confirmé par la comparaison avec les données de l’ISTAT a montré qu’en Italie, les prix des biens achetés en ligne se sont avérés plus stables que le niveau général des prix, avec un effet d’entraînement sur la croissance des prix généraux ; s’il n’y avait pas eu l’effet de la diffusion du commerce électronique, l’inflation aurait été supérieure de 5 % en moyenne au cours des six dernières années ; à mesure que le commerce en ligne se développe, la consommation augmente elle aussi de manière significative : pour chaque point de pourcentage supplémentaire de diffusion du commerce électronique, la consommation en Italie augmente de 845 millions d’euros. Les trois études réalisées par The European House – Ambrosetti montrent donc les avantages du commerce électronique pour l’économie italienne : levier stratégique et de croissance pour les entreprises, moteur d’innovation pour le commerce de détail traditionnel et allié des familles italiennes dans la lutte contre l’inflation.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *