Le Monastère. « Je ne pensais pas être positif après deux verres »

« J’avais emprunté le véhicule d’un ami pour aller faire des courses et une lessive. J’avais bu deux verres à midi, je ne pensais pas être positif… » Problème : en plus de présenter un taux d’alcoolémie supérieur au taux autorisé, cet homme de 37 ans roulait ce jour-là sans permis et a fini par percuter le véhicule qui arrivait face à lui. A l’intérieur : un homme et son fils, tous deux légèrement blessés mais fortement choqués…

L’accident s’est produit le 20 juin dernier en fin d’après-midi sur l’avenue de Millau au Monastère. Le conducteur a été condamné ce mardi 7 juillet par le tribunal de Rodez.

Déjà plusieurs condamnations

Conduite sans assurance, conduite sous stupéfiants, délit de fuite… : l’homme qui se présente devant les juges ruthénois a déjà eu affaire à la justice au moins six fois par le passé. Placé en garde-à-vue le jour de l’accident, il est actuellement incarcéré et dit « mesurer la gravité de ses actes »…

Si les blessures des deux victimes se limitent à des contusions musculaires et des douleurs, l’impact psychologique de l’accident est difficile à mesurer selon leur avocat, qui a demandé une expertise médicale pour évaluer sa demande de dédommagement (l’un des deux n’étant plus « capable de conduire »).

« On ne peut pas de manière indéfinie faire prendre des risques à des personnes qui respectent la loi, sous prétexte d’aider les autres ! Oui, c’est un mec bien, qui est en souffrance et qui regrette… mais il aurait pu tuer et amputer une famille ! »

(Cherif Chabbi, Ministère Public)

Estimant que la justice devait ici « soigner et punir », le procureur de la République a requis une peine mixte, comprenant 6 mois de prison ferme et 12 mois assortis du sursis probatoire avec suivi renforcé. C’est la peine qu’a finalement prononcée le tribunal : la période de suivi renforcé durera 24 mois, pendant lesquels l’homme de 37 ans devra se soigner, travailler et indemniser les victimes.