Les travaux de la liaison Rodez-Causse Comtal en image [VIDEO]

Le Conseil départemental a ouvert le chantier de la future RN88 aux élus et riverains pour constater l'avancement de la liaison entre la sortie Nord de Rodez et le Causse Comtal. Objectif de ce chantier : désengorger la sortie de l'agglomération et pousser pour la réalisation d'une 2x2 voies jusqu'à l'A75.

Les travaux ont lieu de part et d'autre du giratoire de Lioujas. ©ADN12

Débutés en 2016 avec la construction du giratoire de Lioujas, les travaux de la liaison Rodez-Causse Comtal sont toujours en cours. Bien que ralenti par le confinement, le chantier est aujourd’hui assez avancé pour pouvoir se faire une idée de la future route qui relayera la sortie Nord de Rodez au Causse.

Les objectifs du chantier sont multiples :

  • désengorger la sortie Nord de Rodez qui voit aujourd’hui passer 25 000 véhicules par jour et qui permettra de répartir le trafic entre la route existante et la nouvelle ;
  • garder le bénéfice sur les terrains acquis par procédure d’expropriation : « si l’opération n’avait pas débuté, les propriétaires expropriés auraient pu exiger la restitution de leur bien et cela aurait compromis le tracé de la future 2×2 voies entre Rodez et l’A75 » explique le communiqué du Département;
  • améliorer la sécurité de la section Rodez-Causse Comtal, fortement accidentogène ;
  • commencer les travaux pour rendre irréversible la liaison 2×2 voies Rodez-A75 car cette nouvelle portion de route est une porte ouverte vers la continuation jusqu’à l’autoroute.

Avec un coût total de 32 millions d’euros, ces travaux sont majoritairement pris en charge par le département de l’Aveyron, avec une subvention de l’État (à l’origine de 800 000€ qui montera finalement à 1,6 millions) et de la Région Occitanie (1,320 millions d’euros).

Section Sébazac – Saint-Mayme : 3,5 km

Pour cette section, un giratoire sur la rocade de Saint-Mayme pour rejoindre le Causse Comtal est en cours de réalisation. Elle comptera trois voies avec un créneau de dépassement. Cette portion a demandé énormément de travaux de terrassement (plus d’un million de mètres cubes) et des déblais très hauts (jusqu’à 37 mètres). L’obligation de creuser dans la roche a nécessité l’utilisation de 250 tonnes d’explosifs avec un tir par jour. Cette même roche de différentes teintes, plutôt jolie, restera visible sur une bonne partie de la route.

La section prévoie six ponts permettant de relier différents chemins : celui du Colombier, du Tronquet, des Combes, de la route d’Ortholès, du chemin agricole de la Morne et d’un chemin agricole. La mise en service de cette section est prévue pour l’été 2021.

Section Sébazac – Causse Comtal : 3,9 km

Cette section allant du giratoire de Lioujas jusqu’au Causse en rejoignant la RD988 en direction de Bozouls comprendra 2 voies et 4 ponts (un passage pour le chemin rural de Lioujas, un de la route de Concourès, un pour le chemin rural de Teissonnière et un pour celui de Combettes). Les espoirs de la future 2×2 voies pour rejoindre d’A75 commencent ici puisque cette route tant espérée par les Aveyronnais débuterait en haut du Causse.

Les travaux de terrassement ont déplacés 500 000 mètres cubes de terrassement. La mise en service de cette section est prévue pour décembre 2020.

Prise en compte de la faune et de la flore

Ernest Durand, chef de chantier. ©ADN12

Bien que le chantier soit forcément perturbateur pour la faune et la flore sauvage, Ernest Durand, le chef de chantier a assuré que des mesures de préservation de la biodiversité ont été prises avec la création de gîtes artificiels pour les chauves-souris et les serpents (habités à 30 à 40% pour les chauves-souris) de repos et de reproduction. « Les arbres ont été coupés à la bonne période pour préserver les chiroptères » explique ce dernier.

Des mares artificielles ont été créées pour les batraciens et des filets ont été posés pour éviter qu’ils n’aillent se promener sur la chaussée. Des pêches nocturnes ont eu lieu pour les récupérer et les déplacer vers ces nouvelles mares. La partie Causse comprend des loutres et des oedicnèmes criards (oiseaux), deux animaux protégés, et d parcelles de compensation ont été prévues pour leur reproduction. Le chantier a obtenu l’avis favorable de la Commission nationale de la protection de la nature pour la faune et la flore.

Jean-François Galliard, Président du Conseil départemental souhaite « désenclaver l’Aveyron » par tous les moyens : avion, numérique, mobile… et routes. ©ADN12

Et pour la 2×2 voies jusqu’à l’A75 ?

Si Jean-François Galliard assume le fait que cette déviation est un premier pas pour pousser le projet de construction de la 2×2 voies jusqu’à l’autoroute, il prévient : « l’accouchement se fera dans la douleur ». Car si l’Etat est d’accord sur le principe d’une route du Causse jusqu’à l’autoroute, il soutien la création d’une 2×1 voie alors que le Département et la Région poussent pour une projet de 2×2 voies.

« Le salut de nos départements restera encore longtemps la route » (Arnaud Viala)