Aveyron. Les socialistes dénoncent « l’attentisme » du Département

Corinne Compan, Bertrand Cavalerie et Jean-Dominique Gonzales estiment notamment que le Conseil Départemental aurait dû fournir des masques à la population aveyronnaise. (photomontage @Conseil_Départemental_Aveyron)

C’est une rengaine qui revient régulièrement ces derniers temps dans les différents échelons des collectivités locales : les majorités en place n’auraient pas assez associé leurs élus d’opposition dans la gestion de la crise Covid.

« Notre voix n’a pas été entendue par Jean-François Galliard et sa majorité, qui continuent à piloter seuls. Nous aurions aimé être associés aux orientations, d’autant qu’on estime que le Département a été trop lent à réagir »

(Bertrand Cavalerie, président du groupe Socialiste au Conseil Départemental)

Même son de cloche donc au niveau du Conseil Départemental, où les élus du groupe Socialiste(*) reprochent au président du Département de l’Aveyron de ne pas avoir pris en compte leurs propositions, ou de l’avoir fait trop tard…

« Il fallait des masques pour la population ! »

Premier grief du groupe conduit par Bertrand Cavalerie envers le Département : sa stratégie sur les masques. Pour ces élus d’opposition, la collectivité aurait dû en commander pour la population aveyronnaise.

« Ce n’est pas parce que l’Etat a été inconséquent que le Département doit être avare. L’Aveyron est le seul département d’Occitanie à ne pas en avoir fourni au public. On demande à ce qu’il en distribue au moins un à chaque habitant »

(Bertrand Cavalerie, élu d’opposition socialiste)

Une attaque à laquelle a déjà répondu le principal intéressé, Jean-François Galliard, qui a préféré réserver ses commandes aux personnes fragiles (lire notre article du 9 avril) : personnes âgées, personnels soignants en EHPAD et établissements de santé…

Le Département peut-il faire plus ?

Appelant la majorité départementale à « sortir de sa léthargie », les élus du groupe socialiste dressent une liste de propositions, à ce jour non chiffrée…

« Il faut préparer la suite : réviser le budget car les recettes fiscales vont s’effondrer, recentrer les priorités sur la santé et les familles, et rééquilibrer les investissements. Par exemple en prenant sur le budget des routes pour le réorienter vers l’enseignement public  »

(Bertrand Cavalerie)

Parmi les propositions faites par ces élus socialistes, on retrouve des aides directes : aux associations qui ont œuvré dans le domaine de la solidarité, « une prime exceptionnelle pour les aides à domicile et les personnels des EHPAD liés au département », des chèques alimentaires et du prêt de matériel informatique pour les familles de collégiens ou encore des aides au logement pour payer les loyers. Plus original : « offrir un répit aux assistants familiaux, en finançant des chambres d’hôtels ou un gîte afin qu’ils puissent se reposer. Des travailleurs sociaux expérimentés pourraient prendre le relais dans l’intervalle ».

Enfin, expliquant mettre la santé au cœur de leurs préoccupations, les élus du groupe socialiste appellent le Département à « initier la réalisation de tests de dépistage du Covid-19 avec notre laboratoire départemental, comme le font les laboratoires des départements voisins »

(*)Le groupe socialiste au Conseil départemental est composé de 10 élus : Hélian Cabrolier (Enne et Alzou, Aubin-Rignac), Bertrand Cavalerie (Lot et Montbazinois, Capdenac-Montbazens) Arnaud Combet (Rodez), Corinne Compan (Millau), Karine Escorbiac (Mont du Requistanais, Réquista-Cassagnes), Anne Gaben-Toutant (Vallon), Jean-Dominique Gonzales (Millau), Cathy Mouly (Lot et Montbazinois, Capdenac-Montbazens), Graziella Piérini (Enne et Alzou, Aubin-Rignac), Sarah Vidal (Rodez).