Domotique. Vers la création d’une filière 100% aveyronnaise ?

Le Département de l'Aveyron veut faire rimer vieillissement de la population avec opportunité économique...

Le président du Conseil Départemental de l'Aveyron a lancé une expérimentation auprès d'Aveyronnais en perte d'autonomie et croit au potentiel économique de ce type d'appareils domestiques. @ADN12

« Le potentiel est gigantesque, l’idée ambitieuse et il y aura des créations d’emplois à la clef » Le président du Conseil Départemental de l’Aveyron, Jean-François Galliard, veut jouer coup double : maintenir le plus longtemps possible les personnes âgées à domicile et accompagner le développement d’une filière économique spécialisée en domotique sur le sol aveyronnais…

« Faire de l’Aveyron un département témoin pour la filière domotique nationale ! »

Expérimentation en cours

Avant de lancer les grandes opérations, le Conseil Départemental a choisi de procéder par étapes en lançant une étude auprès des seniors aveyronnais et de leurs aidants : « on est allé sur le terrain pour voir comment ils vivaient au quotidien et quels étaient leurs besoins » explique Matthieu Faure, de l’Institut Méditerranéen de la Longévité, à qui ce travail d’enquête a été confié.

« On se rend compte que les besoins sont simples : pouvoir fermer ses volets à distance, se déplacer dans son logement la nuit… on y répond avec des solutions domotiques comme des prises connectées, des chemins lumineux au sol, des appareils à commande vocale ou des détecteurs de chutes. »

(Matthieu Faure, spécialiste Environnements Intelligents)

Deux packs ont ainsi été conçus pour répondre aux besoins spécifiques des personnes interrogées. Ils sont actuellement expérimentés par une trentaine d’Aveyronnais en perte d’autonomie ou en situation de handicap, chez qui les différentes technologies ont été installées. La fin de l’expérimentation est prévue au mois de février 2021.

La domotique désigne les appareils électroniques qui facilitent la vie domestique, comme ce détecteur de mouvement, qui permet de déclencher l’éclairage pour accompagner les personnes lors de déplacements nocturnes. DR

Un potentiel économique à développer

Pour cette première phase d’étude et de test, le Conseil Départemental a investi quelques dizaines de milliers d’euros en compagnie des autres partenaires institutionnels de la Conférence des Financeurs et prévoit de mettre davantage de moyens en cas de succès. « Il y a un premier potentiel d’environ 3 000 Aveyronnais susceptibles d’en avoir besoin » assure Eric Delgado, Directeur Général Adjoint au Conseil Départemental, « mais il reste à construire le modèle économique : voir par exemple comment intégrer le pack dans l’Apa (Allocation Personnalisée d’Autonomie), voir dans quelles mesures les usagers peuvent participer financièrement…  ». Les packs actuellement en test ont un coût compris entre 200 et 250 euros selon les options.

« Si l’expérimentation est positive, on pourra investir ! »

Matthieu Faure, Jean-François Galliard et Eric Delgado (Directeur Général Adjoint au Département) ont présenté leur projet pour les personnes en perte d’autonomie en Aveyron. @ADN12

Mais le projet du Conseil Départemental va bien au-delà de l’équipement des seuls Aveyronnais : « on veut développer une véritable filière domotique » assènent ses membres à l’unisson. Eux qui pour la phase d’expérimentation ont du aller chercher des entreprises en région lyonnaise : « il n’existait aucune entreprise aveyronnaise en capacité d’installer les systèmes ! » se désole Eric Delgado, qui voit là une opportunité à saisir pour créer tout un écosystème économique autour de la domotique.

D’ici 10 ans, l’Insee prévoit qu’un Aveyronnais sur trois aura plus de 60 ans.

« L’idée est de faire venir des start-up en Aveyron, développer des cursus de formation, développer des unités de recherche et développement, créer de l’emploi… » s’enthousiasme Jean-François Galliard.

« Les entreprises, et notamment les start-up du secteur, manquent aujourd’hui d’un territoire d’expérimentation pour tester leurs idées. Je remercie l’Aveyron de leur offrir ça, avec une approche systémique qui est forcément intéressante pour les professionnels »

(Matthieu Faure, Institut Méd. de la Longévité)

Reste à savoir si cette première approche sera suffisamment concluante pour attirer les professionnels et développer une filière porteuse d’avenir dans un territoire vieillissant. Pour cela, rendez-vous au printemps 2021.