ROC Handball. 45 000 euros de manque à gagner, mais des comptes sains

Après plusieurs mois d'arrêt, le ROC avait repris les entraînements, début juin. Et a organisé, ce samedi, son assemblée générale. L'occasion de faire le bilan sportif, mais aussi financier de cette saison bien particulière.

Il y avait du monde, ce samedi matin, à l'Assemblée générale du ROC Handball. @ADN12

Joueurs, coachs, licenciés, partenaires… Ils étaient nombreux à avoir répondu à l’invitation de Benoit Courtin, le président du ROC Handball, ce samedi 4 juillet pour l’assemblée générale du club. Une AG particulière puisque pour beaucoup, c’était la première fois qu’ils se retrouvaient depuis l’arrêt du championnat et le confinement…

« Il y a un sentiment de frustration notamment chez les sportifs, mais aussi la joie de pouvoir se retrouver et surtout de se projeter sur la saison prochaine »

Benoit Courtin, entouré de Catherine Brogli, et Emmanuelle Nauche. @ADN12

Des comptes sains malgré le coronavirus

Pour débuter la réunion, le président, entouré de sa secrétaire générale, Catherine Brogli, et de sa trésorière, Emmanuelle Nauche, a d’abord dressé le bilan financier. Le club avait planifié un budget de quasiment 400 000 euros (173 000 euros de subventions des collectivités, 55 000 de licences, et 135 000 euros de partenariat privé). Il y aura finalement un manque à gagner de 45 000 euros : 35 000 de partenariat privé, 5 500 euros du quine, et 500 à 800 euros de recettes de buvette par match non joué.

Si le futur est incertain, le président reste confiant, car les comptes et la trésorerie du ROC sont « sains ».

« Le fait d’avoir eu cet arrêt brutal a nécessité de mettre en place des mesures d’économies drastiques. On arrivera à l’équilibre à la fin de la saison. Notre sujet de préoccupation est bien évidemment de garder la confiance des collectivités, et de continuer à poursuivre avec l’ensemble des partenaires privés. Le message que l’on veut faire passer, c’est : « on a su être ensemble quand tout allait bien. Continuons à rester ensemble, y compris dans les moments difficiles que l’on traverse actuellement ». »
(Benoit Courtin, président du ROC Handball)

Pour le président, pas question de mettre en danger le club. Et de distribuer l’argent qu’il n’a pas : « le ROC est une famille. Ça signifie que les partenaires restent fidèles dans la durée. En revanche, pour certains, il y aura une adaptation de la capacité financière qu’ils pourront mettre dans ce partenariat ».

320 licenciés

Le ROC, qui est le seul club de handball de l’agglomération, compte 320 licenciés, et plus de 50 bénévoles actifs. L’équipe fanion garçon évolue en N2, tandis que l’équipe féminine est en N3. Le ROC a mis en place quatre axes stratégiques : l’ancrage territoire ; la promotion du sport féminin ; les valeurs, éthiques ; une gestion financière rigoureuse. 

Le nouveau logo, dévoilé lors de l’AG par le club. DR

Le président, Benoit Courtin, a également annoncé une volonté de développer le digital. Les réseaux sociaux marchant très bien au sein du club. Il a également annoncé que pour la saison prochaine, un poste de manager général serait mis en place, et dévoilé un nouveau logo.

Benoit Courtin a également dit qu’il faudrait être vigilant sur le baby hand et l’école de handball, la saison dernière ayant vu deux fois moins d’enfants inscrits que l’année précédente. À l’issue de l’AG, il y a eu un renouvellement au sein du bureau directeur. Benoit Courtin reste président, Emmanuelle Nauche, trésorière. Mais la secrétaire générale, Catherine Brogli, a souhaité prendre du recul. Et c’est Sylvie Picard, qui l’a remplace.