ven. Juil 19th, 2024

Il n’y a pas deux matins du 15 août qui se ressemblent. Bien qu’il semble que tout se répète avec l’exactitude millimétrique de chaque année, la vérité est que tout est différent. La seule chose qui ne change généralement pas, c’est l’atmosphère. L’atmosphère créée par les fidèles qui viennent prier leur saint patron. Pour rendre grâce. Pour prier pour un être cher. Pour se souvenir de ceux qui ne sont plus là ? Dans ces premières lignes de la chronique de la matinée la plus belle et la plus authentique de Séville, nous devons nous souvenir de Lolina. L’éternelle serveuse de la Vierge à l’éternel sourire qui est maintenant avec elle.

Nous avons dit que les matinées du 15 août à Séville sont toujours les mêmes et en même temps différentes. Le Saint Patron est ressorti à 8 heures précises par la Puerta de los Palos. Les bâtons de nard sont en place. Le pecherín de brillants reflétait le soleil au coin de Correos. L’hymne composé par le Maestro Urcelay a été joué. Les traditionnelles posas ont eu lieu. Les messieurs du sacramental du Sagrario portaient leurs vestes. Les enfants carrancains ont ouvert la procession. La musique et la compagnie de l’armée ont fermé le cortège. Il y a eu un défilé. Et des applaudissements pour les soldats. L’itinéraire a été parcouru dans les 90 minutes traditionnelles…



Et en même temps, il y a tous ces détails qui font que chaque jour de la Vierge est unique. Francisco Javier Gutiérrez Juan à la tête de l’orchestre symphonique municipal a manqué à l’appel. L’habituelle photo de la Vierge au pied de la Giralda a été cette année témoin de l’énorme échafaudage à partir duquel la face nord de la tour est en train d’être restaurée. La décoration florale a été complétée par des astromélias au lieu d’œillets. La corporation municipale, dirigée par son maire, José Luis Sanz, était présente pour la première fois. Le président du Conseil provincial, Javier Fernández, était également présent, ainsi qu’une large représentation de l’institution. La présidence ecclésiastique était assurée par quatre prêtres mittérisés. Outre l’archevêque, Mgr Saiz, et les deux évêques auxiliaires, Mgr León et Mgr Valdivia, l’évêque auxiliaire de Sydney, Mgr Richard Umbers, n’a pas voulu manquer la procession. On dit qu’il veut exporter le modèle sévillan de procession dans son archidiocèse. Le meilleur exemple en est sans doute ce qu’il a pu apporter avec lui en cette belle matinée. Monseigneur Saiz a d’ailleurs choisi pour la procession la cape de Jean-Paul II et a écarté les autres de style baroque que possède le vaste patrimoine du Cabildo. Pour cette raison, les auxiliaires et le prélat de Sidney ont également opté pour des vêtements simples.

La fraîche matinée a commencé tôt dans la cathédrale. À cinq heures, elle ouvre ses portes pour accueillir les fidèles et les pèlerins. Nombreux sont ceux qui viennent des villes voisines pour rencontrer la Virgen de los Reyes. La province de Séville joue un rôle important dans le maintien de la dévotion à la Virgen de los Reyes. Un groupe qui a fait ses débuts est celui de La Algaba. Plus de 60 personnes ont participé au pèlerinage organisé par le curé Gonzalo Fernández Copete. Les bonnes initiatives sont nombreuses pour ce jeune prêtre qui a su s’entourer des meilleurs conseillers.

775 ans depuis la conquête de Séville

Cette année, la procession s’inscrivait dans le cadre d’un événement très particulier. ; Cela fait 775 ans que Ferdinand III de Castille a conquis la ville.  qui apporta avec lui la Vierge des rois, cadeau de son cousin Louis de France. La cathédrale a préparé une série d’événements extraordinaires pour célébrer cet anniversaire et la reprise du culte chrétien. Le 23 novembre, fête de San Clemente, la procession de l’épée aura lieu avec la Vierge des Batailles et les Tables Alfonsíes sur les marches supérieures et, dans l’après-midi, il y aura un service à la Vierge des Rois, qui sera transférée sur l’autel principal de l’église. Deux jours plus tard, une procession commémorative sera organisée avec l’image de San Fernando et la Virgen de Valme de Dos Hermanas, une dévotion également étroitement liée au Saint Roi.

