Occitanie. « Nous sommes bien en face d’une deuxième vague extrêmement forte »

Pierre Ricordeau, le Directeur général de l'ARS Occitanie a fait le point sur la situation sanitaire ce mardi 27 octobre.

L’Agence Régionale de Santé, par la voix de son directeur Pierre Ricordeau, a tenu une conférence de presse ce mardi 27 octobre. Objectif : faire le point sur la situation sanitaire de la région Occitanie et sensibiliser la population afin « qu’elle contribue à casser les chaînes de contamination ».

« La situation est grave, il faut que tout le monde en ait conscience ! »

Des malades transférés en Bretagne

Signe de l’aggravation de la situation sanitaire en Occitanie : quatre malades de la région, essentiellement du Gard, ont été transférés ce mardi vers la Bretagne, un territoire plutôt épargné par l’épidémie actuellement. Six autres ont été transférés des établissements du Gard vers ceux de Haute-Garonne.

« Lors de la première vague, l’Occitanie avait accueilli des patients d’ailleurs en dernière limite… Là, la stratégie est différente : on procède à des évacuations anticipées avant d’atteindre la saturation du système hospitalier »

(Pierre Ricordeau, Directeur de l’ARS-Occitanie)

Le nombre de cas recensés par semaine dans la Région est en constante augmentation selon l’ARS : de 6 000 cas par semaine au début du mois d’octobre, le chiffre atteint 16 000 à l’heure actuelle. « Aucun territoire n’est épargné : ni les zones rurales, ni les zones urbaines »

« Le système hospitalier subit actuellement un choc ! »

Pierre Ricordeau a expliqué ce mardi que les hospitalisations étaient en forte hausse ces dernières semaines sur l’ensemble du territoire régional. « Leur nombre a été multiplié par 3,5 en un mois » a-t-il précisé, passant de 200 nouvelles hospitalisations par semaine à plus de 700…

Augmentation des cas graves

A ce jour, un tiers des patients se trouvant en réanimation dans les hôpitaux de la région sont des patients Covid.

« Les personnes restent moins longtemps en réanimation que lors de la première vague mais on a aujourd’hui dépassé le pic d’hospitalisations de la première vague »

(Pierre Ricordeau, Directeur de l’ARS-Occitanie)

Le 1er septembre dernier, 26 personnes étaient prises en charge en réanimation. Ce chiffre est aujourd’hui 10 fois plus élevé. « Tous ne sont pas âgés : la semaine dernière, 170 personnes ont été admises en réanimation, 61% d’entre elles avaient plus de 65 ans, mais 39% étaient bien plus jeunes »

Des prévisions pessimistes

Le Directeur de l’ARS explique la stratégie actuelle au niveau régional : « augmenter les capacités de réanimation ». « Le stock habituel de places est de 469; on l’a déjà étendu à 551 et on va continuer à le pousser sachant qu’on peut potentiellement atteindre de 800 à 900 places ».

« On le doit aux soignants et aux malades ! »

Une stratégie indispensable selon lui pour continuer à prendre en charge les patients non Covid et surtout répondre aux prévisions d’évolution de la situation, qui sont mauvaises pour les 15 prochains jours.

« On se dirige vers une hausse des malades en réanimation. De 300 patients en soins critiques au 1er novembre, on pourrait rapidement atteindre les 500 à la mi-novembre ! La situation est grave et il faut absolument casser les chaînes de contamination… c’est le gros enjeu de la période actuelle ! On le doit aux soignants et aux malades pour inverser les courbes et remettre le système sanitaire à l’endroit »

(Pierre Ricordeau, Directeur de l’ARS Occitanie)

Le Directeur de l’ARS appelle donc à « un effort collectif et individuel » pour inverser la tendance et passer le plus rapidement cette situation de pic épidémique.

Sa préconisation ? Respecter scrupuleusement les gestes barrières et limiter le plus possible les contacts…

« La première des choses et de limiter les interactions sociales car il faut bien comprendre que la probabilité de croiser une personne malade et contagieuse est actuellement, en période de pic épidémique, très très élevée ! »

(Pierre Ricordeau, Directeur de l’ARS Occitanie)

Un message à la responsabilité collective renouvelé alors que le Président de la République pourrait annoncer une nouvelle série de mesures encore plus restrictives dès ce mercredi 28 octobre, parmi lesquelles est envisagée la piste d’un reconfinement partiel…