lun. Juil 22nd, 2024

« L’Union européenne nous donne deux possibilités : soit une loi qui protège les secteurs faibles, soit la négociation collective. J’espère que de cette rencontre entre le gouvernement et les oppositions naîtra quelque chose pour la défense des travailleurs ». Tiziano Treu avocat du travail, ancien ministre du travail et ancien président du Cnel, est confiant.

Professeur, quels sont ces secteurs faibles ? 
Les petites entreprises de nettoyage, de soins, de restauration, de gardiennage et de surveillance. Dans ces secteurs, il est nécessaire d’avoir une loi pour responsabiliser ces travailleurs qui manquent souvent de protection et de représentation syndicale. En outre, la dynamique de l’emploi, bien qu’encourageante, cache, si on l’observe de près, un travail précaire et de mauvaise qualité. Le travail temporaire, bien que se situant dans la moyenne européenne, devient un problème lorsqu’il est de très courte durée. Les contrats d’une semaine ou d’un mois sont une catastrophe. D’une manière générale, il faut veiller à ce que les personnes ayant un emploi temporaire ne soient pas piégées dans cette condition, un fléau qui touche particulièrement les jeunes en Italie.

Certains ont avancé le chiffre de 160 000 emplois taureaux  sans garanties… 
Je ne suis pas au courant. Bien que ce ne soit pas la première fois que l’on parle de travailleurs sans contrat, en Italie il y a un « chiffon » de contrat, même s’il est souvent mal appliqué. En particulier dans les entreprises que j’ai mentionnées précédemment, où le taux d’évasion peut atteindre 30 %. À ce stade, il y a deux signes positifs : une bonne croissance de l’économie, même légèrement supérieure aux prévisions, et une reprise de l’emploi. Ce n’est pas gagné d’avance, compte tenu des nombreuses prédictions ouvertes par l’avènement de la technologie, dont on disait qu’elle avait supprimé des emplois. Les emplois sont là, mais ils changent. Nous aurons de plus en plus d’emplois verts, de plus en plus d’emplois dans le domaine des soins personnels et de l’entretien. Des investissements sont donc nécessaires pour soutenir la formation et faciliter la transition de centaines de milliers de personnes vers cette nouvelle économie. Cela signifie qu’il faut les orienter vers de nouveaux secteurs et de nouvelles entreprises.

Un millier de contrats ont été déposés au Cnel. 
C’est vrai. Au cours de la dernière période du gouvernement Draghi, lorsque le ministre du Travail était Orlando, nous avons essayé de trouver une solution pour renforcer la négociation collective. C’était le résultat à la fois de la capacité à mettre les employeurs et les représentants syndicaux à la même table et de l’invitation de l’UE à réglementer le salaire minimum en tant qu’alternative.

Que pensez-vous des contrats pirates ? 
Qu’ils sont mal faits et souvent non représentatifs. C’est une moquerie pour ceux qui respectent la négociation collective. Je suis conscient que le coin fiscal en Italie est encore élevé et que l’imposition du travail touche jusqu’à 50 % des salaires. Mais on ne peut pas contourner la loi de cette manière. Nous devons au contraire insister sur la décentralisation des négociations et sur la poursuite de la réduction du coin fiscal.

La loi est faite, la tromperie est constatée… 
En effet, nous sommes un peuple qui a du mal à respecter la loi. Les conséquences sont que nous avons presque trois décès par jour sur le lieu de travail et 18% de travail non déclaré. Un véritable préjudice pour la communauté : c’est pourquoi nous avons besoin de plus d’inspecteurs et de plus de contrôles.

Mais a-t-on vraiment besoin d’une loi sur les salaires ?  salaire minimum ? 
Le Premier ministre a également pris conscience de cette nécessité, très ressentie par l’opinion publique. L’ouverture d’un sommet avec les oppositions doit être lue dans ce sens. Le salaire minimum, qu’il soit légal ou contractuel, doit être introduit. La proposition des minorités réunit les deux. Il n’est pas acceptable d’avoir 3,5 millions de travailleurs pauvres, qui ont des revenus de famine. Il s’agit d’une urgence absolue.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *