Rodez. Les chauffeurs d’Agglobus solidaires de leur collègue agressé à Bayonne

DR

« Personne ne mérite de finir en mort cérébrale en faisant son travail » : le directeur de la SATAR (qui exploite le réseau Agglobus), Ronan Feuntun, a décidé, en accord avec Rodez Agglomération, de participer au mouvement de soutien national à ce chauffeur de bus bayonnais sauvagement agressé ce dimanche 5 juillet.

Une minute de silence à 19h30

Ce dernier, père de famille de 58 ans, a été tabassé par quatre jeunes d’une vingtaine d’années qui venaient de monter dans son bus, et à qui il avait demandé de porter un masque. Victime de violents coups de pieds et de poings à la tête, l’homme a été laissé inconscient sur le trottoir et se trouve actuellement en état de mort cérébral. Ses agresseurs ont été incarcérés et sont mis en examen pour tentative d’homicide volontaire.

Une histoire qui fait évidemment froid dans le dos et qui trouve écho chez tous les conducteurs de bus en France, dont ceux de l’agglomération ruthénoise, qui ont décidé d’observer une minute de silence ce mercredi 8 juillet, pour montrer leur solidarité.

« En solidarité, pour montrer notre indignation face à la violence dans les Transports Publics, les agents du réseau Agglobus observeront une minute de silence le mercredi 8 Juillet à 19H30, heure de la marche blanche à Bayonne »

(Communiqué des chauffeurs de bus de l’agglomération ruthénoise)

« Nous travaillons pour le service public. Aujourd’hui le masque est obligatoire, comme l’est le ticket. Les usagers doivent respecter les règles. Ce n’est pas tolérable d’en arriver là » rappelle Ronan Feuntun.

Des incivilités « verbales » à Rodez

Le directeur du réseau de bus ruthénois en convient : jamais pareille agression ne s’est produite dans les bus de l’agglomération. Pour autant, les incivilités envers ses 52 conducteurs de bus, seraient selon lui quasi quotidiennes…

« Les incivilités, principalement verbales et sous forme d’insultes, sont devenues hebdomadaires, voire quotidiennes. Et encore plus depuis la crise, avec l’obligation pour les usagers de porter un masque… Il est difficile de réagir mais à chaque fois qu’un chauffeur m’appellera, je me déplacerai ou ferai intervenir la Police. On le fait déjà. »

(Ronan Feuntun, Directeur de la Satar)

Un message de solidarité qui sera renouvelé ce mercredi 8 juillet à l’occasion de la minute de silence des conducteurs ruthénois. Le réseau sera lui aussi à l’arrêt pendant une minute.