Handball.  » Je pense que le report était la bonne décision » (Benoit Courtin, président du ROC)

Alors que le ROC devait débuter son championnat, ce samedi, à l'Amphithéâtre, le match a été reporté. Ceci en raison de l'orage qui s'est abattu sur Rodez. D'abord repoussé d'un quart d'heure, le coup d'envoi n'a finalement pas eu lieu. Les arbitres choisissant de reporter la rencontre.

L'eau s'est invité dans les coursives de l'Amphithéâtre. Empêchant la tenue du match. @DR

On imagine qu’il y a un peu de déception, suite au report de ce premier match de la saison ?

Oui, évidemment. Cela fait des semaines que l’on travaillait sur cette rentrée, sur ce retour à domicile. Après, il y a eu une situation exceptionnelle sur Rodez, qui a touché beaucoup de structures, et peut être des Ehpad… Donc, certains auront eu des circonstances plus complexes que nous. On a beaucoup apprécié le travail des services de la mairie, qui ont été très présents avec nous. Ainsi que les services de la fédération française de handball, pour nous aider à prendre la bonne décision. 

Expliquez-nous comment ça s’est passé ?

D’abord une infiltration d’eau, qui nous a obligées à condamner la zone vers la buvette. On a ensuite eu le feu vert d’accueillir le public, mais sur une partie des tribunes seulement. Les arbitres avaient alors repoussé le coup d’envoi d’un quart d’heure. Car il n’y a qu’eux qui peuvent prendre la décision de jouer ou pas. Sauf qu’au moment de débuter, il y a eu une baisse de luminosité, et une fuite sur le parquet, sur le terrain. Une fuite qui n’était pas dans un coin du terrain, mais sur une zone très utilisée puisque devant un but. Les arbitres ont donc décidé de reporter la rencontre. Elle aura lieu le 31 octobre. Et comme c’est un report, le club n’aura pas de pénalité. 

Il y avait de l’eau jusque dans les travées des tribunes. @DR

Une décision de sécurité ?

Oui. Il fallait protéger la sécurité et l’intégrité des joueurs et du public. On ne se le serait pas pardonné si on avait joué, et qu’il y avait eu un problème. Le contact avec le staff et les joueurs de Bègles a d’ailleurs été très bon. Il nous fallait prendre la bonne décision, et je pense que le report l’était. 

Un report qui a des conséquences financières pour le club ?

On va effectivement avoir une perte financière. Car, comme c’est un report, les frais de déplacement de Bègles sont à notre charge. Et puis, il va y avoir un manque à gagner. On avait un buffet pour les partenaires, et on n’a pas fait de buvette. Je pense que cela va nous coûter 3 000 euros. Et puis surtout, on rate l’occasion de faire la fête pour cette reprise. Mais c’est le terrain qui commande. Et on doit s’adapter. Après, le club a fait preuve de cohésion et su garder la tête froide. 

Dégâts important à l’Amphithéâtre suite à l’orage qui s’est abattu sur Rodez. @DR