ven. Juil 19th, 2024

Ce devait être l’été des soldes, mais quelque chose n’a pas fonctionné. Ainsi, à la veille de Ferragosto, le bilan provisoire dressé par les opérateurs touristiques est fait d’ombres et de lumières. Ce premier été sans restrictions liées à la pandémie a attiré de nombreux étrangers en Italie, même si l’on constate une baisse sensible des touristes venus de l’Est, mais de nombreux Italiens sont restés chez eux pour des raisons économiques. L’inflation a entraîné des augmentations insoutenables – avec des pics de 44 % pour les vols, 17 % pour les vacances à forfait et 13 % pour les hôtels et autres installations d’hébergement – obligeant les familles à raccourcir, à reporter ou à renoncer complètement à leurs vacances.

Sold out reste un mirage.  Deuxième Confcommercio environ 14 millions d’Italiens sont en vacances pour la semaine de Ferragosto dans la plupart des cas, ils restent en Italie et dépensent environ 7 milliards d’euros. Bernabò Bocca, président de Federalberghi, est perplexe : « Ça ne va pas mal, mais pas aussi bien que ça devrait l’être à cette période. Nous ne sommes pas complets en Sardaigne, en Versilia nous sommes à 70% d’occupation (l’année dernière nous étions à 87%)… ». Selon une étude de Cna Turismo e Commercio, la semaine du 11 au 20 août a enregistré 25 millions de présences pour un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards d’euros. Un résultat record qui permet aux touristes étrangers de franchir le mur des 15 millions de présences. Moins optimiste, le Centro Studi Turistici (Centre d’études touristiques) de Florence pour Assoturismo Confesercenti, prévoit pour le long week-end de Ferragosto – cinq nuits du 11 au 16 août – 17 millions de présences touristiques, dont 60 % d’Italiens dans les structures d’hébergement officielles. Selon le ministère du tourisme, la deuxième semaine d’août confirme la tendance qui fait de l’Italie la deuxième destination préférée. Au cours de la première moitié du mois, les réservations aériennes ont augmenté de 14 % par rapport à la même période en 2022, principalement grâce à l’essor de l’international (+22 %).

Albanie low-cost . En Italie, les services touristiques coûtent jusqu’à 248% de plus que dans les stations balnéaires albanaises. Consumerismo No Profit a comparé les prix et les tarifs des principales destinations balnéaires albanaises avec ceux de notre pays. . Pour passer 7 nuits dans l’une des stations balnéaires les plus populaires d’Albanie, du 21 au 28 août, dans une chambre double, le coût minimum va de 175 euros à Vlora à 420 euros à Qeparo. Au cours de la même semaine, un séjour coûte au minimum 564 euros à Milano Marittima, 735 euros à San Vito Lo Capo et 889 euros à Villasimius. Les établissements de bains italiens coûtent en moyenne 162 % de plus et l’Albanie est également moins chère en ce qui concerne les restaurants, où un repas complet de poisson coûte en moyenne entre 20 et 25 euros par personne, contre 45/65 euros en Italie. « Ce n’est certainement pas un hasard si l’on constate une baisse de 30% du nombre de compatriotes dans les principales stations balnéaires de notre pays, alors que les plages d’Albanie, de Croatie et d’Espagne sont prises d’assaut par les touristes italiens », commente le président Luigi Gabriele.

Le déjeuner à la maison est également salé.  Les Italiens qui fêtent Ferragosto à la maison dépensent sur les Cette année, ils dépenseront en moyenne 10,7 % de plus pour le déjeuner traditionnel.  par rapport à l’année dernière. Ceux qui optent pour un restaurant, en revanche, devront prévoir des augmentations de prix de l’ordre de 5,3 %. Ces chiffres proviennent de Assoutenti.  Si l’on considère un déjeuner pour 8 personnes préparé à la maison, la dépense, à consommation égale, augmente d’environ 22 euros par rapport à l’année dernière. Sur un public potentiel de 15 millions de familles, la charge globale s’élèverait à 330 millions d’euros. Plus d’un tiers des dépenses touristiques des Italiens et des étrangers au cours de l’été 2023 est destiné à la table pour une valeur qui dépasse les 15 milliards d’euros pour les repas dans les restaurants, pizzerias, trattorias ou agritourismes, mais aussi la nourriture de rue ou les souvenirs de la nourriture et du vin, selon les estimations de Coldiretti.

La Romagne pénalisée par les inondations.  La Romagne espérait un Ferragosto différent : sur la Riviera, il y a en effet beaucoup de monde, mais il n’y a pas le plein habituel des années passées. Les opérateurs ne cachent pas leur déception, car le début de la saison estivale a été ralenti par les inondations, avec une pluie d’annulations qui s’est quelque peu calmée au fil des semaines. « A Ferragosto, explique le président provincial de Confesercenti, Fabrizio Vagnini, on assiste enfin à un retour à la croissance des flux touristiques, même si l’on reste loin des attentes et que l’on risque d’enregistrer une baisse par rapport à l’année dernière ». Sur les principaux portails de réservation en ligne, des centaines d’hôtels proposent encore des chambres disponibles pour les jours de Ferragosto, une situation inimaginable il y a quelques années. La baisse semble surtout imputable à la clientèle italienne (qui avait d’ailleurs redécouvert la Riviera romagnole pendant les années d’urgence sanitaire), étant donné que l’afflux en provenance de l’étranger, malgré la flambée des prix des vols, semble se maintenir.

Sur la plage, mais seulement le week-end.  La tendance pour l’été 2023 semble être aux vacances avec délit de fuite. « Les 30 000 établissements de bains, dont la plupart sont des entreprises familiales, s’engagent à garantir que les vacances au bord de la mer se déroulent dans des conditions sûres et avec tout le confort nécessaire », explique Antonio Capacchione, président du Syndicat italien des établissements de bains (Sib), membre de Confcommercio. Actuellement, on observe une « souffrance » de la demande intérieure par rapport à la demande internationale, avec une « polarisation » des présences pendant les week-ends et une réduction pendant la semaine. À cela s’ajoute une baisse significative de la consommation. « Il est tout à fait clair que l’inflation et la hausse des taux d’intérêt érodent l’épargne des Italiens et, par conséquent, leur pouvoir d’achat », ajoute M. Capacchione. Un autre facteur important à prendre en compte est qu’après la période de pandémie, beaucoup de nos compatriotes ont recommencé à voyager à l’étranger ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *