Florentin-la-Capelle. Préfète et FDSEA échangent autour de la sécheresse

La FDSEA avait invité Valérie Michel-Moreaux, la Préfète de l'Aveyron, sur une ferme de Florentin-la-Capelle ce lundi 28 septembre pour échanger autour de la récurrence des épisodes de sécheresse sur le département.

Photo : Facebook Préfet de l'Aveyron

Depuis 2003, le département de l’Aveyron a connu pas moins de 13 épisodes de sécheresse, soit trois années sur quatre. Pour déclencher le dispositif des Calamités agricoles, qui donne droit à des aides de l’Etat, il faut entre autres que les données météorologiques montrent une pluviométrie plus faible que celles des 10 dernières années.  « Aujourd’hui, nous craignons de ne pas pouvoir atteindre ces seuils » expliquent les représentants du syndicat agricole FDSEA. « Plus les sécheresses deviennent récurrentes, moins elles peuvent prétendre à être prises en charge par le dispositif » précisent-ils. Car qui dit récurrence, dit absence d’événement exceptionnel.

« Désormais, chaque été apporte son lot de chaleur et d’inquiétudes. Les sols ont séché, la pluie s’est faite rare, l’herbe a grillé et nos animaux ont été nourris dès août, parfois même juillet, avec les stocks de fourrage que nous avions fait pour l’hiver »

(FDSEA de l’Aveyron)

Photo : Facebook Préfet de l’Aveyron

De nombreuses fermes ont fait remonter au syndicat des problèmes d’affouragement, des stocks entamés, des achats alimentaires imprévus… Et si les 30% de pertes de récoltes nécessaires pour obtenir l’aide publique sont bien là, la FDSEA s’insurge aussi contre les méthodes de calcul : en effet, l’administration s’appuie sur des cartes satellites (ISOP, airbus et Géosis) pour calculer le taux de perte contradictoire, au lieu selon elle de s’appuyer sur la réalité de terrain.

Le syndicat a donc demandé ce lundi à la Préfète de l’Aveyron de prendre en compte les pertes liées à l’affouragement des animaux pendant l’été « quand les prairies sont grillées », mais aussi « que les missions d’enquêtes de terrain réalisées par l’administration prévalent sur les images satellitaires venues d’en haut ».