Aveyron. « Les directeurs d’école sont sous pression ! »

Trois semaines à peine après la rentrée, le syndicat enseignant Snuipp-FSU dénonce un climat "anxiogène" dans les écoles aveyronnaises, avec des directeurs "sous pression", qui ont du mal à faire face à la gestion sanitaire, aux inquiétudes des familles et aux directives de leur Administration...

Les syndicats enseignants ont déposé une alerte sociale auprès de la Direction Académique et n'exclue pas des journées de mobilisation. @ADN12

« Il y a un contraste entre ce qu’annoncent le Ministre de l’Education et la Directrice Académique de l’Aveyron, qui assurent « être prêts » pour cette rentrée, et la réalité de ce que l’on vit nous, enseignants et directeurs, dans les écoles ! » : comme les trois autres syndicats enseignants du département (Unsa, Sud, CGT), le Snuipp-FSU vient de déposer une alerte sociale auprès de la DASEN (Directrice Académique des Services de l’Éducation Nationale) et n’exclue pas un mouvement de grève si la situation le permet.

« Un climat anxiogène »

En cause : « la situation de tension » qui règne selon lui dans les écoles aveyronnaises en cette rentrée « spéciale ».

Double pression sur les directeurs

Ils ont voulu « laisser passer la rentrée » avant de s’exprimer mais les militants du syndicat enseignant Snuipp-FSU dénoncent aujourd’hui la charge, -alourdie par la crise sanitaire-, qui pèse sur les directeurs d’écoles en ce mois de septembre, en raison selon eux d’un protocole sanitaire jugé « léger », « où tout est fait à la dernière minute », avec « des protection à minima » et une gestion« au cas par cas, sans règle précise ».

« On peut par exemple s’interroger sur l’efficacité des masques en tissu qu’on nous fournit face à des élèves qui n’en n’ont pas » fait ainsi remarquer Maryline Laumond, enseignante et membre du CHSCT départemental.

« Les retours que l’on a, ce sont des coups de fil reçus jusqu’à 10 h du soir ou le weekend, des difficultés d’organisation, des parents démunis à qui il faut faire face, une directrice de Rodez menacée de sanction pour avoir parlé dans la presse… les directeurs d’école étaient déjà en limite de rupture au moment du confinement, là ils subissent la double pression de l’Administration et des familles »

(Stéphanie Massol et Antoine Cantais, co-secrétaires Snuipp-FSU Aveyron)

Derrière tout ça selon le syndicat : le manque de moyens humains dans les écoles. « On réclame des aides administratives pérennes via des contrats CDI et une augmentation des jours de décharge pour les directeurs » précise Antoine Cantais, qui rappelle que dans les écoles de moins de trois classes (-« ce qui représente 80 % des écoles aveyronnaises »-), les directeurs bénéficient d’une seule journée de décharge par mois (contre une par semaine à partir de quatre classes), et seulement quatre par an pour les écoles à classe unique.

Co-secrétaire du Snuipp en Aveyron, Antoine Cantais dénonce une « situation de tension » dans les écoles aveyronnaises depuis la rentrée. @ADN12

Rencontre prévue avec la Directrice Académique

Des revendications que le syndicat ira porter dans les prochains jours auprès de la DASEN de l’Aveyron, en compagnie des autres organisations départementales, suite au dépôt d’une alerte sociale.

Parmi les autres motifs de mécontentement en cette rentrée : les évaluations nationales en CP et CE1, que le Snuipp juge « inadaptées et chronophages », « ce qui est encore plus vrai après six mois éloignés des apprentissages, notamment pour ceux qui arrivent de maternelle » insiste Stéphanie Massol, professeur en CP.

Côté carte scolaire, là encore, les militants syndicaux auront un message à porter à leur direction :

« On a 600 élèves de moins dans le premier degré en Aveyron et on ne perd pas de poste… ça peut paraître une bonne nouvelle mais cela cache des disparités importantes, notamment dans les petites écoles de campagne, où il y a des classes multi-niveaux et parfois un seul enseignant pour plus de 20 élèves… On demande à abaisser le seuil d’ouverture de postes d’appuis pédagogiques pour elles : 15 élèves max par classe unique et des renforts en matinée »

(Antoine Cantais et Sébastien Laumond, Snuipp-FSU)

Le syndicat envisage la possibilité de se mobiliser sous forme de grève si la tension ne retombait pas dans les écoles aveyronnaises…

Point de situation Covid 

Selon les derniers chiffres de la Direction Académique du département, la situation en Aveyron est la suivante :