Sénatoriales. Alain Marc et Jean-Claude Anglars candidats du centre-droit en Aveyron

Les deux candidats du centre-droit, Jean-Claude Anglars et Alain Marc, se sont présentés à la presse ce lundi 14 septembre.

La candidature du centre-droit sera portée par Jean Claude Anglars (suppléante : Monique Aliès) et par le sénateur sortant Alain Marc (suppléante : Dominique Gombert). @ADN12

Il l’avait annoncé au lendemain des élections municipales : le sénateur sortant Alain Marc briguera un deuxième mandat lors du scrutin du 27 septembre prochain. Le candidat du centre-droit, qui ne souhaite pas afficher d’étiquette politique, sera accompagné de Dominique Gombert en suppléante comme en 2014. L’autre siège, laissé vacant par Jean-Claude Luche, sera visé par Jean-Claude Anglars (suppléante : Monique Aliès), vice-président du Conseil Départemental.

« être là-haut et sur le terrain »

Alain Marc, de la commune au Sénat

« C’est un avantage de connaître toutes les strates pour être sénateur » : en termes de carrière politique, à 63 ans, Alain Marc a tout connu. Conseiller municipal à Ayssènes, conseiller départemental du canton Raspes-Lévézou, l’ancien député (2007-2014) est élu sénateur depuis sept années.

« C’est quand j’étais député que je me suis rendu compte de la nécessité absolue du Sénat. Le travail de sénateur est une mission moins politique, plus technique. On est vraiment dans l’efficacité. 60 % de ce que propose le Sénat reste dans la loi. »

(Alain Marc)

Pour cette seconde candidature, Alain Marc voudrait donner plus de poids aux communes : «les maires ne veulent plus d’injonction verticale… il faudrait écouter davantage les communes et procéder dans le sens ascendant… ».

Jean-Claude Anglars, « penser village »

C’est justement le maire de Sébrazac (élu maire depuis 1995) qui sera le deuxième candidat du centre-droit pour espérer succéder à Jean-Claude Luche. À 59 ans, Jean-Claude Anglars veut « être là-haut et sur le terrain à la fois »… 

« La loi ne doit plus être subie par les territoires »

« Les communes se sentent abandonnées… il faut redonner de la proximité et de la lisibilité au niveau national pour faire vivre les territoires » avance le vice-président du Conseil Départemental de l’Aveyron qui espère pouvoir lancer des expérimentations locales, sur divers thématiques, portées par les collectivités locales. « Les territoires ont droit à la différence »

 

Lire aussi : Neuf candidats en Aveyron ; Cayla/Panis, candidats de la majorité présidentielle ; Bruno Leleu, candidat du Rassemblement National ; Deux candidats EELV en Aveyron ; Le PS s’allie au PCF pour présenter deux candidats aux sénatoriales.