Rodez Citoyen : « la situation de crise renforce la pertinence de notre projet »

C’est officiel, la campagne des municipales a bien redémarré cette semaine. Mais les trois mois de confinement ont laissé place à un tout autre contexte sanitaire, social et économique et certaines listes ajustent ou non leur programme à la lumière de ces nouvelles données.

Prioriser les projets

Côté Rodez Citoyen, cette crise sanitaire mondiale renforce la conviction de cette liste sur le besoin de « redonner toute la place au service public ». Avec, en priorité, les mesures pour renforcer les moyens des crèches ou des EHPAD, notamment pour augmenter les effectifs. « Il faut qu’on accélère le pas et qu’on face face au monde d’après » insiste Mathieu Lebrun, tête de liste qui prévoit, dès le 29 juin « dès le lendemain de notre réélection » de faire un audit de la ville de Rodez : « non pas un audit économique, mais sur les conditions de fonctionnement des services publics », qui permettrait de mesurer « les lacunes » provoquées par l’équipe sortante.

Mais ce dernier veut rester lucide sur ce qui attend les Ruthénois dans les prochains mois. Pour lui, « il va être nécessaire de prioriser un certain nombre de choses » en pensant à l’insécurité économique que la crise risque d’apporter au tissu économique, mais aussi associatif. « On sait très bien qu’il va se passer des drames sur les entreprises locales et des répercussions sur l’emploi », affirme la tête de liste qui souhaite « redonner toute sa place à l’économie et agir sur des axes importants comme la relocalisation économique, privilégier l’emploi de proximité par la création d’activités autour du circuit court ». Il insiste également sur l’importance de stopper le projet du Parc des Expositions pour se concentrer sur la création d’une activité agricole locale via une ceinture verte autour du piton.

« On ne peut pas ne pas prendre conscience que les emplois verts doivent se développer et que les collectivités locales doivent y contribuer »

Il insiste également sur la mise en place d’un plan de rénovation de l’habitat pour faire travailler les artisans locaux et « compenser cette crise qui va toucher les Ruthénois ».

Percevoir les enjeux de la crise

Mathieu Lebrun, tête de liste de Rodez Citoyen. ©ADN12

La tête de liste de Rodez Citoyen n’a pas manqué de tacler le maire sortant sur son programme qui reste le même après la crise et qui, pour lui, est la preuve que l’équipe sortante « n’a pas du tout perçu les enjeux de la crise à venir : poursuivre Malan, le projet immobilier Bourran 2 et continuer bétonisation alors que la situation de crise est issue de l’incapacité du monde mais aussi de nos élus au niveau local de prendre en compte des mesures environnementales et écologiques pour faire face à l’urgence du déréglementent climatique, si la crise ne leur a pas fait comprend ça, mais que deviendra Rodez demain ? »

Des nouvelles formes de communication pour remobiliser

Si cette campagne bouleversée ne verra pas les habituels tractages sur les marchés ou les réunions de campagne, elle oblige les candidats à innover pour remobiliser les foules, plus de trois mois après le premier tour. Comme les autres listes, Rodez Citoyen se creuse la tête pour mettre en place « des modes de communication innovants ». Et les Ruthénois ne sont pas au bout de leur surprise puisque la liste compte utiliser le vélo ou des rétroprojecteurs dans les quartiers, une nouvelle manière de tracter sans contact : « il y aura des compagnies de vélos qui sillonneront le centre avec des supports de communication présentant le projet de Rodez Citoyen » explique Mathieu Lebrun qui compte également créer des réunions numériques sur Youtube.

« Les gens n’ont plus en tête les projets de chacun, il faut refaire un travail de communication important »

Car la liste, arrivée deuxième avec 24,61% des voix se préoccupe du taux de participation du 28 juin, avec le spectre de l’abstention d’autant plus présent après plus de trois mois sans campagne et avec la menace du Covid. « Pour nous, c’est un élément qui va freiner la participation des habitants au vote. Ce n’est pas de l’incivisme, c’est aussi une appréhension qu’on doit comprendre » explique Mathieu Lebrun qui, depuis le début de la crise du Covid, s’est prononcé pour l’éclatement des bureaux de vote.

Pourtant, il affirme que toute l’équipe a « un vrai espoir de l’emporter », comparant les chiffres de 2014 et ceux de 2020 : « si on compare à 2014 où il y avait 65% de participation [contre 35,99% cette année, NDLR], la liste de Christian Teyssèdre a perdu 1 500 voix quand Rodez Citoyen en gagnait avec 1 200 voix en 2014 contre 1 250 en 2020 : on gagne 50 voix, la dynamique est du coté de Rodez Citoyen ».

« L’équipe est super mobilisée car cet espoir là, on le partage tous »

La suite du feuilleton « mise en danger de la vie d’autrui »

La liste avait déjà reçu plusieurs courriers recommandés pour non-conformité du local en début de campagne. ©ADN12

On en sait un peu plus sur la plainte que le maire sortant a déposé la semaine dernière pour mise en danger de la vie d’autrui concernant la réunion de Rodez Citoyen qui a eu lieu à la Maison des Association le soir du premier tour.

C’est finalement par le biais d’un signalement au procureur de la République que Christian Teyssèdre a protesté contre cette réunion qui ne respecterait pas le décret du 14 mars 2020, interdisant les réunions de plus de 100 personnes. Convoqué au commissariat, Mathieu Lebrun insiste sur le fait que cette réunion « n’était pas une réunion festive, c’était une réunion dans la dynamique du second tour, puisque celui-ci n’a été annulé que deux jour après ». « Notre réunion préparait la stratégie du second tour » insiste-t-il. « Nous avons donc argué du fait que dans ce décret, toute réunion pouvait se maintenir à partir du moment qu’elle contribuait au bon fonctionnement de la Nation » explique Mathieu Lebrun. Dernier argument : « celui qui nous refuse ce droit là n’est pas impartial puisqu’il est juge et partie, engagé lui-même dans la campagne ».

Actuellement dans les mains du procureur de la République, seul ce dernier sera habilité à trancher sur le bien fondé de ce signalement. Et même si la liste de Mathieu Lebrun ne risque qu’une contravention de catégorie 1, ce dernier dénonce malgré tout « un harcèlement » de la part du maire sortant depuis le début de la campagne. « Nous avons reçu quatre à cinq lettres recommandées pour demander d’enlever les affiches de campagnes sur la vitrine du local, alors que quand vous regardez tous les locaux de campagne aux alentours, les affiches sont collées dessus ». Pour Mathieu Lebrun, « il y a une volonté de faire en sorte que le débat démocratique n’ait pas lieu ».