Santé. Nouvelle mobilisation devant l’hôpital de Rodez

Quelques blouses blanches du laboratoire de l'hôpital de Rodez se sont jointes aux syndicalistes de Force Ouvrière ce mardi 30 juin. @ADN12

Loin des centaines de manifestants rassemblés le 16 juin dernier devant l’hôpital de Rodez, ils sont tout de même une petite poignée à avoir répondu à l’appel du Syndicat Force Ouvrière ce mardi 30 juin pour une nouvelle mobilisation en faveur des professionnels de la santé. Un préavis de grève avait été déposé.

« On maintient la pression »

Peser dans les négociations du Ségur de la Santé

Alors que le Ségur de la Santé imaginé par le gouvernement pour repenser le système de santé et revaloriser les salaires du secteur se terminera ce vendredi 4 juillet, les syndicats avaient décidé de faire de cette journée de mardi une journée de mobilisation nationale contre les premières orientations de ce plan.

Hélène Assié et Serge Chabrier du syndicat FO de l’Aveyron demandent « plus qu’une simple revalorisation salariale ». @ADN12

Les premières propositions de revalorisations salariales font état de 6 milliards d’euros pour le personnel soignant hospitalier (infirmiers, aides-soignants, techniciens) et 300 millions pour les médecins hospitaliers.

Un premier pas qui reste insuffisant selon Serge Chabrier du syndicat Force Ouvrière en Aveyron : « ces 6 milliards d’euros seront dilués entre privé et public et le retard est important en ce qui concerne les rémunérations… » explique-t-il, « on se méfie des résultats de ce Ségur car on a appris à se méfier des belles paroles après tant d’années d’austérité imposée… ».

« Ne parlons pas uniquement d’argent ! Ce que l’on demande avant tout, c’est une restructuration globale de l’hôpital public, qui offre aux patients une prise en charge digne. Il faut sortir de cette logique financière et sanctuariser l’hôpital public ! »

(Serge Chabrier, Secrétaire du groupement départemental des services de santé FO)

Comme lui, Hélène Assié (FO-Hôpital) souhaite que le gouvernement « revienne à un hôpital qui soigne » et « arrête cette course à la rentabilité comme s’il gérait une entreprise ».

« Pour une restructuration globale de l’hôpital public »

Pour le syndicat, le gouvernement doit donc aller plus loin qu’une simple revalorisation salariale : « on demande aussi le dégel du point d’indice qui est bloqué depuis 10 ans, l’arrêt des fermetures de lits, du personnel supplémentaire dans les EHPAD et que les agents non qualifiés soient formés pour avoir une reconnaissance professionnelle ».

Les techniciennes du laboratoire de l’hôpital de Rodez réclament une « revalorisation de leur diplôme ». @ADN12

Si Serge Chabrier assure que le Centre Hospitalier de Rodez « exerce une politique sociale bienveillante grâce à une direction à l’écoute », quelques agents ont choisi de venir manifester auprès du syndicat ce mardi à 16h. Il s’agit des techniciennes du laboratoire de l’hôpital; une profession mobilisée à l’échelle nationale pour voir leur diplôme revalorisé en catégorie A.

« On a les mêmes contraintes horaires que les soignants, à travailler 7j/7 et 24H/24; on est titulaires de Bac +2 ou 3 comme les infirmières; on a la responsabilité des résultats d’analyses, qui permettent d’établir 70 % des diagnostics médicaux et on est exposé au risque biologique… on demande donc une reconnaissance » détaille Céline Constans au nom de ses 21 collègues ruthénois.

En attendant le résultat du Ségur de la Santé, tous restent mobilisés et attentifs aux orientations que donnera le gouvernement. « Aujourd’hui, il faut rapidement garantir un hôpital public pour tous les patients et redonner confiance aux personnels qui, par extension, la redonneront à leur tour aux patients… » prévient le syndicat FO.