Football. « On a un cadre de fonctionnement, que tout le monde doit respecter » (Laurent Peyrelade, coach du RAF)

4e journée de Ligue 2, ce samedi 19 septembre pour le Rodez Aveyron Football. Direction Sochaux, pour renouer avec la victoire après la défaite à domicile, 3 à 0, contre Caen.

Le coach, Laurent Peyrelade, a réaffirmé ses choix, et ses attentes pour cette saison. @ADN12

Il y a des changements au niveau du groupe, pour ce déplacement à Sochaux. Des choix importants ? 

Ça veut dire qu’il y a de la concurrence. Si tu es un peu moins bon, il faut que les autres aient leurs chances. Ça, c’est le premier point. Papys Dembélé revient, Daouda Gueye revient. On peut difficilement avoir deux profils comme Daouda et Pape Sané dans les 18, parce que ce sont vraiment des profils similaires. J’attendais mieux de Pape le week-end dernier. Pour Alexis Alégué, c’est surtout par rapport au comportement. Il n’a pas le comportement collectif qu’il doit avoir en termes d’état d’esprit, dans un club comme Rodez. 

Le groupe pour le déplacement à Sochaux. @ADN12

Un recadrage nécessaire en ce début de saison ?

On peut avoir du talent, mais sans état d’esprit, on ne peut rien faire. Il faut de la persévérance. On doit se comparer à ce qui se fait de bien à Caen, mais entre nous, il ne faut pas se comparer. Ce n’est pas une sanction, mais un cadre de fonctionnement et un apprentissage, une éducation. Ce n’est pas grave. Lundi, on repartira pour une semaine d’entraînement. Le haut niveau, c’est de la persévérance, du travail, de la résilience, et ce n’est pas de la rancune. Mercredi, il n’a pas eu le comportement adéquat, c’est dommage. 

« Les joueurs qui s’écarteront de ça, soit le groupe arrive à les remettre dans le droit chemin, soit, c’est moi qui le fais »

Un cadre de fonctionnement nécessaire pour que le groupe vive bien ?

Nous, on a besoin d’être très connectés entre nous. C’est ce qui fait que l’on est là depuis plusieurs années. C’est quelque chose qui est très précieux, et dont on aura besoin toute l’année. Il y a un cadre de fonctionnement, de valeur, de respect, de travail. Et quand tu sors du cadre, de temps en temps, il faut mettre quelques coups de bâtons. Il ne faut pas que la qualité se fasse au détriment des valeurs. Et ça, c’est très important pour moi. Les joueurs qui s’écarteront de ça, soit le groupe arrive à les remettre dans le droit chemin, soit, c’est moi qui le fais. Nous, on doit être très soudés, si on veut rester dans cette division-là. On ne peut pas échapper à ce que l’on a mis en place depuis 4, 5 ans, et qui est là depuis que POM est président. 

On vous sent intransigeant sur ce cadre et les valeurs qui en découlent ?

Tu es dans la performance, tu es bon, tu es dans l’état d’esprit, continue, travaille. Je crois beaucoup à ça, à la persévérance dans le travail. Si on est là, c’est parce que l’on a été meilleur que d’autres dans ce domaine-là. J’aime bien la notion de travail, de persévérance, de respect de ce que font les gens. Et de l’humanité qui dégage. C’est très très important. Parce que si on sort de ça, on sera en grand danger. Ce n’est pas un avertissement, c’est une vérité. Je ne suis pas leur père, leur mère. C’est ce qui fait que l’on est à Rodez, qu’on est Rodez, qu’on est là. Le problème du monde professionnel, c’est qu’il galvaude un peu ces valeurs-là. Je serai intransigeant là-dessus.

« On doit être capable de faire un match différent, en termes de jeu »

Pour vous, Sochaux est du même acabit que Caen ?

On a fait des erreurs contre Caen. Le profil de l’équipe de Sochaux est vraiment comme Caen. C’est solide, c’est grand, c’est athlétique, c’est très fort dans le 1 contre 1. Il faut que l’on soit capable de mettre, parfois, la même qualité que l’on a mis contre Caen, d’être efficace dans nos temps forts, et de ne pas faire les énormes erreurs que l’on a faites collectivement. Dans ce type de match, dans ce type d’adversaire-là, je ne dis pas que c’est rédhibitoire, mais tu te mets un sacré handicap… Les choix sont faits en fonction du niveau de chacun à ce moment-là, du profil qui peut correspondre le plus à l’adversaire, par rapport à ce match-là, et à ce que tu veux mettre en place. On doit être capable de faire un match différent, en termes de jeu, de possession, de placement défensif. Etre capable de s’améliorer. 

Sochaux a annoncé un nouveau cas de covid. Alors que vous, pour l’instant, vous passez à travers les gouttes ?

C’est bien, c’est qu’il faut féliciter nos joueurs. Nous, à chaque test, on les félicite. On leur dit bravo, ce que vous faites, c’est bien. Continuez. Ça peut avoir son importance à la fin de la saison. Tous les détails comptent. Après, sur l’année, ça peut nous arriver. Mais si ça peut nous arriver le plus tard possible, tant mieux. Parce que si tu dois t’entraîner en groupes séparés toute une semaine, c’est emmerdant. Si tu dois en laisser 7 à la maison, c’est la même chose… 

Ce samedi 19 septembre, Sochaux – RAF, au stade Bonal à 19h