Rodez. L’IUT Toulouse Capitole s’adapte à la crise

Après une rentrée compliquée, l'IUT de Rodez s'est adaptée aux contraintes sanitaires pour continuer à proposer aux 700 étudiants enseignements et projets. 

Bruno Belieres, directeur et Guillaume Girmens, directeur adjoint de l'IUT de Rodez. ©ADN12

« Ca a été une rentrée « chaudron » » : c’est ainsi que Stéphane Enjalbert résume son premier mois en tant que nouveau responsable administratif et financier de l’IUT de Rodez. Si le confinement a pris tout le monde de court, l’IUT n’a pas tardé à distribuer aux élèves qui en ont fait la demande des ordinateurs portables (en partenariat avec la Région Occitanie) et des clés 4G (de leur propre initiative) pour permettre aux élèves de continuer les cours en distanciel.

Etudier au temps de la Covid

Bruno Bélières, directeur de l’IUT de Rodez. ©ADN12

Tous les élèves sont désormais revenus, le port du masque dans l’enceinte et aux abords des bâtiments est évidemment obligatoire, de même que le sens de circulation et la distanciation physique.

Si la direction de l’IUT admet que celle-ci est difficile à maintenir dans les classes, où la même capacité d’accueil a été maintenue, Bruno Bélières rappelle que l’IUT n’en est pas au niveau des facs des grandes villes, avec des étudiants forcés de prendre leurs cours sur les marches de l’amphi.

L’ARS avait programmé, il y a quelques jours, une campagne de sensibilisation et de tests au sein de l’établissement. Une réunion de sensibilisation a eu lieu avec les délégués de classe, animée par Isabelle Vidal, médecin hygiéniste du Centre hospitalier de Rodez. Elèves et personnels de l’IUT étaient invités, s’ils le souhaitaient, à se faire dépister, révélant 2 personnes positives sur 112 testées.

« Les étudiants jouent le jeu »

Mais pour Bruno Bélières, il n’y a pas d’inquiétude à avoir : « le taux de positivité est de 1,73% alors que la moyenne nationale est de 14% » explique le directeur, plutôt fier de l’intérêt des élèves qui avaient répondu présents à cette journée. « L’avantage de l’IUT, c’est que ce sont des petites promotions de 28 élèves maximum » explique ce dernier en précisant qu’après la période d’isolement nécessaire, les étudiants touchés étaient revenus en cours. « Le port du masque est respecté et les élèves entrent en cours en mettant du gel hydroalcoolique : c’est rentré dans les habitudes » constate Stéphane Enjalbert.

Le port du masque et le gel hydroalcoolique sont vite rentrés dans les mœurs des élèves de l’IUT de Rodez. ©ADN12

Retombée de la crise pour les nouveaux diplômés

Pour Bruno Bélières, si la force de l’IUT se trouve en partie dans sa proximité avec le bassin d’emploi local, la crise sanitaire compliquera évidemment l’entrée dans la vie active des nouveaux diplômés. « L’Etat a pris conscience des retombées de la crise sur les formations » explique le directeur de cet IUT qui souhaite, comme l’Etat, mettre l’accent sur l’alternance. Il explique que les entreprises locales sont d’ailleurs en demande de ce qui reste un bon moyen pour recruter, par la suite, de la main d’œuvre déjà formée.

« Il y a une crise mais il faudra bien rebondir »

Guillaume Girmens, directeur adjoint de l’IUT de Rodez. ©ADN12

Si la crise ne va faciliter la tâche d’aucune entreprise, l’IUT avait déjà commencé à s’adapter aux besoins locaux puisque 30% du programme pouvait concerner les entreprises locales, en passant notamment par des stages, des projets tutorés, et des formations en partenariat. Par exemple : une formation Maintenance de l’industrie du futur a été créée avec le Campus des métiers pour apprendre à piloter la maintenance de parc machine pour des lycées professionnels ou des entreprises spécialisées, plutôt nombreux en Aveyron.

Pour les mois à venir, l’IUT se tient prêt : « nous sommes prêts à travailler en hybride avec 50% des groupes en présentiel et 50% à distance pour une semaine, pour ensuite échanger » explique Guillaume Girmens, prof d’économie et nouveau directeur adjoint. « Mais ce sont les chefs de départements qui décideront en fonction des filières » termine ce dernier.