Dans l’atelier de… Adeline Thuries, créatrice florale à Rodez

Adeline Thuries compose ses créations florales comme elle est : avec sourire et dynamisme. @ADN12

Adeline Thuries,est installée à l’atelier partagé Da., au 10 rue de Bonald. Son talent, elle a décidé de le mettre au service des autres, particulièrement pour les moments importants de la vie. Du bouquet de mariée aux ornements des vaches de l’Aubrac, cette créatrice travaille avec les fleurs, sa passion de toujours. Rencontre avec cette « créatrice florale »…

« Je suis une observatrice de la vie »

Adeline, racontez-nous votre parcours ?

En 2007, je suis entrée dans le monde de la fleur avec un CAP et BP fleuriste au CFA de Blagnac. Aujourd’hui, je m’y épanouie totalement. J’ai  pu découvrir un métier passion où ma sensibilité artistique peut s’exprimer librement. Je me forme régulièrement pour donner ce qui a de mieux à mes clients.

Quand avez-vous décidé de vous lancer à votre compte ?

En 2016, j’ai commencé dans une SCOP (société coopérative et participative) pendant un an afin de développer mon activité. Résultat des courses : ça marchait ! Et en plus je m’éclatais ! La question ne se posait plus; en 2017, j’ai créé mon auto-entreprise.

Adeline Thuries a un univers créatif joyeux et coloré. @Fabien Marcorelles

Que proposez-vous ?

« Ma petite entreprise » est principalement dédiée aux mariages et à l’événementiel. Partager des tranches de vie, c’est quelque chose que j’affectionne beaucoup, c’est un peu comme si j’étais le peps supplémentaire qui contribuait à leur bonheur.

J’ai aussi une place en atelier partagé/boutique chez Da. Je peux y développer mes gammes florales de fleurs séchées, plantes et autres matières selon mes inspirations. Je donne aussi des cours d’art floral. Je travaille avec des comités d’entreprise, des groupes d’amis, des familles, des enfants et le tout public. Il m’arrive de me déplacer sur des structures également.

Est-ce qu’il y a des commandes qui vous ont marquée ?

Je n’ai pas d’exemple précis mais ce qui me marque en revanche c’est le lien qui se créé avec mes clients. Il y a beaucoup de bienveillance et de simplicité entre nous. Je suis une personne qui aime les autres, ce contact privilégié, c’est aussi pour ça que je me suis mise à mon compte.

« Un style bohème et funky »

Chaque commande est unique ?

Mes commandes sont variées selon les vœux de mes clients. J’ai pu passer d’un collier de fleurs pour nos amis les chiens et pour des cornes de vaches d’Aubrac, à un tableau végétal stabilisé destiné à être sur une échelle pour suspendre des guirlandes de feuillage ! L’obligation de créer, d’être réactive et de coller aux exigences des clients sont une source de stimulation pour moi.

Quelle est votre ma « marque de fabrique » ?

Je pense qu’on la retrouve dans mon style un peu bohème, imaginaire, funky avec des couleurs, des matières et des textures qui se mélangent. Tout ça c’est moi ! Mais, ça évolue constamment avec les années et mes inspirations ! Dans la création il est important de ne jamais rester sur ses acquis et de se renouveler, c’est un challenge permanent. Pour m’inspirer, j’observe  le monde qui m’entoure, j’écoute les gens qui me racontent des bouts de leurs vies, je teste des expériences… Je suis une observatrice de la vie. 

La décoration florale se décline sous toutes les formes chez Adeline. @Fabien Marcorelles

Comment vous définiriez-vous en tant qu’artisan ?

Être artisan, c’est une responsabilité assez lourde. Beaucoup de remise en question sur mon activité et mon statut d’indépendante mais à côté de ça, c’est une belle liberté. Une liberté de créer, de se renouveler, faire de belles rencontres ou des projets comme Da. que je n’aurai pas pu imaginer en tant que salariée. On apprend beaucoup sur soi-même. Et ce qui est top, c’est que chaque journée est différente !

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Je me laisse porter, je n’en ai pas de précis pour le moment.  Ils arrivent souvent au hasard chez moi ! Concernant Da., il est en constante évolution avec le passage d’Olivier Arnaudo, la présence de mes Dadettes que j’adore, Charlotte et Marion, nous avons une structure à développer. Chaque jour amène des défis et sa dose de challenge. Nous concentrons nos efforts sur son rayonnement local. Pour nous artisans d’art, l’avenir ce sont les partages d’ateliers, c’est une source d’énergie et d’émulation.

Pour plus de renseignements vous pouvez consulter la Page Facebook d’Adeline Thuries ou son site internet.