Léandre Mazenc : une graine de champion 100% aveyronnaise

Il s'entraîne essentiellement avec sa mère sur la ferme familiale près de Bruejouls, en dehors de toute structure de pépinière de champions. Pourtant, Léandre Mazenc est premier au classement national minimes en triathlon, ainsi que sur 1 000 et 3 000 m dont il vient de battre le vieux record d'Occitanie. 

Lorsqu’il pénètre sur le tarmac de la piste d’athlétisme de Saran dans la banlieue d’Orléans, personne, ou presque, ne le connait. Léandre Mazenc a cependant décroché le titre de meilleur minimes national à Muret 15 jours auparavant. Mais Léandre ne doit sa présence à ce meeting national qu’au fait qu’il ait réalisé quelques bons chronos dans la saison : il ne fait partie d’aucune team reconnue au niveau national et on ne le voit jamais dans aucuns des lieux qui rassemble les meilleurs minimes français.

Record d’Occitanie battu

Pourtant, ce 15 juillet 2020, c’est bien lui qui va remporter le 3 000 m du meeting de Sarans dans sa catégorie d’âge, battant au passage le vieux record d’Occitanie (2005) de Houssam Boualagui soit 9’05’ ‘ au lieu de 9’10’ ‘ et pulvérisant l’encore plus ancien record d’Aveyron de Jérôme Hurtes (9’15’ ‘) qui datait de 1988.

C’est sa maman Sophie, elle-même plusieurs fois championne d’Aveyron de cross country, et recordwoman d’Aveyron du 10 km, qui l’entraîne autour de la ferme familiale aux Planques, sur la commune de Bruéjouls.

« Sans aucun horaire aménagé pour sa scolarité, Léandre est un excellent élève puisque, tout en ayant un an avance, il fait toutes les options et a pu intégrer une classe européenne en seconde au lycée Foch. Le chrono qu’il vient de réaliser sur 3 000 m, je ne vois guère que deux coureurs seniors aveyronnais en exercice l’ayant déjà battu »

Sophie Mazenc

Léandre Mazenc : un champion en herbe, bien dans sa tête et dans ses jambes. ©ADN12

Suivi et encouragé par de nombreuses équipes régionales comme Toulouse ou Alès, Léandre est affilié au club Thiathlon 12 avec lequel il suit un entraînement hebdomadaire de natation sous la direction de Willy Marquis. Il participe également à deux entraînements par semaine avec Stéphane Gouthéreaud au sein du Grand Rodez Natation. Pour le reste, c’est sa mère qui lui concocte son programme et ses plans d’entraînement.

« Oui bien sûr il y a une certaine fierté à battre un record, mais dans les études comme dans le sport, il faut garder les pieds sur terre et continuer à travailler pour progresser. Pour l’instant je suis très bien encadré en Aveyron, je m’y sens bien mais je ne peux me prononcer sur mon avenir »

Léandre Mazenc

Le sérieux, la rigueur, le travail, l’humilité, ce sont toutes ces valeurs que ses parents inculquent à Léandre. Un jour peut-être, l’ambition grandissante du jeune garçon fera que cette cellule familiale ne suffira plus… mais d’ici là, Léandre aura encore grandi et saura quel chemin emprunter. Souhaitons lui le meilleur sur la voie qu’il aura choisie.