Municipales. « Traiter l’économie par le prisme de l’action écologique »

Ancien adjoint au maire de Rodez, le député Stéphane Mazars affiche son fidèle soutien à Christian Teyssèdre. @ADN12

Accusé par ses adversaires de Rodez Citoyen de ne pas avoir suffisamment pris en compte la dimension écologique dans son bilan et dans ses propositions, Christian Teyssèdre leur offre ce vendredi 12 juin une réponse concrète : en tant que président de Rodez Agglomération, il vient d’obtenir de la part de l’Etat un Contrat de Transition Écologique (CTE). En clair : tout projet industriel à visée écologique pourra bénéficier de financements de l’Etat (jusqu’à 20%) s’il choisit le territoire de Rodez Agglomération comme lieu d’implantation.

« Ce contrat récompense nos bons résultats en matière écologique »

Vers des créations d’emplois ?

Pour Christian Teyssèdre, il n’y a pas de doute : Rodez Agglomération a été choisi grâce à son historique en matière d’engagement pour la transition écologique. « Le Plan Climat Air-Énergie Territorial en 2015, le programme Territoire à énergie positive en 2016, la labellisation Territoire Zéro Déchet Zéro Gaspillage en 2017, le Territoire d’Industrie Aurillac-Figeac-Rodez en 2019… si vous n’avez pas tout ça, vous ne pouvez pas espérer signer un CTE » se félicite le président de la collectivité, qui veut faire rimer « développement économique et écologie ».

« Ce contrat va nous permettre d’attirer de nouvelles entreprises et de nouveaux projets sur le territoire. Au final, ça veut dire de l’emploi durable. Toutes les entreprises avec des projets de transition écologique pourront en bénéficier. Y compris par exemple l’usine Bosch, si la vignette Crit’Air 1 est élargie au diesel »

(Christian Teyssèdre, candidat à Rodez)

Pour le député Stéphane Mazars, qui a défendu la candidature de Rodez Agglomération auprès du Ministère de la Transition Écologique, -et s’affiche en soutien inconditionnel du maire sortant dans cette campagne municipale-, le dispositif s’inscrit dans une stratégie au long terme.

« On ne se réveille pas aujourd’hui. Ce contrat concrétise les discours écologiques vers un développement économique générateur d’emplois. On montre que l’écologie ne s’oppose pas à l’économie et que l’on peut faire autre chose que de l’écologie punitive. Le but est de développer le territoire vers quelque chose de plus durable en accompagnant sa mutation industrielle »

(Stéphane Mazars, député et soutien du candidat Christian Teyssèdre)

Bonne pioche pour le président sortant de Rodez Agglomération qui aimerait maintenant pouvoir suivre la mise en oeuvre du contrat s’il est réélu le 28 juin. Trois milliards d’euros sont inscrits au niveau national pour l’ensemble des territoires. On ne sait pas à ce jour combien bénéficiera à l’agglomération ruthénoise…