Aveyron. Le syndicat UNSA demande des « consignes claires » pour la rentrée scolaire

Directeurs d'écoles et professeurs des collèges voudraient des "informations concrètes" pour préparer le plus sereinement possible la rentrée. @ADN12

« Une rentrée est toujours un moment particulier mais celle de cette année est particulièrement génératrice d’inquiétudes » : à une semaine de la rentrée des classes, Sébastien Ségur, Secrétaire départemental de l’Unsa et directeur d’école à Mayran se fait écho de l’agitation qui règne dans le corps enseignant aveyronnais, à la veille d’un événement forcément placé sous la menace Covid…

« DEs cas CONCRETS n’ont toujours pas de réponse »

Des questions sans réponse

Selon le syndicat Unsa, l’Education Nationale fera parvenir aux enseignants le protocole de reprise ce mercredi 26 août, soit seulement deux jours avant leur rentrée officielle. « C’est un peu court » plaident ces derniers, qui regrettent « d’être toujours les derniers informés, en bout de chaîne ».

« Il faut reprendre pour remettre en route les apprentissages car les écarts entre élèves sont importants. Mais pour préparer sereinement une rentrée, il faut que tous les cas de figure aient été prévus, et que l’on reçoive les consignes suffisamment tôt pour s’adapter. D’autant qu’on ne peut pas prendre de décision sans l’aval de l’Inspecteur : il faut donc du temps ! »

(Sophie Heran, co-secrétaire Unsa 12 et directrice d’école à Creissels)

« Si un cas est détecté, doit-on isoler la classe ou l’école ? », « Quid des personnels à risques ? », « A-t-on suffisamment de remplaçants pour intervenir si besoin ? », « Quel matériel peut-on utiliser ? », « Peut-on prévoir des sorties ? »… les interrogations ne manquent pas selon l’Unsa de l’Aveyron.

« On travaille « comme si » mais on a du mal à se projeter »

Fanny Desplanques est professeur de français au collège de Rignac. Dans le Second Degré aussi, l’inquiétude est de mise pour préparer cette rentrée.

« Depuis 6 mois, on s’est habitué à s’adapter mais il y a des matières où il est encore plus difficile d’anticiper… Comment organiser les Travaux Pratiques en sciences par exemple ? Que peut-on faire en arts plastiques ou en musique ? Comment limiter le brassage quand on a différents groupes en langues vivantes ? Comment adapter le programme quand on sait qu’il y a des choses à rattraper de l’année dernière ? »

(Fanny Desplanques, professeur de français à Rignac)

Des enseignants en première ligne

« On a énormément donné ces derniers mois et certains collègues ont fini l’année épuisés » prévient Sébastien Ségur, « on sait que ce n’est pas une rentrée ordinaire mais que l’Administration nous donne les moyens d’agir ! ». Pour lui, comme pour ses collègues syndiqués à l’Unsa, la balle est donc dans le camp de l’Education Nationale pour rendre cette rentrée plus sereine, « pour nous, pour les élèves, pour les agents, pour les parents ».

« On sait que l’année va être longue, on fera le maximum »

Des enseignants qui feront donc leur rentrée ce vendredi 28 août, avant leurs élèves attendus eux mardi 1er septembre…