Aveyron. « Faire reprendre les élèves lundi est irresponsable ! »

Alors que le Ministre de l'Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, a présenté les nouvelles modalités qui seront à l'œuvre dès lundi pour la rentrée des classes, le syndicat enseignant FSU de l'Aveyron estime que ces décisions "précipitées" auraient nécessité un report de la rentrée.

Le syndicat FSU juge que le gouvernement "joue avec la santé" des enseignants... @ADN12_archives

C’est une des grandes différences par rapport à la première période de confinement : ce lundi 2 novembre, les écoles, collèges et lycées accueilleront les élèves en classe. Les ministres Jean Castex et Jean-Michel Blanquer l’ont confirmé ce jeudi soir en précisant les modalités de ce retour en classe : port du masque obligatoire dès 6 ans, limitation du brassage des élèves et renforcement des protocoles sanitaires.

« Il eût été avisé de repousser cette rentrée »

Des annonces qui passent mal auprès du syndicat d’enseignants aveyronnais du Premier Degré FSU 12, qui dénonce une nouvelle fois « l’improvisation et l’impréparation » de cette rentrée.

« Pour la FSU faire reprendre les élèves après des décisions aussi précipitées dès le 2 novembre est irresponsable. Un temps d’adaptation et de préparation est indispensable. Il eût été avisé de repousser cette rentrée. Pas pour que les enseignants puissent aller aux champignons mais pour permettre de travailler dans l’urgence à un minimum de préparation et d’adaptation. »

(Communiqué de la FSU 12)

« On se sent méprisés »

Dans un communiqué, le syndicat estime que la santé du personnel enseignant est aujourd’hui « méprisée »…

« La FSU12 estime que cette protection a été défaillante et que les personnels ont été mis en situation de risque physique et psychologique. L’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des personnels. Des dispositions peuvent être mises en place dès la rentrée. Si cela n’était pas le cas, la FSU12 appellerait les personnels à se saisir de tous les moyens d’action pour faire valoir leurs droits et assurer leur sécurité. Le gouvernement doit cesser de jouer avec la santé des personnels, des élèves et de leurs familles. »

(FSU)

La FSU exige par ailleurs que le jour de carence soit suspendu : « il est inacceptable que les personnels payent le prix d’une maladie à laquelle leur employeur les expose délibérément ! ».

Des exigences

Le syndicat estime avoir alerté le gouvernement dès le mois de juin sur la nécessité d’anticiper la rentrée de septembre et n’avoir pas été entendu. « Le Ministre a fait le choix d’alléger le protocole sanitaire pour la rentrée et de marteler une rentrée normale à longueur d’interviews, or cela a favorisé la circulation du virus dans les écoles, collèges, lycées » écrit le syndicat, « Le Ministre porte une lourde responsabilité dans la dégradation de la situation actuelle ».

« Aujourd’hui, la FSU12 rappelle ses exigences pour une rentrée sécurisée : passage d’un fonctionnement en classe entière à un fonctionnement en demi-groupes, recrutements de personnels, d’AED mais aussi d’agents territoriaux (pour assurer un nettoyage et une désinfection des salles), réorganisation de la demi-pension pour limiter le brassage des élèves, nouvelles modalités d’aération des salles, distribution du matériel de base (points d’eau, gel, masques gratuits …) »

(FSU)

Le syndicat pose aussi la question des transports scolaires dans un département rural comme l’Aveyron : « rien ne sert de réguler le brassage des élèves dans les établissements si ce brassage n’est pas également régulé lors des déplacements collectifs ».

Enfin, sur le plan pédagogique, la FSU préconise un aménagement des programmes et un nouveau calendrier pour le baccalauréat avec report de certaines épreuves…

Lire aussi : « Les directeurs d’école sont sous pression ! »Les modalités du nouveau confinement pour l’école