Rodez Agglomération lance sa plateforme d’achat en ligne pour les petits commerces

Lancée depuis quelques jours, l'application Ma Ville, mon shopping est mise gratuitement au service des commerçants et des habitants de Rodez agglomération pour faciliter l'achat en ligne dans les boutiques locales.

Monique Bultel-Herment et Jean-Philippe Sadoul ont présenté l'appli Ma Ville, mon shopping. ©ADN12

« Encore une nouvelle plateforme ? » se diraient certains. En effet, les deux confinements ont vu fleurir différentes initiatives locales de la région ou du département essayant de recenser les professionnels qui continuent à offrir leurs services aux habitants. Oui, mais « Ma Ville, mon shopping » de Rodez Agglomération veut voir plus loin et créer une concurrence locale aux grandes plateformes en ligne comme Amazon.

Une place du marché numérique

William Fraysse, Manager de Centre-ville de Rodez agglomération. ©ADN12

L’idée est simple : proposer aux commerçants une plateforme gratuite où ils proposeraient leurs produits à la commande en indiquant, au choix, le click&collect ou la livraison à domicile. De son côté, le consommateur peut naviguer de commerçant en commerçant et remplir son unique panier de courses, même si les achats se font chez plusieurs boutiques.

La solution comprend une aide à l’inscription sur la plateforme pour tout commerçant intéressé, une formation régulière, un service support dédié proposé par La Poste et la prise en charge de l’animation de la plateforme. Et le tout, sans aucun frais pour le commerçant ou le consommateur. « Ca n’est pas incompatible avec le fait de se créer un beau site internet ou son appli comme peuvent le proposer des start-up locales » assure Monique Bultel-Herment, en charge du dossier avec William Fraysse. « C’est un produit complémentaire ».

Validé par l’association de commerçants Cassiopée et celle de Luc-la-Primaube, deux boutiques de la commune (Bebe Lov’ et Grain de sable) sont déjà inscrites, neuf dans tout l’Aveyron. Seul bémol : il faut présenter un SIRET pour s’y inscrire. Que peuvent alors faire les associations qui n’en disposent pas, mais qui ont pourtant aussi un local en centre-ville ?

Créer un Amazon local

Christian Teyssèdre, président d’agglomération a donné le feu vert pour mettre en ligne le projet sur lequel travaille depuis 6 mois sont équipe. ©ADN12

La commande pour cette plateforme a été passée directement à La Poste qui a déjà vendu cette solution à plus de 800 villes de France. Sur le montant total de 33 000€, la Banque des Territoires prend en charge une partie de la dépense, laissant à Rodez Agglomération la « petite » enveloppe de 11 500€ pour l’année 2020, intégralement prise en charge pour que les commerçants n’aient rien à payer. « Ca représente 50 centimes par habitants la première année, puis 35 centimes par habitants les autres années » précise Monique Bultel-Herment.

Avec, comme ambition, de devenir pérenne pour concurrencer localement les grandes plateforme d’achats en ligne. « Aujourd’hui, l’évasion commerciale en ligne, en Aveyron, c’est 11% » résume Christian Teyssèdre. « Soutenir le petit commerce, c’est un combat commun à tous les Aveyronnais ».

« Il y a un vrai travail dans les années qui viennent pour tout faire pour contourner Amazon » (Christian Teyssèdre)

Des Aveyronnais influenceurs

A noter aussi l’appel aux « Cityzens », soit les « influenceurs locaux » qui se cachent en nous avec la possibilité pour les habitants de mettre en avant sur leurs réseaux sociaux préférés un produit d’un commerce local. « A mesure que le produit se vend, l’habitant collecte des points qui pourront ensuite être dépensés chez les commerçants de la plateforme » précise William Fraysse qui s’est inspiré du modèle « à la mode, surtout chez les jeunes » des influenceurs.

Une manière aussi d’encourager les commerçants à « franchir le virage numérique » indique le maire de Rodez. Il ne reste plus maintenant, qu’à aider aussi certains habitants…