Aveyron. Grève reconduite pour les facteurs d’Onet et La Primaube

Une trentaine d'agents du centre de tri d'Onet-le-Château sont toujours en grève (et une dizaine à La Primaube), les échanges avec la direction de La Poste n'ayant abouti à rien.

Une trentaine de grévistes était rassemblée ce matin encore devant le centre de tri d'Onet.©ADN12

Depuis ce lundi 28 septembre, une quarantaine de postiers sont donc en grève et manifestent devant le centre de tri d’Onet-le-Château, pour protester contre l’organisation des tournées du samedi, pour lesquelles seuls les trois-quarts des effectifs d’avant-confinement est déployée…

« Les grévistes veulent juste travailler comme avant comme ça se fait à Capdenac ou à Aubin »

Ce mardi matin, Guillaume Holtzwarth, le directeur du site, leur a renouvelé sa proposition :  à savoir une période pour tester cette nouvelle organisation (un quart des salariés en moins le samedi, distribution de colis uniquement) puis de la réajuster en faisant appel à du personnel intérimaire. Proposition rejetée par les grévistes qui réclament, eux, l’inverse : reprendre l’organisation d’avant Covid, et ajuster en fonction s’il y a une baisse effective de courrier, comme l’affirme la direction.

En effet, c’est pour répondre à la baisse du flux de courrier que la direction nationale de La Poste avait demandé à supprimer un quart des facteurs le samedi, et à se concentrer sur la distribution de colis ce jour-là, laissant pour la tournée du lundi colis et courriers recommandés.

La grève sera-t-elle reconduite demain ? ©ADN12

Moins de temps de travail, plus de kilomètres

Pour rappel, les grévistes rejettent la nouvelle organisation, responsable selon eux d’une « baisse de qualité du service public », mais aussi pour assurer le bien-être des facteurs.

« Sous prétexte du Covid, le courrier n’est plus distribué le samedi et il est stocké ici ou sur le site de Castelnau » insiste Laurence Cahors, élue de la CGT FAPT qui parle de « rétention de courrier ». Provoquant selon elle une détérioration du service public, dénoncée aussi par les usagers : « les gens râlent après nous » renchérit Aurore Vergnol, représentante CGT au centre de tri d’Onet.

« Ils profitent du Covid pour nous apprendre à être polyvalent, flexible »

En cause également : les tournées du samedi, passées de une à trois par facteur sur des parcours qu’ils ne connaissent pas… La CGT reproche à la Direction de ne pas avoir averti le CHSCT des nouveaux cheminements. « Ils veulent qu’on se débrouille avec un GPS sans prendre en compte les spécificités de chaque tournée » insiste Laurence Cahors avant d’ajouter :  « on sera des livreurs, il va y avoir une perte de la notion de « nos » facteurs ».

Des palettes brûlées en signe de protestation ©ADN12

« Ça regarde tout le monde ce que La Poste nous impose : c’est la fin d’un serVice public de qualité ! »

Grève renouvelée… jusqu’à demain

Ce matin dès 7h sur le site d’Onet, ce sont 37 employés sur 58 votants exprimés qui ont souhaité revenir à l’ancienne organisation (contre 3 employés pour). 25 employés d’Onet sont en grève et une dizaine à La Primaube. Ces derniers devaient d’ailleurs rejoindre les grévistes d’Onet, mais des pourparlers avec la direction feront peut-être bouger les choses d’ici là…

Lire aussi : Aveyron. Grève des facteurs d’Onet et La Primaube dès lundi