De l’Argentine à Rodez, le destin de Jeanne, 93 ans, raconté dans un film

Rodez Agglomération vous invite à voyager le temps d’une vie au cinéma, pour retracer le destin de Jeanne Mungia Agar, 93 ans, Ruthénoise d'adoption après une vie "mouvementée"...

Juana Munguía est née en 1927 à Pigüé en Argentine, une ville fondée par des colons aveyronnais. Elle vit aujourd'hui à Rodez, où un film retraçant sa vie sera projeté ce dimanche 4 octobre. DR

« Juana Munguía est née en 1927 à Pigüé en Argentine, une ville fondée en 1884 par des colons aveyronnais. Elle grandit dans l’épicerie-café de son père, apprend l’hymne argentin et chasse les tatous la nuit comme les indiens de la Pampa… » : voilà comment débute l’histoire de Jeanne Agar, 93 ans, qui vit aujourd’hui à Rodez, rue Cité du Petit Nice.

« Première femme photographe professionnelle de Rodez  »

Une histoire dans l’Histoire qui valait bien un film. C’est ce qu’a choisi de réaliser la société Fiasco Productions, qui diffusera son travail ce dimanche 4 octobre au cinéma de Rodez.

Une vie « mouvementée »

Parce que si le quotidien de cette habitante du quartier de Gourgan est aujourd’hui plutôt agréable et tranquille, ça n’a pas été toujours le cas….

A 12 ans à peine, et au terme d’un voyage de quatre semaines en bateau pour traverser l’Atlantique, elle suit sa mère sur ses terres d’origine à Rodez, où vivent ses grands-parents.

« La guerre survient et elles sont bloquées en Aveyron. Déracinée, clandestine à Rodez, la jeune adolescente apprend le métier de photographe et découvre la guerre avec ses atrocités : en photos pour la gestapo et sur le « terrain » pour le massacre de Sainte-Radegonde… »

(Extrait du pitch de Fiasco Productions)

A la fin de la guerre, elle rencontre son futur mari, Adrien Agar, et laisse repartir sa mère en Argentine pour s’installer définitivement à Rodez. Elle devient ici la première femme photographe professionnelle de la commune. Nous sommes en 1949, elle n’a que 22 ans.

« Aujourd’hui Jeanne Munguía Agar, a 93 ans et boit du maté argentin dans un quartier de Rodez, sous les yeux d’un tatou empaillé. Sa maison a de belles façades blanches et s’appelle « Villa Pigüé ». »

La ville de Pigüé (qui est située dans la pampa argentine, à 500 km de Buenos Aires) est d’ailleurs jumelée avec Rodez. Un rapprochement pour lequel ont toujours œuvré Jeanne et Adrien Agar, n’hésitant pas à se rendre en Argentine pour faire perdurer les liens qui unissent les habitants de ces deux communes.

Pratique

Le film Mme Agar, née rue de Rodez à Pigüe en Argentine sera projeté ce dimanche 4 octobre à 18h au cinéma CGR de Rodez. Il a été réalisé par le Service du Patrimoine de Rodez Agglomération et la société Fiasco Productions, à qui les Ruthénois doivent déjà les très beaux documentaires sur la cathédrale de Rodez et le quartier des Embergues (lire notre article du 21 janvier 2020).

Entrée libre, sans réservation, dans la limite des places disponibles et dans le respect des mesures sanitaires en vigueur, masque obligatoire. D’autres projections auront lieu à l’automne sur le territoire de l’agglomération dont les dates seront définies ultérieurement.

Lire aussi : La Cathédrale de Rodez et le quartier des Embergues en vedette