Rodez. 34 postiers d’Aubin, Capdenac et Anglars aux Prud’hommes

Ce jeudi 24 septembre, 34 postiers des centres de distribution du Courrier d’Aubin, Capdenac et Anglars poursuivent la direction de La Poste devant le Conseil de Prud’hommes de Rodez. Ils seront soutenus par le syndicat CGT.

©Facebook CGT

Le feuilleton des postiers d’Aubin, Capdenac et Anglars n’est pas prêt de s’arrêter. Alors que la grève lancée au Centre Courrier d’Aubin contre la nouvelle organisation de La Poste avait été mise en pause, le syndicat CGT fait savoir que ce jeudi 24 septembre, à 14h, 34 postiers poursuivent leur employeur devant le Conseil de Prud’hommes de Rodez.

Les agents reprochent à La Poste de ne pas vouloir verser les salaires de ceux qui avaient exercé leur droit de retrait au mois de mai dernier, pendant le confinement.

Risques psychosociaux

Pour rappel ces postiers avaient fait valoir leur droit de retrait en plein confinement, invoquant des risques psychosociaux à travailler pendant la pandémie. « Ils s’étaient vus imposer une organisation du travail impactant leur santé, leurs conditions de travail mais aussi la qualité de service qu’ils souhaitaient rendre, sans que la Poste ne respecte leurs droits, leurs accords locaux, les instances représentatives du personnel » précise le syndicat CGT.

Le tribunal d’instance de Rodez avait à l’époque donné gain de cause aux salariés et ordonné à la Poste de mettre fin à cette organisation. « Le juge avait précisé que le motif économique, évoqué par La Poste, ne pouvait pas être mis sur le même plan que la santé et la sécurité des agents » indique le syndicat.

« Sans foi, ni loi, La Poste, pourtant condamnée, a d’autorité décidé de priver de salaire les agents suite à leur droit de retrait (jusqu’à 800 euros pour certains), sans s’encombrer de procédure, ni se soucier de l’impact sur leur situation familiale et financière »

(CGT FAPT 12)

Pour connaître le sort de ces 34 postiers, rendez-vous ce jeudi 24 septembre à la sortie des Prud’hommes de Rodez.

Lire aussi : La grogne des facteurs d’Aubin, Capdenac, Laissac et Séverac ; Aubin. Fin de conflit chez les postiers… pour le moment