Rodez. Un été sous le signe de la culture

Il était écrit que le Covid-19 n'aurait pas la tête de la culture sur Rodez cet été. L'équipe municipale a préparé un programme pour tous les publics avec, comme tête d'affiche le photographe Réza.

Benjamin Laumaillé, directeur du service culturel à la mairie de Rodez et Sarah Vidal, première adjointe avec l'artiste Julie Cathy. ©ADN12

C’est en réalité depuis le 1er juillet que l’opération « Un été culturel » a été lancée sur le piton. Au programme : une diversité d’animations offertes au public avec du street art, des spectacles de danse, des ateliers, des pauses lectures, des spectacles de rue, du théâtre… Ce dispositif continue jusqu’au 30 août. Toutes les animations sont gratuites mais il est conseillé de réserver car les places sont limitées.

La tête d’affiche : Réza

Reza, un photographe hors normes sur Rodez cet été. Photo : Creative Commons

Reza Deghati est un des plus grands photojournalistes français. D’origine iranienne, il est reconnu mondialement pour son engagement pour la paix. Pour lui, la photo est un langage universel qui permet à tout le monde de partager les mêmes émotions. Il a fondé l’ONG Aina qui favorise le développement des médias indépendants et l’expression culturelle, fondements pour lui de la démocratie.  Il aime à se définir comme « photographe de la paix ». Il a reçu une kyrielle de prix pour son engagement et son oeuvre (World Press Photo Award, Infinity Award, médaille de Chevalier de l’Ordre national du Mérite français…)

Réza, c’est plus d’un million de photos, ce qui fait de lui un des artistes les plus prolifiques de son époque. « C’est un symbole pour nous d’accueillir Reza, c’est un humaniste et un photographe d’exception » reconnaît Sarah Vidal.

Déjà des admirateurs de Réza sur le foirail… ©ADN12

« Rodez est un bastion culturel »

« C’est une année particulière que nous vivons, la culture devait avoir aussi sa place dans l’espace public. Rodez est un bastion culturel, on ne pouvait pas imaginer une programmation de qualité sur la ville sans s’assurant d’être covid-compatible » rapporte Sarah Vidal, première adjointe de Rodez. L’organisation a été pensée pour permettre au public de participer à des actions, de contempler des œuvres et d’assister à des spectacles sans courir de risque. « Les artistes ont vécu aussi une année difficile, c’est pour cette raison que nous avons voulu les soutenir. Parmi eux, 90 % seront des artistes régionaux : nous avons voulu leur démontrer notre solidarité » affirme-t-elle.

« Nous avons eu le désir d’amener la culture à tous »

« Ce n’est pas les gens qui doivent aller à la culture mais la culture qui doit aller à eux » confie Sarah Vidal. Le quartier de St-Eloi sera un des lieux d’exposition de nombreuses photographies de Réza. Un choix voulu par la municipalité pour apporter un nouveau regard sur ce quartier. Certaines photos sont aussi visibles au Jardin du foirail et sur les remparts ruthénois.

Réza, la lutte pour les droits de l’enfant et la paix. ©ADN12

« Des animations ont été prévues pour les personnes de 1 à 99 ans, nous n’avons voulu oublier personne » insiste Sarah Vidal. Elle précise qu’un « travail a été réalisé en interne avec les EHPAD pour assurer aux résidents des activités culturelles ». Dans ces événements, une large palette d’expression artistique sera explorée avec l’écriture ou l’expression corporelle, du théâtre au conte occitan, de la danse au mime et du dessin à la musique.

Retrouvez le programme sur le site de ma mairie de Rodez. Pour plus de renseignements ou pour s’inscrire :  05 65 77 88 78 ou en mairie, au service guichet unique.