Littérature. Une nouvelle enquête de Sylvie Boulard avec Les Dames de Villefranche

Quant on parle féminisme avant l'heure dans l'Aveyron de la Troisième République... Le dernier livre de Sylvie Boulard, Les Dames de Villefranche, vient de paraître. Retour sur le parcours de son autrice à Saint-Affrique, entre enquêtes régionales et grande Histoire de France.

Sylvie Boulard, romancière, publie son quatrième roman en deux ans. Photo : DR

Quand les Parisiens « descendent » dans l’Aveyron, c’est souvent pour retrouver des racines parfois lointaines. Sylvie Boulard, elle, a quitté la vie parisienne voilà 30 ans pour vivre autrement et ouvrir une librairie à Saint-Affrique.

« J’ai fait des études littéraires et j’ai quitté la région parisienne pour m’installer sur Saint-Affrique en 2000. J’ai tenu la librairie « La parenthèse » une quinzaine d’année avec l’idée d’en faire un lieu de rencontre et d’animation. Librairie qui n’existe plus, remplacée par une association, « Le lieu dit », qui a pour vocation d’accueillir des initiatives. Cela me ravi ! » assure l’autrice pour qui le lien social est primordial.

La littérature lui colle à la peau

Son parcours, étroitement lié à la littérature, la mène à écrire pour le journal Le Saint-Affricain, puis à l’écriture d’un premier livre-documentaire avec Le Progrès Saint-Affricain, nommé Un hôpital militant, en collaboration avec le docteur Pierre Chevalier et le collectif Emile-Borel, fin 2008.

« J’ai toujours travaillé autour de la littérature, je faisais aussi des biographies familiales. Les gens venaient me raconter leur histoire et je mettais en forme ces témoignages pour en faire un livre »

Sylvie Boulard

Une passion pour l’histoire

Sylvie Boulard est avant tout une passionnée d’Histoires et d’énigmes policières : « Cela me permet de présenter à la fois une région, en l’occurrence l’Aveyron, et la période de la Troisième République qui est assez riche et diverse puisqu’elle commence à la fin du Second Empire et finit à la Seconde Guerre Mondiale ».

Sylvie Boulard, passionnée d’Histoire et d’intrigues policières. Photo : DR

De nombreux changements au niveau politique qui ont aiguisé sa curiosité : « la royauté n’existe plus, plus tard les syndicats prennent de l’importance. Une richesse sociale, scientifique, technologique. L’arrivée du train, la révolution industrielle… » Bref, une accélération vers les temps modernes.

A chaque roman, l’écho de l’actualité

Ces grands changements de la société font que l’actualité de la Troisième République est à la fois proche et complètement différente de la notre, explique la romancière : « par exemple dans le livre qui se passe à Villefranche-de-Rouergue, j’évoque les conditions de vie des femmes qui sont encore d’actualité ».

Mais ne nous y trompons pas : les intrigues des romans de Sylvie Boulard sont le pur fruit de son imagination, même si certaines intrigues peuvent faire écho à des faits divers réels. « Parfois, je fais référence à des personnes qui ont existé, je change leur nom. Dans le livre sur les femmes de Villefranche, une personne qui tient un journal, veuve d’un directeur de journal, a bel et bien existé ».

« Mes livres sortent de nombreuses recherches, je ne suis pas historienne mais l’idée est d’être le plus précis possible. Que cela soit sur l’organisation de la police à cette époque, des moyens de transport, la spécificité des villes, des lieux de mes romans… la vie, son rythme et ses coutumes. Je m’efforce à bien connaître le théâtre de mes livres »

Sylvie Boulard

Une saga qui tiendra encore longtemps le lecteur en haleine

Le dernier opus de la saga, Les Dames de Villefranche, vient de paraître.

Depuis bientôt deux ans, Sylvie Boulard a entamé la rédaction d’une série de romans policiers historiques qui se passent dans l’Aveyron : Un gant teinté de sang, avec pour cadre Millau, Les enfants perdus du Causse, qui se passe dans le Larzac, ou encore Le vent des fous, à Rodez. Une saga avec, comme fil conducteur, le désormais célèbre inspecteur Adrien Levasseur qui sillonne les différentes régions du département, mais aussi le sergent Delmas, le commissaire Reynouard et la jolie Flora.

Quatre aventures savoureuses pour les amateurs de romans policiers qui, de Millau à Villefranche en passant par le Larzac et Rodez, vont tenir en haleine bon nombre d’Aveyronnais et leurs voisins.

Féministes avant l’heure

Pour ce quatrième opus, c’est Villefranche-de-Rouergue qui est à l’honneur dans le livre Les Dames de Villefranche. L’inspecteur Levasseur va s’attacher à découvrir l’assassin du commissaire de la ville. Dans cette nouvelle énigme, il rencontrera trois femmes féministes avant l’heure, qui tentent d’améliorer le sort de femmes battues ou de filles engrossées.

« Parler des énigmes dans l’Aveyron, c’est parler de la province : trop souvent les romans sont traités dans les grands centres urbains. Je voulais, au travers de mes livres, faire des points d’éclairage sur les causes de l’époque dans les régions et l’Aveyron a attiré mes questionnements. A Villefranche, la place des femmes dans la société. A Millau, c’était les relations des ouvriers avec le patronat. A Rodez, le traitement des fous sous la Troisième République… »

Sylvie Boulard

Elle a déjà en tête le fil conducteur du prochain roman d’une saga que l’on retrouve aux éditions « Au-dessous du volcan ».