Municipales. 3 questions à… Matthieu Lebrun, candidat à Rodez

@ADN12

Demain, vous êtes maire, quelle sera votre première action en termes d’écologie dans les six premiers mois de votre mandat ?

Nous impulserons la création d’une ceinture verte maraîchère et de petit élevage autour de Rodez par des aides à l’installation de nouveaux agriculteurs (en lien avec la chambre d’agriculture et l’APABA) et à la conversion en bio pour les agriculteurs déjà présents. L’objectif est d’aller au-devant des obligations légales et d’accroître la quantité de produits bio et locaux proposés dans les cantines des écoles, les crèches et les EHPAD avec pour objectif les 100%. Nous stopperons les projets immobiliers de Malan et de Bourran II en totale contradiction avec cette ambition.

Sur la même période, quel sera votre premier chantier pour améliorer l’esthétique de la ville ?

Nous introduirons des espaces naturels et conviviaux dans tous les quartiers : des vergers, plus de jardins partagés, des bancs publics ombragés, des pergolas … Nous entretiendrons les trottoirs, places et squares délaissés et aurons pour objectif la propreté dans toute la ville. De plus nous favoriserons les mobilités douces par la création de cheminements attrayants et sécurisés pour les piétons et les vélos, et pas uniquement dans le centre-ville, ce qui rendra la ville plus agréable.

A l’échelle communale et de l’agglomération, comment comptez-vous booster l’activité économique et mettre en place les conditions pour favoriser l’emploi ?

Nous lancerons un grand plan de rénovation thermique des bâtiments publics, des logements HLM et de l’habitat privé. C’est une mesure de soutien à l’économie locale car elle bénéficiera au secteur du bâtiment et créera des emplois « verts » non délocalisables. Non seulement les habitants verront leur facture de chauffage baisser, mais avec des logements plus confortables et économiques, Rodez sera plus attractive : avec de nouveaux habitants, le commerce de proximité sera lui aussi soutenu. Sur les bâtiments publics comme les écoles, nous regrettons que cet investissement d’avenir n’ait pas encore été mis en place car il provoquera une baisse immédiate des dépenses de fonctionnement (réduction des factures de chauffage de la municipalité) et sera donc amorti.