Aveyron. Les nouveaux horaires du train de nuit Rodez-Paris font grincer des dents

L’ADGAPR (L’association de Défense de la Gare d’Assier et de Promotion du Rail) alerte les usagers et les élus sur la dégradation des circulations du train de nuit Paris-Rodez depuis ce lundi 5 octobre, du fait de travaux sur la ligne Paris - Orléans - Limoges - Toulouse.

Photo CC Par Yoyo697

L’association qui lutte depuis des années pour le maintien du train de nuit en a gros sur le coeur. Alors que le 14 juillet dernier, Emmanuel Macron avait assuré que les trains de nuit devaient être développés, l’ADGAPR relève des changements dans les horaires du train de nuit Paris-Rodez dans les deux sens.

2h30 de retard pour le Rodez – Paris

Du fait des travaux qui ont lieu sur la ligne Paris – Orléans – Limoges – Toulouse du lundi au vendredi, depuis ce lundi 5 octobre, l’association relève que le train de nuit Rodez – Paris est alors accroché au premier train Intercité de jour à Brive-la-Gaillarde. Ce train fait arriver le train de nuit à 9h23 à Paris, au lieu de 6h52, soit 2h30 plus tard.

« Cet horaire d’arrivée tardive ne permet plus aux personnes venant de province d’arriver à l’heure sur leur lieu de travail et à leurs rendez-vous le matin » explique les membres de l’association, « ils perdent aussi la possibilité de correspondances optimales pour des trains allant vers l’Est, l’Ouest, le Nord ou à l’international ».

« Le Train de nuit Rodez – Paris est un Train d’Equilibre du Territoire (T.E.T.), conventionné avec l’Etat pour l’aménagement du territoire. Il correspond à un besoin vital en l’absence d’autre offre sur nos territoires ruraux et de montagne »

(Communiqué de l’ADGAPR)

Départ avancé dans le sens Paris – Rodez

Problème inversé dans le sens Paris – Rodez : du fait de ces mêmes travaux, le train de nuit est raccroché au dernier Intercité de jour, ce qui avance son départ à 19h40 au lieu de 22h10. Une heure de départ « guère attractive pour un train de nuit qui parcourt 700 km » d’après l’association, et une attente bien plus longue à Brive-la-Gaillarde (de minuit à 3h35 du matin).

Mêmes horaires le week-end

Si les travaux s’arrêtent durant les week-ends, la direction de la SNCF a décidé de conserver les mêmes horaires pour les nuits du vendredi, samedi et dimanche. « Cette détérioration de l’horaire le week-end est justifiée par un manque de personnel en gare de Brive-la-Gaillarde pour assurer la manœuvre (accrochage et décrochage) de la rame » précise l’association qui avait déjà rencontré cette justification de la part de la SNCF pour expliquer les suppressions de trains en semaine pendant l’été.

« En laissant perdurer la situation de dégradation horaire et en maintenant les sous-effectifs qui induisent une fragilité d’exploitation et qui ne permettent pas le retour à la normale, la S.N.C.F. souhaite peut-être rendre cet horaire définitif » estime l’association, « cela lui permettrait de faire des économies puisque le train de nuit circule de fait couplé à un Intercité de jour ».

En attendant les grandes annonces du gouvernement pour relancer les trains de nuit, l’ADGAPR réclame le retour aux horaires habituels pour des trains qui se font de plus en plus rares…

Lire aussi : Aveyron. Un courrier pour la survie du train de nuit Rodez-Paris ; Des actions pour relancer les trains de nuit