Les pèlerins de La Algaba sont arrivés à la cathédrale à six heures et quart du matin, après un voyage d’un peu plus de deux heures. La deuxième messe avant la procession est terminée. L’un des évêques auxiliaires, Monseigneur Ramón Valdivia, écoute les fidèles se confesser. À l’extérieur, le parcours se remplit peu à peu de fidèles. L’utilisation de grandes chaises de plage pour se tenir dans les premiers rangs derrière la clôture s’est généralisée. Il y a quelques années encore, on ne les voyait qu’à la Puerta de los Palos, où certains attendaient la Vierge dès le début de la soirée.

Les plus chanceux pouvaient prendre leur petit-déjeuner avant la procession. S’il est difficile de prendre un café avant la procession parce que la plupart des bars n’ont pas encore ouvert, il est presque impossible de le faire après parce que tout est bondé. Il faut être patient. La plupart des fidèles se sont rassemblés sur l’Avenida de la Constitución. Là, la musique du Cuartel de la Fuerza Terrestre a de nouveau joué la marche Incarnation couronnéeune pièce qui se termine par la Hail Hail que la congrégation chante habituellement. Dans cette procession, ce geste est peut-être superflu. Tout comme les applaudissements qui suivent. Ils sont grinçants.

Il a été plus difficile que d’habitude d’accompagner la Vierge tout au long du parcours. Il était difficile de se déplacer et il y avait des embouteillages. Si nous mesurons le nombre de visiteurs par cette circonstance, la conclusion est qu’il y en a eu plus que les autres années. Mais il serait plus juste de dire que le nombre de fidèles qui viennent à la rencontre du Saint Patron reste stable. Peu importe qu’il s’agisse d’un long ou d’un très long week-end. Le public de la Virgen de los Reyes est très fidèle et ne désemplit pas le 15 août. Nous insistons sur le 15 août car cette procession est un rituel pour beaucoup. Comme on l’a vu lors des dernières processions extraordinaires, qui ont été très froides et dépourvues de toute l’authenticité qui caractérise cette matinée.

La procession de la Virgen de los Reyes est un triste rappel de la dépersonnalisation du vieux quartier de la ville. En plein cœur de la ville, il est impossible de trouver un habitant sur un balcon. Au lieu de cela, il y a des étrangers. Pratiquement tous les bâtiments sont dédiés au tourisme. Le conseil municipal ferait bien, dans les années à venir, de faire un effort pour au moins décorer ces façades. Comme il le fait pour Corpus Christi. Il serait également judicieux de rétablir les défilés de la corporation avec l’orchestre symphonique municipal à destination et en provenance de la cathédrale. Ces détails ajoutent de l’éclat et rehaussent encore la journée.

La Virgen de los Reyes a passé un peu plus de 90 minutes avec les fidèles avant de retourner à la cathédrale, où la messe de saison a été célébrée. Le culte de la patronne se poursuivra avec l’octave, le second baiser de la Vierge et l’ouverture de l’urne de San Fernando le 22. Des événements plus intimes et d’une grande beauté. Le Cabildo prépare déjà la procession de 2024 et il y aura d’importantes nouveautés. Il y aura cent ans que la tumbilla a été utilisée pour la première fois et elle sera restaurée. En 1924, la procession s’est étendue à la Plaza Nueva pour l’inauguration du monument à San Fernando. Il n’est pas exclu, loin s’en faut, que l’année prochaine, la même chose se produise. Ce sera le même matin du 15 août. Et pourtant si différent.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *