Municipales. Polémique autour de messages à la craie dans les rues de Rodez

Les militants de Rodez Citoyen ont parsemé la ville de messages à la craie dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 juin.

Chaque Ruthénois attentif les aura remarqués : depuis ce samedi 20 juin au matin, des messages multicolores à la craie jonchent les rues de la ville. Signés du collectif Rodez Citoyen, il s’agit de messages politiques critiquant la municipalité en place et appelant à améliorer le cadre de vie de Rodez. Une méthode qui ne passe pas du côté de l’équipe de Christian Teyssèdre…

Dégradation de l’espace public ?

« Vivre ensemble », « stop au béton », « des bancs pour se poser », « trottoirs soignés »… font partie des messages laissés à la craie par Rodez Citoyen dans tous les quartiers de la ville. @ADN12

« Ils ont franchi la ligne rouge » : Martine Bezombes, adjointe au maire de Rodez et candidate à un nouveau mandat avec Christian Teyssèdre, condamne avec fermeté la méthode choisie par Rodez Citoyen pour toucher les électeurs. Pour elle et le maire sortant, pas de doute, ce sont les colistiers de Matthieu Lebrun qui sont à l’origine de ces messages.

« On aimerait plus de sérénité et débattre projet contre projet »

« A l’heure où nous mettons l’accent sur la propreté, on a des élus de l’opposition et des candidats qui dégradent l’espace public… où est la citoyenneté là-dedans ? » s’interroge de son côté Sarah Vidal. La première adjointe au maire de Rodez explique que l’épisode a généré du travail supplémentaire pour les agents de la Ville.

Les colistières de Christian Teyssèdre (Martine Bezombes, Monique Bultel-Herment et Sarah Vidal) devant le nouveau square de Gourgan : « contrairement à ce que dit Rodez Citoyen, on fait des choses pour les quartiers. Affrontons-nous sur le terrain des idées ! » @ADN12

Rodez Citoyen nie être l’auteur des messages

Si la municipalité rappelle que des sanctions sont prévues par le Code pénal pour ce type d’inscriptions, le maire de Rodez n’envisage pas à ce jour de poursuite.

« Le fait de tracer des inscriptions, des signes ou des dessins, sans autorisation préalable, sur les façades, les véhicules, les voies publiques ou le mobilier urbain est puni de 3 750 euros d’amende et d’une peine de travail d’intérêt général lorsqu’il n’en est résulté qu’un dommage léger »

(Article 322-1 du code pénal)

Matthieu Lebrun (ici avec la numéro deux de Rodez Citoyen, Marion Berardi) se défend d’une quelconque responsabilité dans ces messages à la craie. @ADN12

De son côté, Matthieu Lebrun, chef de file de Rodez Citoyen, nie être l’auteur de ces inscriptions et assure n’avoir lancé « aucun appel à écrire à la craie ».

« Ce sont des gens qui nous soutiennent qui ont visiblement pris cette initiative. Il en va donc de leurs responsabilités individuelles. Nous attaquer là-dessus, sur des messages à la craie qui s’effacent avec la pluie, c’est continuer le harcèlement dont on est victime depuis le début de cette campagne, avec déjà quatre lettres recommandées au sujet de notre local et un signalement au procureur pour notre réunion de préparation au soir du premier tour… Nous attaquer là-dessus, c’est être à court d’idées sur le fond »

(Matthieu Lebrun)

Voilà donc une dernière semaine de campagne qui s’annonce encore une fois mouvementée…