Aveyron. Les feux de végétation ont augmenté en 2019

Pour la troisième année de suite, une grande campagne pour sensibiliser aux feux de forêt est lancée à l'échelle nationale. L'occasion de faire le bilan aveyronnais de ce fléaux qui sévit aussi dans notre département.

Les Aveyronnais ne sont pas à égalité devant les feux de forêts. Les natures de terrain, les reliefs, les vents… plusieurs éléments concourent à rendre la propagation des feux en Aveyron plus ou moins évidente d’un endroit à un autre.

72 % du territoire peu touché

Le bilan du Plan Départemental de Protection des Forêts contre l’Incendie (PDPFCI) a évalué la surface d’espaces naturels combustibles à 377 250 hectares, soit 43% du territoire. « Très variable selon les communes, cette surface a augmenté de 8,9 % entre 1990 et 2008 » indique le rapport.

Après avoir pris en compte la réalité du terrain comme la nature et le volume de la végétation, les reliefs ou les vents, le PDPFCI a établi un « niveau d’aléa » de feux de forêt à partir d’une méthode basée sur des modèles d’éclosion et de propagation des feux mis au point par des programmes de recherche européens. 72 % du territoire est en aléa nul, très faible ou faible, 8 % du territoire est en aléa moyen et 20 % est en aléa fort ou très fort, soit plus de 175 390 hectares.

Sensibilité des communes au regard de l’aléa feu de forêt (pourcentage par commune des classes d’aléa fort à très fort).

Parmi les communes les plus touchées, on retrouve sans surprise le Sud Aveyron avec la Communauté de Commune de Millau Grands Causses, celle Larzac et Vallées et plusieurs communes voisines : St Félix de Sorgues, Marnhagues-et-Latour, St Beaulize, Saint-George de Luzençon, St Rome du Tarn, Comprégnac ou Verrières. Plus surprenant, certaines communes du Grand Villlefranchois comme Salvagnac-Carjac, Ambeyrac, Balaguier d’Olt sont aussi sensibles.

Le plan d’actions prévoit d’appliquer l’obligation de débroussaillement aux communes présentant la plus forte proportion de leur territoire en aléa fort ou très fort.

Des feux de végétation en légère hausse

En 2019, 155 feux de végétation ont été dénombrés sur une superficie de 387 hectares, soit des valeurs légèrement supérieures aux moyennes observées depuis 25 ans. Ces feux se déclenchent essentiellement pendant deux périodes : de février à avril et de juin à septembre.

Quelques mesures à bien garder en tête pour éviter tout départ de feux de forêt :

  •  ne stockez pas de combustibles près des habitations (bois de chauffage, peintures, solvants, citernes de fuel ou de gaz) ;
  • n’utilisez pas d’outils susceptibles de provoquer des étincelles (meuleuse, disqueuse, débroussailleuse, poste de soudure…). Lorsque ces travaux ne peuvent être différés, il convient de privilégier les heures les plus fraiches de la journée pour les réaliser afin de minimiser les risques ;
  • ne faites pas de barbecue ou de feu à proximité de végétaux ;
  • ne fumez pas à proximité de zone de nature comme les friches ou les champs ;
  • ne jetez pas vos mégots.