A Millau, les entreprises liées au sport nature planchent sur les protocoles de déconfinement

Millau et ses environs offrent une grande diversité de sports nature. @Style Millau Tourisme
Frédéric Hideux, directeur de l’office de tourisme de Millau en charge du tourisme pour la communauté de communes. DR

Capitale aveyronnaise du sport nature, Millau, est un terrain de sport unique qui offre de l’adrénaline, du plaisir, de la passion et des sensations fortes, dans un rayon de 20 kilomètres à peine autour de la ville. En ville, à la campagne, sur les hauts plateaux, sur terre, sous terre, dans les airs et sur l’eau, partout flotte un bon air d’évasion.

« Plus de 50 prestataires à l’arrêt »

Mais pour profiter de tout cela, encore faut-il avoir la liberté de mouvement…

Ancien directeur de l’Office du Tourisme de Béziers, Frédéric Hideux est depuis un an le directeur de l’Office de Tourisme Grands Causses de Millau également en charge du tourisme pour la communauté de communes. Il a accepté de répondre aux questions que vous vous posez…

Le confinement est arrivé au moment où la saison se lançait pour toutes ces activités de pleine nature… ça a dû être un choc ?

Bien sûr, tout s’est arrêté du jour au lendemain. Traditionnellement, les sites de loisirs sont sur une avant-saison où l’on travaille avec des groupes, qui représentent à ce moment-là 80% de l’activité. Les entreprises allaient démarrer et l’épidémie à obligé à couper court à tout. Aujourd’hui le déconfinement se prépare avec la possibilité de pratiquer lu sport individuel en milieu naturel à partir du 11 mai, mais pas d’autorisation de travailler avec des groupes. Les prestataires à l’arrêt sont nombreux, plus de 50…

C’est plus facile de mettre en place les gestes barrières pour ces activités ?

Pour les sports pratiqués en individuel, c’est bien encadré en environnement naturel. Pour le reste, on attend les directives mais les professionnels travaillent sur des protocoles sanitaires avec un dispositif de distanciation en fonction des activités. Le transport, les masques, les horaires décalés. Les syndicats coordonnent les propositions de protocoles dans chaque filière et tout ce monde est force de proposition.

Via Ferrata et escalade pourraient reprendre sous conditions. @Style Millau Tourisme

Une réouverture conditionnée au déconfinement des touristes ?

La reprise des activités est liée au déconfinement, tant que les touristes de tout l’hexagone ne peuvent se rendre en nombre à Millau, cela pose un problème économique. Par exemple pour venir faire du canoë, il faut pouvoir avoir accès à l’hébergement, manger au restaurant, pouvoir aller au marché, dans les boutiques, avoir une animation, cela entre dans un écosystème touristique qui est en cours de définition…

Le 11 mai sera déjà une bouffée d’air pour le secteur ?

Les premières mesures de déconfinement sur 100 km autour de chez soi vont faire venir des gens et on va pousser en ce sens là pour leur faire découvrir l’Occitanie, l’Aveyron, le grand causse. Pour pouvoir enclencher sur une saison touristique normale, il faut que l’écosystème général ( hébergement, restauration, accès aux sites…) fonctionne aussi… sinon cela sera trop compliqué pour nos entreprises liées au sport indoor. Il ne faut pas oublier que ce sont des entreprises saisonnières qui ne peuvent pas faire une année blanche facilement. 

« Nous avons la chance d’évoluer sur de grands espaces naturels mais les séquelles feront qu’il y aura un après et comment sera-t-il ? »

Il faut s’attendre à des pertes économiques importantes ?

Des pertes pour tout le monde, -nous, Office du Tourisme compris-, nous sommes opérateur de voyages donc on gère des groupes. Sur mars et avril, nous n’avons fait que des annulations comme les entreprises qui avaient prévu des groupes en avant-saison. Rien n’est chiffré pour l’instant mais forcément cela ne va pas être simple même si des aides se mettent en place grâce à la communauté de communes pour les entreprises qui ne pourront pas bénéficier des aides de l’Etat ou de la Région. Après, il n’est pas impossible qu’il y ait des dégâts pour certaines entreprises mais c’est trop tôt pour en parler.

Pensez-vous que le monde économique dans son ensemble sera forcé d’évoluer ?

Il se pose une question aujourd’hui sur les protocoles sanitaires qui seront définis. Par exemple, quand on va encadrer un groupe sur une activité, il faudra peut-être passer de 10 à 5 personnes. Dans ce cas, tout le mode économique sera à revoir, on ne pourra pas faire du « x2 » au niveau des prix non plus. J’ai peur que certaines entreprises soient sur la réflexion d’ouvrir ou pas. Le débat existe aujourd’hui !