Rodez. Des trousses « es fabricat en Aveyron »

Christelle et Djilali sont deux néo-aveyronnais installés à Ste Juliette sur Viaur depuis 2004. Depuis quelques semaines, leurs pochettes et trousses artisanales 100% Aveyron sont visibles et achetables à l'Office de tourisme de Rodez. Ils se sont lancés dans l'aventure avec un seul mot d'ordre : rendre hommage au département qui les a accueilli.

Chaque trousse peut être personnalisable. Photo : C.D.Trousses

Tout est parti de deux magnifiques machines Singer : lorsque Christelle et Djilali ont racheté la machine manuelle et sa jumelle à pédale, datant respectivement de 1908 et 1914, ils ont fait plusieurs heureux. D’abord son ancienne propriétaire : une institutrice à la retraite « qui cousait, qui faisait du théâtre et qui était contente qu’on puisse faire tourner sa machine » précise Christelle. Mais aussi eux-même, puisque cet achat concordait parfaitement avec leur envie de récup, d’anti-gaspi, et surtout de respect des traditions et du mode de vie aveyronnais.

Des trousses en hommage au terroir aveyronnais

L’une des deux machines, ancienne mais toujours fonctionnelle. Photo : C.D.Trousses

C’est sur ces machines que sont nées les trousses et pochettes artisanales de C.D.Trousses. En juin 2020, Djilali a créé la micro-entreprise basée à Ste-Juliette-sur-Viaur, avec le précieux coup de main de sa compagne Christelle. « Le projet, on l’a monté sur deux ans » raconte cette dernière. Pour le mettre en pratique, le couple a acheté les bobines, les fermetures éclairs, les tissus provenant de Rodez, les cuirs de Millau, majoritairement sous forme d’achat de chutes, de récup. Avec, comme volonté, de rester local. « On va tout chercher nous même : on regarde, on fouille, on fait travailler les entreprises en Aveyron. Je suis anti-Amazon ! » insiste Christelle.

L’idée de coudre des cartes s’est d’abord faite en récupérant des vieilles cartes d’école. « On a cousu des cartes qu’on avait récupéré, faites en papier spécial plastifié, mais la matière ne marchait pas » raconte Christelle. « Alors on a choisi de faire numériser une carte et d’imprimer sur des bâches » continue Djilali qui n’est pas avare de compliment pour parler du travail de l’atelier pub Remdeco à Rodez, à qui il fait appel pour ses impressions.

« on a une manière de travailler traditionnelle et 100% française et aveyronnaise »

Les trousses et pochettes sont exposées à l’Office de tourisme de Rodez . Photo : C.D.Trousses

« C‘est un hommage à l’Aveyron qu’on a voulu faire » explique Christelle, « car ce sont des cartes de géographie mais aussi géologique : c’est notre attachement au terroir mais pas d’une façon régionaliste. C’est un attachement à la nature, au lieu qui nous a accueilli »  précise cette dernière qui, depuis son installation dans le département, met tout en oeuvre pour valoriser les initiatives locales jusque dans sa consommation. « Par exemple, la farine, on va la chercher au moulin » précise Christelle, rejoint par Djilali, poète dans l’âme : « on vit avec ce qu’on voit et avec ceux qu’on voit : les environnements, les gens… »

Une éthique dans la fabrication et la vente

Si les trousses et pochettes ne sont (pour le moment !) disponibles qu’à l’Office de tourisme de Rodez, il y a aussi une raison : « on ne voulait pas que nos produits soient mélangés avec des produits de Chine ou d’Inde, même si c’est de l’art » insiste Christelle. « L’office a aimé, on est contents, pour nous c’est une chance et on est honorés d’avoir été choisis » confirme Djilali. Exposées dans les vitrines de l’Office depuis le début du mois d’août, les trousses y resteront en tout deux mois, mais y seront toujours proposées à la vente par la suite.

« on tenait à ce qu’il y ait une éthique à ce qu’on faisait, un esprit de faire avec des produits locaux »

Et à 12€ la trousse, on ne peut pas dire qu’on se ruine. Ce prix bas (en comparaison de tout le travail minutieux en amont), Christelle l’explique comme faisant « partie de l’éthique aussi, pour que ces trousses soient accessibles à tout le monde ». Car le couple qui a une activité rémunératrice à côté l’explique bien : « le but, c’est pas la vente. Nous, on fabrique et c’est bien que nos produits ne restent pas dans nos mains. On propose ces créations pour que derrière, il y ait un état d’esprit, montrer ce qu’on est et partager, relier, créer du lien » insiste Djilali.

Qui n’a pas rêvé de pouvoir emporter son village partout dans sa poche ? Photo : C.D.Trousses

« Ce qui nous a fait rester, c’est la terre »

Djilali, créateur des fameuses trousses avec sa femme Christelle. Photo : Djilali Benmoussa

Les deux néo-aveyronnais installé depuis 2004 ont fui la région parisienne pour se rapprocher de leur famille. « On a voulu se rapprocher du Sud dont on était originaires » explique Christelle dont les origines sont parisiennes, mais aussi provençales et languedociennes. Elle rajoute : « mais on ne voulait pas avoir une vie citadine, on cherchait une vie plus proche de la nature et plus proche des gens ». Djilali qui, lui, vient de Toulon. Il rajoute, philosophe : « car ce n’est pas la densité de population qui fait la liaison, au contraire ».

Si tous les deux sont venus pour le travail, ils sont restés pour les paysages. « Ce qui nous a fait rester c’est la terre, on est amoureux des paysages » confirme Christelle. Cette fascination pour « les pays » comme disent les aînés, ressort sur ces trousses, toutes uniques où chaque couleur est choisie avec soin et représente une sorte de légende qui fait écho aux pâturages ou aux vignobles de la région choisie. Un projet parfait pour ce couple amoureux des cartes, des voyages… et de l’Aveyron, bien sûr.

Plus d’informations sur la page Facebook de C.D.Trousses, la page Instagram ou à l’Office de Tourisme de Rodez au 05 65 75 76 77.