Aveyron. Quand les bars et restaurants pourront-ils rouvrir ?

Réouverture, oui, mais pour quand ? Quid des terrasses ? Dans quelles conditions ? Les patrons de bars et de restaurants aveyronnais se tiennent prêts pour recevoir à nouveau leurs clients, impatients de retrouver un semblant de normalité dans l’été qui approche.

Un nouveau protocole bientôt annoncé

« On attend des nouvelles pour le protocole qui devrait arriver aujourd’hui ou demain au plus tard » explique Michel Santos, président de l’UMIH Aveyron qui avait déjà parlé au nom des restaurateurs aveyronnais il y a quelques semaines.

Ce nouveau protocole dédié a été élaboré entre les professionnels de la restauration et les différents ministères liés au tourisme et c’est aujourd’hui ou demain que les restaurateurs sauront si ce dernier a été validé… ou non.

Car ces professionnels sur lesquels reposent les espoirs de tous les restaurateurs de France ont déjà refusé pas moins de sept protocoles, « pas adaptés » et « trop contraignants » estime Michel Santos, avant de se mettre d’accord. Parmi les exigences rejetées : une distance de 4m² entre chaque client, des serveurs en charlotte, gants, masque, surblouse et surchaussures… Des tenues « comme celles des cellules Covid » insiste ce dernier, qui estime que ces conditions n’auraient pas rendu le travail possible : « ouvrir pour faire zéro ou trois clients, autant rester fermer ».

Des annonces ce jeudi

En attendant, tous les professionnels attendent les annonces du Premier ministre, prévu pour ce jeudi 28 mai sur la réouverture potentielle des bars et restaurants le 2 juin pour les départements en zone verte, dont l’Aveyron fait partie. « On attend qu’ils nous laissent rouvrir rapidement et que le protocole demandé soit mis en place : il sera contraignant mais moins que ceux présentés avant » insiste le président.

Sur la place de la Cité à Rodez, les parasols commandés à la mairie sont déjà installés et les restaurateurs sont dans les starting-blocks, un peu frustrés de ne toujours pas avoir de consignes ou de date officielle. Car même si certains se sont lancés dans la vente à emporter, l’accueil des clients en salle ou en terrasse fera la différence.

« La vente à emporter c’est bien, mais ça ne couvre que quelques frais : c’est pas ce qui va sauver les entreprises »