Laurent Peyrelade sait que ça sera compliqué sans public, et en plus, face à une grosse équipe d'Auxerre. @ADN12

La semaine dernière, Rodez a enchaîné une troisième défaite consécutive. En s’inclinant 3 à 0, sur la pelouse du voisin, Toulouse. Pour le coach, Laurent Peyrelade, c’était certainement « le plus mauvais match depuis le début de saison » . Alors cette semaine à l’entraînement, il a fallu changer les choses…

Une confiance à retrouver

« L’idée, c’était plutôt de remettre de l’agressivité et de l’intensité dans les duels, dans notre communication et puis d’avoir juste confiance. On ratera d’autres matchs. C’était surtout dans le contenu que c’était fade »

(Laurent Peyrelade)

 

Un sentiment partagé par David Douline, le milieu de terrain ruthénois. Pour lui, le discours du coach de ce mardi a permis de faire réagir le groupe. « Ça a marché parce que la semaine a été intéressante, précise-t-il. En ce moment, on ne montre pas notre meilleur visage, sur les derniers matchs. En plus, on a quand même zéro réussite. On prend des buts assez tôt, souvent sur les premières occasions des adversaires. Ça nous déstabilise, on perd un peu confiance. On se désorganise, on a moins de maîtrise collective. Sur le match contre Toulouse, on a vraiment senti qu’il y avait un peu moins de folie, de détermination, d’abnégation. On a travaillé là-dessus ».

David Douline est conscient que Rodez doit réagir et montrer un meilleur visage. @ADN12

Groupe au complet

Pour ce match, peu d’absents. Seul Ouammou est encore au soin, pour une douleur au cartilage. Obiang sera à 100 % à l’entraînement la semaine prochaine. Et Ponceau reprend du rythme et n’est pas loin du groupe. Une bonne nouvelle, alors que c’est un gros morceau qui attend les Ruthénois ce samedi, avec la réception d’Auxerre. 

Le groupe pour la réception d’Auxerre. @ADN12

« C’est une équipe comme l’an dernier, joueuse, technique, détaille Laurent Peyrelade. Avec des joueurs au-dessus du niveau, je pense à Autret, Le Bihan. C’est une équipe qui a des principes de jeu très très forts, avec un super entraîneur. L’opposition sera intéressante. Nous, on doit être capable de les bousculer dans ce qu’ils veulent faire et d’aller sur notre terrain. On n’a pas su le faire à Toulouse, on a pratiquement réussi à le faire contre Troyes. Il ne faut pas se tromper d’objectif. On fait de la compétition, il y a des points à prendre. » 

David Douline sait que ça ne sera pas un match facile, face à une belle équipe forte techniquement. Mais il croit en son équipe :« À nous de faire ce qu’il faut pour les embêter, à nous de répondre présent. C’est une équipe de qualité, je pense que ça va être un bon match. À nous de les emmener là où on a envie de les emmener ».

Huis-clos pendant un mois…

Ce qui va changer, ce samedi, c’est qu’en raison du confinement, la réception d’Auxerre se fera dans un stade vide… à huis-clos. Une première pour les joueurs et le staff, et une absence de public qu’il va falloir gérer.

« Pour nous, le public, c’est une donnée importante parce qu’on a un stade un peu atypique et on sent que ce public est proche de nous. Ca va être pénalisant, c‘est sûr que c’est plus facile quand le public nous pousse, surtout en début de rencontre, pour rentrer dans son match. Là, dans l’atmosphère, ça va ressembler à un entraînement, au niveau du son. Mais il ne faut pas que ça nous dérange »

(David Douline, milieu de terrain)

« C’est quelque chose qui freine parce qu’il n’y a pas de lien, complète Laurent Peyrelade. Et nous, on en a besoin. On a un petit stade, une petite jauge, mais ça n’empêche que ce qu’il émane d’ici, du public… c’est fort. Et ces petits pourcentages-là, il va falloir aller les chercher dans le cœur et dans les poumons. Pour nous, c’est une donnée emmerdante ! » 

Ce samedi 31 octobre, RAF – Auxerre, au stade Paul-Lignon, à 19h.