Aveyron. Une prime COVID de 2 millions d’euros pour les agents du département au service des personnes fragiles

Le Département de l'Aveyron a débloqué deux millions d'euros pour verser une prime COVID aux assistants familiaux, aux agents des MECS (Maison d'enfants à caractère social) et des EHPAD qui dépendent du département et qui ont travaillé pendant les mois d'avril et mars.

Le Conseil départemental s'est réuni ce lundi 20 juillet pour voter une décision modificative du Budget 2020. ©ADN12

Ils attendaient les annonces de l’État avant de voir : après l’annonce du gouvernement du versement d’une prime de 1 000€ aux agents d’EHPAD ayant travaillés pendant le confinement, le Conseil départemental a lui aussi voté, en commission permanente ce lundi 20 juillet, une prime COVID pour les agents des établissements sous sa responsabilité.

« L’État a versé aux EHPAD, le Département verse pour les autres » a expliqué Jean-François Galliard, Président du Conseil départemental.

Une prime de 1 000€ pour mars et avril

Jean-François Galliard ©ADN12

Une commission permanente tenue pendant le confinement avait déjà décidé de donner une prime de 200€ par enfants pour les mois de mars et d’avril aux assistants familiaux et au personnel de la Maison Départementale de l’Enfance et de la Famille (MDEF), versée au prorata du temps travaillé.

Ce lundi 20 juillet, a été votée à l’unanimité une motion proposant de verser aussi une prime de 1 000€ pour les agents des MECS, ces établissements qui s’occupent des personnes âgées, handicapées et de la protection de l’enfance pour les mois de mars et d’avril. Pour les assistants familiaux et les aides à domicile, une prime de 1 000€ sera également versée aux agents qui sont intervenus aux domiciles des personnes bénéficiant des services du département.

« On a gratifié les agents pour les remercier d’avoir tenu le choc pendant la crise » (Jean-François Galliard)

Deux millions en tout dans un contexte de crise

Les représentants syndicaux des aides à domiciles avaient réclamés eux aussi la prime COVID ©ADN12

Ce sont deux millions d’euros en tout qui sont mobilisés pour soutenir les établissements et services sociaux et médico-sociaux (dont 165 000€ pour les assistants familiaux) dans ce fonds intitulé « Primes et Fonds de soutien exceptionnel Covid aux ESSMS ». Une fois les primes versées (un peu plus d’un million d’euros), le reste du fonds servira aux établissements « qui ont eu des contraintes particulières de surcoûts liés au Covid » précise Jean-François Galliard. « Ça n’a pas été évident de mobiliser tout ça » insiste celui-ci car la baisse d’activité a fait perdre 5 millions d’euros de recette au département.

Une bonne nouvelle pour les aides à domicile qui s’étaient mobilisés pour obtenir cette prime (ils ne faisaient pas parti des bénéficiaires de la prime versée par l’État). Pour ce qui est du reste de leurs revendications (revalorisation des salaires et des montants des prestations), le Président, s’il admet que ce sont des postes à « salaires faibles », précise que ces derniers dépendent de conventions collectives.

« On a tenu notre rôle »